👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

To be or not to be a pour objet à l'instar du film de Chaplin "Le dictateur" de tourner en ridicule le régime hitlérien. La dérision est cependant moins visible que celle que Chaplin a mise en scène dans son film. Alors que Chaplin joue davantage avec les postures et le physique de son héros, Lubitsch joue lui davantage sur le verbe tel qu'en témoigne la réplique devenue célèbre "We are just like other people, we love to sing, we love to dance, we admire beautiful women, we are human and sometimes very human" du colonel Erhardt. Comme dans le dictateur, le film repose essentiellement sur les épaules de Jak Benny que je ne connaissais pas. Carole Lombar y est également superbe et m'a beaucoup fait penser à la grande Marlène Dietrich. J'ai adoré le personnage joué par Robert Stack qui néanmoins ressemblait plus à une aviateur américain qu'à un pilote polonais. Bref, un film intéressant qui vaut surtout pour son jeu d'acteurs même si je trouve qu'il n'égale pas le dictateur de Chaplin dans la dérision. Je vais néanmoins tenter de voir le remake de 1983 avec Mel Brooks.
thesnake
6
Écrit par

il y a 9 ans

2 j'aime

Jeux dangereux
Sergent_Pepper
9

“I'm a good Pole and I love my country and I love my slippers.”

Faire rire est déjà en soi un défi d’envergure. La finesse des répliques, la malice des situations, la justesse du ton et le tranchant de l’impertinence sont autant d’exigences qui font de cet art un...

Lire la critique

il y a 8 ans

122 j'aime

12

Jeux dangereux
Kalian
10

Benny oui-oui

Il est courant, lorsque l'on attend monts et merveilles d'un film, d'être saisi d'un léger sentiment de déception, aussi imbécile que prégnant, au bout de quelques minutes. Souvent, celui-ci perdure...

Lire la critique

il y a 11 ans

95 j'aime

9

Jeux dangereux
Docteur_Jivago
9

"Heil moi-même !"

Nous sommes en 1942, l’Europe est en grande difficulté dans la guerre face à l’Allemagne nazi et c'est à ce moment-là que le réalisateur d’origine allemande Ernst Lubitsch décide de produire et...

Lire la critique

il y a 7 ans

80 j'aime

7

La Canonnière du Yang-Tsé
thesnake
9

Critique de La Canonnière du Yang-Tsé par thesnake

Grandiose ! Des scènes extraordinaires. La bataille du fleuve, en autre. Un Steeve Mac Quen exceptionnel comme Richard Attenbourough et Richard Crenna. Bref un film qui fait partie de mes films...

Lire la critique

il y a 9 ans

3 j'aime

Les Horizons perdus
thesnake
6

Critique de Les Horizons perdus par thesnake

Adaptation du roman éponyme Lost Horizons de l'écrivain britannique James Hilton (1933), le film s'inscrit dans le genre (littéraire) des mondes perdus. Ce genre comprend des œuvres de fantasy ou de...

Lire la critique

il y a 1 an

2 j'aime

La Fièvre dans le sang
thesnake
8

Critique de La Fièvre dans le sang par thesnake

Un film sentimental hollywoodien de prime abord caricatural (un amour passionné et enflammé de deux adolescents en proie à leurs désirs, jusqu'à en tomber malades dans une Amérique puritaine à...

Lire la critique

il y a 1 an

2 j'aime