👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Ce que nous dit Jean-Philippe, par l’organisation tripartite de sa structure, c’est qu’il ne saurait y avoir d’idole sans la vénération d’un fan qui, par la passion qu’il porte à son art et à sa personne, construit du mythique à partir de l’humain le plus similaire qui soit. Le fan apparaît comme le gardien d’un souvenir, mémoire vivante capable de réciter par cœur les textes tant de fois psalmodiés ou hurlés dans la rue ; il porte en lui cette étincelle capable d’embraser le public – à condition qu’elle soit jetée au bon moment –, une étincelle qui l’anime et contribue à faire de lui ou un fidèle ou un magicien qui trouve dans son adoration suffisamment d’énergie et de force pour, à son tour, devenir un mythe que des spectateurs s’arrachent.

Le long métrage interroge de façon pertinente, sans grandiloquence, le pouvoir de résurrection dont dispose le fan ainsi que sa propension à se substituer à son modèle par l’appropriation qu’il se fait des textes et des mélodies. Nul hasard, par conséquent, si les noms de Fabrice Luchini et de Johnny Hallyday surgissent côte à côte lors du générique d’introduction ; que les deux hommes chantent côte à côte lors du générique de clausule. L’artiste et le fan sont côte à côte, le fan reçoit l’artiste et crée du mythe, s’élève en élevant autrui parce qu’il restaure ce lien essentiel qui l’unit à l’infini. En dépit d’une adhésion commune au chanteur un peu trop facile quand ce dernier monte sur la scène et allume le feu, le long métrage de Laurent Tuel offre à Johnny Hallyday une réflexion sur son statut d’icône, et au fan l’occasion de prendre conscience que la grandeur n’est pas l’apanage de l’être cru, mais qu’elle tient aussi et surtout à celui ou celle qui croit.

il y a plus d’un an

5 j'aime

4 commentaires

Jean-Philippe
pierrick_D_
8

Critique de Jean-Philippe par pierrick_D_

Fabrice,terne employé de bureau,n'a qu'une passion dans la vie,son idole Johnny Hallyday.Mais à la suite d'un traumatisme crânien il se réveille dans une dimension parallèle où Johnny n'existe pas.Il...

Lire la critique

il y a 9 mois

9 j'aime

6

Jean-Philippe
Fêtons_le_cinéma
7

De fan à star

Ce que nous dit Jean-Philippe, par l’organisation tripartite de sa structure, c’est qu’il ne saurait y avoir d’idole sans la vénération d’un fan qui, par la passion qu’il porte à son art et à sa...

Lire la critique

il y a plus d’un an

5 j'aime

4

Jean-Philippe
Andy-Capet
3

Du genre critique-... critique.

Qu'on aime ou non Johnny (en tous cas, je n'aime pas... et faut s'en foutre ! N'ayez pas honte de vous en foutre !), il fait parti du patrimoine français qui comme un bâtiment traverse le temps...

Lire la critique

il y a 8 ans

5 j'aime

5

Sex Education
Fêtons_le_cinéma
3

L'Ecole Netflix

Il est une scène dans le sixième épisode où Maeve retrouve le pull de son ami Otis et le respire tendrement ; nous, spectateurs, savons qu’il s’agit du pull d’Otis prêté quelques minutes plus tôt ;...

Lire la critique

il y a 3 ans

76 j'aime

15

Ça - Chapitre 2
Fêtons_le_cinéma
5

Résoudre la peur (ô malheur !)

Ça : Chapitre 2 se heurte à trois écueils qui l’empêchent d’atteindre la puissance traumatique espérée. Le premier dommage réside dans le refus de voir ses protagonistes principaux grandir, au point...

Lire la critique

il y a 3 ans

75 j'aime

14

La Fille au bracelet
Fêtons_le_cinéma
9

En présence d’un doute

On ne sait pas, on ne saura jamais. On traque les signes, on tente de décrypter les traits du visage de Lise. Si, je la sais coupable. Ah non, en fait je n’y crois pas. Pourquoi ne répond-elle pas ...

Lire la critique

il y a 2 ans

51 j'aime

4