Affiche Je ne regrette rien de ma jeunesse

Critiques de Je ne regrette rien de ma jeunesse

Film de (1946)

  • 1
  • 2

Et au milieu coule une rizière

En 1933, c'est le bordel dans l'Université de Kyoto. Entre la montée des marxistes au sein de la fac et les remous que la Mandchourie entraîne dans les milieux anti-militaristes, le gouvernement doit faire le ménage... Yukie est la fille d'un professeur mis sur la touche, elle traîne avec les étudiants du paternel et tout particulièrement avec deux jeunes gens aux caractères bien différents :... Lire la critique de Je ne regrette rien de ma jeunesse

41 5
Avatar Torpenn
7
Torpenn ·

Liberté diluvienne

Tokyo 1933. Les fascistes sont en pleine chasse à l’homme, persécutant les professeurs libéraux et les élèves qui les soutiennent en manifestant pour la liberté. Yukie, jeune fille fougueuse et insouciante, regarde d’un œil ennuyé ces événements, préférant jouer du piano et vivre dans son monde à elle. Jusqu’à ce que ceux qu’elle aime soient emportés… S’en suivra alors une recherche profonde... Lire l'avis à propos de Je ne regrette rien de ma jeunesse

19 11
Avatar WeSTiiX
9
WeSTiiX ·

Un Kurosawa décomplexé, ça envoi du lourd !

Je ne regrette pas ma jeunesse, ( hum en commençant par cette phrase, on dirait que j'écris mes mémoires ) est réalisé un an après la fin de la seconde guerre mondiale. En général, j'essaie d'avoir une structure ou disons un schéma identique pour les critiques que j'écris, je vais cette fois ci en sortir un peu. Alors c'est donc ça, il fallait attendre l'après guerre pour connaitre le vrai... Lire la critique de Je ne regrette rien de ma jeunesse

15
Avatar Gwimdor
7
Gwimdor ·

Le goût du passé

Kurosawa s'aventurant (rétrospectivement, vu d'aujourd'hui) sur les terres habituellement balisées par Ozu, avec quelques brefs détours du côté de Shindō (toujours aussi anti-chronologiquement), c'est quelque chose de particulièrement surprenant pour quelqu'un comme moi qui ne connaît pas cette partie-là de sa filmographie, plus frontalement... Lire la critique de Je ne regrette rien de ma jeunesse

7 2
Avatar Morrinson
7
Morrinson ·

Critique de Je ne regrette rien de ma jeunesse par limma

Je ne regrette rien de ma jeunesse est considéré comme le premier chef d'œuvre de Kurosawa. Pourtant, qu'il est difficile de comprendre face à la mise en scène brouillonne voire éclatée, si l'on ne connaît pas l'histoire du Japon : l'incident de l'université de Tokyo, en 1932 et la résistance au régime militaire. Adaptant les faits de 1931 à 1945,... Lire l'avis à propos de Je ne regrette rien de ma jeunesse

7
Avatar limma
7
limma ·

Jeunesse, fleur de toute nation

Au lendemain de la guerre, les luttes communautaires font partie du paysage cinématographique japonais malgré leur représentation avare. Le point de vue bien souvent adopté s’ancre dans une réalité sociale explicite, bien qu’un côté impersonnel subsiste. Avec Je ne regrette rien de ma jeunesse, Akira Kurosawa vient prendre en contrepied ce modèle, ainsi que... Lire la critique de Je ne regrette rien de ma jeunesse

5
Avatar S_Pilgrim
7
S_Pilgrim ·

Manifeste d'espoir à un pays en ruine

Avec ce film, Kurosawa prend l’exact contre-pied idéologique de Le plus beau, dans lequel il valorisait l'effort de guerre, parenthèse malheureuse de sa carrière avec Ceux qui bâtissent l'avenir (film perdu). Seul point commun avec ce film, le héros n'est nulle qu'autre qu'une femme (une rareté chez le réalisateur), dont le but est de défendre les "forces... Lire la critique de Je ne regrette rien de ma jeunesse

2
Avatar Dun
7
Dun ·

Je ne regrette rien du visionnage /20

Honnêtement je ne sais pas si ce film préfigure du style kurosawa (puisque je n’ai vu que les 7 samourais) mais apres « Les Hommes qui marchèrent sur la queue du tigre » que j’ai trouvé assez moyen, celui ci m’a absolument passionné. D’une part son histoire, ancré dans la realité de l’epoque (la dictature, l’entrée du japon dans la seconde guerre mondiale) avec un triangle amoureux comme... Lire la critique de Je ne regrette rien de ma jeunesse

Avatar JohaKeyz
7
JohaKeyz ·

Critique de Je ne regrette rien de ma jeunesse par Selenie

La première partie du film est un peu fouillie, confuse, c'est un prologue qui permet de présenter les protagonistes mais qui a bien du mal à clarifier le contexte politico-social. Il faut attendre la première ellipse de temps pour que le récit se structure et qu'on apprécie vraiment cette... Lire l'avis à propos de Je ne regrette rien de ma jeunesse

Avatar Selenie
7
Selenie ·

Je ne regrette rien de ma jeunesse - L'un des premiers Kurosawa

Réalisé en 1946, "Je ne regrette rien de ma jeunesse" raconte l’histoire de Yukie, fille d’un professeur d’université, interprétée par Setsuko Hara, sur fond de militarisation du Japon dans les années 30 et de seconde guerre mondiale. A bien des égards, ce film constitue une réponse aux premiers films de Kurosawa, qualifiés de propagande, alors que l’archipel est occupé par les... Lire la critique de Je ne regrette rien de ma jeunesse

Avatar FumaEtienne
6
FumaEtienne ·
  • 1
  • 2