Avis sur

Johnny English contre-attaque par Alexandre Jacomin

Avatar Alexandre Jacomin
Critique publiée par le

Rowan Atkinson est vraiment un acteur que j'apprécie. Je sais pas si c'est le plaisir (ma foi très puéril) de pouvoir corriger les gens quand ils l'appellent mr bean ou juste une nostalgie de ces grimaces, qui, depuis ma plus tendre enfance illuminent mes journée. Mais j'ai vraiment l'impression de l'apprecier plus que je ne devrais.
Ipso facto, tout les films où il est dedans, je pars avec un avis completement biaisé. Que voulez-vous? L'ami Rowan; c'est ma madeleine de Proust; c'est mon Amérique à moi, même que je lui pardonne quand il fait des blagues un peu en deça, ou quand il se contente de faire des mimiques pour amuser la galerie; parce que c'est lui, parce que c'est moi.

Ce film est passé à deux doigts d'avoir une note acceptable de ma part. J'étais vraiment prêt à pardonner l'inexpérience manifeste du real, un certain David Karr, j'ai même apprécié certaines de ces blagues qu'on pourrais qualifier de "très boomer" si on etait des blogueurs américains, et qui consistent essentiellement en: "téléphone=pas bien". J'étais prêt à faire de grands sacrifices pour ce film au scénario compréhensible et quasi intéressant et aux blagues parfois drôle.

Mais voila.
Vers la 30 minutes et des poussières si ma mémoire et bonne, ce film a perdu pour moi toute crédibilité quand Rowan Atkinson, en pleine possesion de ses moyens décide de filmer une preuve en tenant le téléphone à la verticale. Peut on pardonner un film qui fait l'apologie de ce cadrage abherant? Peut on ne pas renier un film qui ferme les yeux sur le crime qu'est un ratio 9:16?? Et bien moi je dis non, et je divise ma note par 1.5 en signe de protestation contre cette hérésie cinématographique.
Moi j'ai des yeux de part et d'autres de ma tête, je vois le monde dans un rectangle généralement parallèle au sol, moi, j'aime les salles de cinéma ou l'écran est à l'horizontale, et jamais je ne me laisserai seduire par une propagande proverticale, tout Rowan Atkinson que soit sa figure de prou. Dûs-je combattre les charmes envoûtants de 30 000 Rowan Atkinson pour permettre à la vérité de s'etablir que je le ferai. Car je suis un homme libre qui a des idées tres tranchés sur les formats.

Donc en résumé c'est un petit film vaguement simpotache mais aux opinions inadmissibles

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 22 fois
2 apprécient

Autres actions de Alexandre Jacomin Johnny English contre-attaque