A hauteur d'enfant

Avis sur Jojo Rabbit

Avatar alsacienparisien
Critique publiée par le

Comme ont déjà pu le faire Charlie Chaplin et Quentin Tarantino, Jojo Rabbit tourne en ridicule l'ère hitlérienne à travers une satire osée, risquée mais à taille d'enfant. En effet, le film a pour héros un jeune garçon de 10 ans qui s'embrigade au sein des Jeunesses Hitlériennes, avec pour ami imaginaire, le dictateur lui-même ! L'humour est grinçant et efficace, les rouages de cette pochade font mouche, et le tout mené par le charisme expressif du jeune Roman Griffin Davis qui y est pour beaucoup. Cette mise en scène pimpante et excitée en apparence renferme en fait une interrogation sur l'innocence, l'humanité et la différence, un peu comme dans La vie est belle de Roberto Benigni, mais du point de vue des nazis. Politiquement incorrect, avec un ton à la fois farfelu et décalé, Jojo Rabbit s'ouvre de façon magistrale, exposant presque toutes ses bonnes idées dans son ouverture. C'est parfois too much mais il faut reconnaitre que cela reste drôle, loufoque et maitrisé. Malheureusement, bien que l'histoire soit servie par des personnages badass et des acteurs excellents (coup de coeur pour Sam Rockwell et Archie Yates !), le rythme perd en tension dans son développement, quitte à enrayer son disque de quelques longueurs. Pour ma part, bien qu'il s'agisse d'une adaptation de roman, j'ai trouvé la rencontre avec la jeune juive, en huis-clos donc, bien plate et moins en accord avec le parti pris global. C'est comme si on perdait l'aspect délirant en mettant en pause la machine pourtant impressionnante de la première partie. Mais malgré cette parenthèse, le film nous embrigade à nouveau dans sa folie grâce à l'intervention glaçante et hilarante de la Gestapo. Car oui, Taika Waititi, bien qu'empruntant la forme d'une fable initiatique, ne ménage pas son public. Après avoir déblayer le terrain par son point de vue atypique et ses reprises de célèbres chansons américaines en allemand, le film nous bouscule par ses différentes couches de lecture et par sa tragédie humaine, indissociable à ce cadre spatio-temporel. Selon moi, l'émotion aurait pu être mieux dosée et plus forte. Jojo Rabbit cache bien son jeu et peut susciter la polémique en osant rire de la barbarie nazie, mais bien qu'il m'ait ennuyé dans son développement, il n'en est pas moins couillu, déroutant et nécessaire.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 35 fois
1 apprécie

Autres actions de alsacienparisien Jojo Rabbit