Andrew Stanton rend honneur à l'œuvre qui a inspiré toutes les autres prod' science fictionnelle du

Avis sur John Carter

Avatar RENGER
Critique publiée par le

Il faut bien avouer que lorsque l'on a pris connaissance de la dernière grosse production de Walt Disney Pictures, on était quelque peu réticent à voir Disney s'immiscer dans l'univers de la science fiction (avec un petit côté heroic fantasy et western !). Car John Carter (2012) n'est pas un banal blockbuster, c'est tout de même l'adaptation d'un classique de la littérature SF signée Edgar Rice Burroughs, le créateur de Tarzan (d'après le roman "Une Princesse de Mars", qui constitue le premier tome de sa saga appelée "Le Cycle de Mars") et c'est aussi (et il est important de le spécifier) une influence évidente qui se fait ressentir à travers les plus grands films de science fiction du XXème siècle.
Cette adaptation arrive à point nommé puisqu'elle intervient au 100ème anniversaire de la publication du roman d'origine. Un projet de longue haleine qui a bien faillit ne jamais voir le jour, le projet d'adapter les romans remonte aux années 30, 50 puis 90, mais les avancées technologiques n'étant pas encore au point, il aura fallut attendre le début des années 2000, avec la Paramount qui avait racheté les droits avant que ces derniers, ne croyant plus au projet, décidèrent finalement de les céder à Disney. Ces derniers ont par ailleurs pris de gros risques en décidant de confier leur blockbuster (budgété à 250 millions de dollars) au cinéaste oscarisé (!) Andrew Stanton qui en a fait son premier long-métrage "live", puisqu'il est issu du monde de l'animation (on lui doit notamment Le Monde de Nemo - 2003 & WALL·E - 2008). L'univers de John Carter à travers les romans de Edgar Rice Burroughs est bel et bien l'œuvre fondatrice de tout un pan de l'Histoire du cinéma SF et il était une évidence même qu'une adaptation puisse enfin voir le jour sur grand écran. Andrew Stanton est parvenu à donner vie à un univers très riche où les créatures cohabitent (ou plutôt, tentent de cohabiter) avec les humains sur la planète Barsoom (plus connue sous le nom de Mars). L'univers visuel a une place prépondérante, les paysages y sont à perte de vue, les prises de vues (qu'elles soient tournées en intérieurs dans les studios ou en extérieurs) nous offrent de magnifiques panoramas, le tout magnifié par des SFX de qualité et une motion capture des plus efficace (ce qui justifie les deux années de post-production séparant le tournage et la sortie du film). Les scènes d'actions sont certes de courtes durées, elles n'en restent pas moins réussies, des séquences aériennes en passant par celle de l'arène avec les grands singes blancs, sans oublier les séquences de voltiges au volant des divers engins. Le film n'ayant pas été tourné en 3D (simplement post-convertit), l'effet n'en reste pas moins convenable avec une certaine profondeur de champs (mais en ce qui concerne l'IMAX, on se reste dubitatif quant à sa réelle utilité). Une fresque épique qui certes, peut en décevoir certains à cause de son scénario qui peut paraître paresseux car il ne renouvelle pas le genre, mais il faut bien reconnaître que du haut de ses 140 minutes, pour son premier film en prises de vues réelles, Andrew Stanton en impose et rend honneur à l'œuvre qui aura inspiré toutes les autres productions science fictionnelle de ce siècle et du siècle dernier.

http://qr.net/ivn

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 295 fois
Aucun vote pour le moment

RENGER a ajouté ce film à 1 liste John Carter

Autres actions de RENGER John Carter