Affiche Je ne regrette rien de ma jeunesse

Critiques de Je ne regrette rien de ma jeunesse

Film de (1946)

  • 1
  • 2

Un arbre de décision illustré.

Ma première sortie de route durant mon cycle Kurosawa. Je n'ai pas accroché à ce film que j'ai trouvé assez laborieux et ennuyeux. Ne connaissant absolument pas cette tranche de l'histoire nippone j'ai eu du mal à percevoir le contexte et ses enjeux ce qui m'a totalement sorti du film. Et bien que je reconnaisse que le talent de Kurosawa est plutôt bien exploité pour soutenir... Lire l'avis à propos de Je ne regrette rien de ma jeunesse

Avatar GigaHeartz
4
GigaHeartz ·

destinées sentimentales d'un triangle amoureux VS Histoire du Japon

Le premier véritable chef d’œuvre d’Akira Kurosawa est ce JE NE REGRETTE RIEN DE MA JEUNESSE, après Le Plus dignement (film de propagande cachant les obsessions humanistes de l’auteur) et Qui marche sur la queue du tigre… (ersatz du divertissement intelligent made in Kurosawa). On y voit cette thématique récurrente dans l’œuvre du maître, où l’on observe comment les parcours individuels... Lire la critique de Je ne regrette rien de ma jeunesse

Avatar Le Blog Du Cinéma
8
Le Blog Du Cinéma ·

Déjà virtuose... Attention ça spoile

Kyoto puis Tokyo, de 1933 à 1945. Le leader d'une bande d'étudiants, le charismatique Noge (Denjirō Ōkōchi), va mener un complot anti-fascistes, contre l'entrée en guerre du Japon. Dénoncé en 38 comme traître, l'opprobre retombe sur son épouse, la fille du proviseur de l'université, qui va alors rejoindre sa belle famille et mener une vie de paysanne, jusqu'à sa réhabilitation après a guerre.... Lire la critique de Je ne regrette rien de ma jeunesse

1
Avatar Diogène Etsonchien
7
Diogène Etsonchien ·
  • 1
  • 2