Toujours provocateur, mais c’est un grand moqueur, Todd Phillips a longtemps fait trempette dans le buddy-movie hystérique et déjanté. Mais passé le cap du « Very Bad Trip », il a réussi a apporté plus de nuances avec « War Dogs ». Comme quoi il n’est jamais trop tard pour se laisser vieillir, tout en exploitant la maturité qui nous reste. Et c’est pourtant avec un Lion d’Or et bien d’autres promesses comme engagement et garanti de sa bonne foi. Ce dernier trip pouvait aisément tomber dans l’oubli et dans la surenchère. « Suicide Squad » le prouve, entre autres. Mais le réalisateur, accompagné de Scott Silver, à l’écriture nous réinvente un mythe de la pop culture, sans ces montagnes d’effets visuels qui empoisonne la véritable beauté derrière le discours d’un personnage ou bien de son environnement. Imprégné d’enjeux politiques, sous une grande influence scorsesienne (Taxi Driver, La Valse des Pantins, Raging Bull), certains pourraient rapidement lâcher l’affaire.


Loin de la confrontation titanesque avec sa némésis homme chauve-souris, Phillips préfère nous emmener dans le fond d’un Gotham, saisi par le feu, le sang et la solitude, afin de retracer l’origin story de l’un des antagonistes les plus complexe, mais attirant de l’histoire du cinéma. Indépendant de la timeline des DC Comics, on se raccorde peu avec l’univers de l’anti-héros. On ne fait qu’exploiter sa licence pour en faire un film virtuose et honnête. Plus besoin de fibre épique pour séduire, il suffit de laisser les sentiments s’exprimer par eux-mêmes. Joaquin Phoenix campe ainsi un Arthur Fleck, rongé par le dégoût de vivre, vivre dans les pas des autres et des plus « grands ». Martyrisé psychologiquement et physiquement, il représente le clown ou le pantin d’une société agressive. On insiste alors sur la trajectoire d’Arthur, que ce soit dans sa descente aux enfers ou encore avec le cadrage symbolisant sa lutte contre sa souffrance et sa folie.


Et les symboles, tout comme les métaphores lyriques, ne manquent pas. La référence directe à « Les Temps Modernes » résonne comme un sentiment de supériorité et d’hypocrisie non assumé par les habitants aisés et insouciants de la colère qui les entoure. Ils sont sourds, malhonnêtes, rendant ainsi leurs opposants très hostiles et provocateurs. Le personnage de Murray Franklin, animateur d’un TV Show et ironiquement interprété par Robert De Niro, est comme le porte-parole qui répand et conditionne la souffrance. Arthur tente de sortir de ce traumatisme, jusqu’à se libérer pleinement, en acceptant son handicap comme une force. Se force à être heureux est un poison, les actes comptent. Mais le Joker est loin d’être une figure héroïque, malgré un parcours semé d’empathie. Nous en acceptons la logique derrière l’évolution du futur prince du crime, mais jamais il n’est question de partager sa démarche, violente et crue. Ce film n’est qu’un état des lieux d’une réalité que l’on met trop souvent de côté, au risque de secouer un essaim de polémiques et de peines.


« Joker » invite ainsi à la révolte sous différents angles. D’une part, elle entretient un message politique fortement d’actualité, comme quoi le chaos finira par naître des cendres et du sang. Mais il faut également reconnaître qu’il incite les grands studios à proposer plus d’audace et de nuances, au lieu de bluffer la foule avec un masque muet et bruyant. Phoenix porte magnifiquement l’étendard du raté en voie d’éclosion, mais qui ne constitue qu’une pièce parmi le domino de rage qui se dessine peu à peu. Son personnage se veut complexe et bourrer d’illusions, cela dans l’unique but de forcer un second regard sur un rapport de force qui n’est pas près de changer, mais qui au fond aura déjà taclé bien des tendances philosophiques Hollywoodienne.

cinememories
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Les meilleurs films de 2019 et Les meilleurs films des années 2010

Le 6 octobre 2019

7 j'aime

Joker
Samu-L
7
Joker

Renouvelle Hollywood?

Le succès incroyable de Joker au box office ne va pas sans une certaine ironie pour un film qui s'inspire tant du Nouvel Hollywood. Le Nouvel Hollywood, c'est cette période du cinéma américain ou...

Lire la critique

il y a 3 ans

226 j'aime

12

Joker
Larrière_Cuisine
5
Joker

[Ciné Club Sandwich] J'irai loler sur vos tombes

DISCLAIMER : La note de 5 est une note par défaut, une note "neutre". Nous mettons la même note à tous les films car nous ne sommes pas forcément favorables à un système de notation. Seule la...

Lire la critique

il y a 3 ans

216 j'aime

41

Joker
Therru_babayaga
3
Joker

There is no punchline

Film sur-médiatisé à cause des menaces potentielles de fusillades aux États-Unis, déjà hissé au rang de chef-d'oeuvre par beaucoup en se basant sur ses premières bandes-annonces, récompensé comme...

Lire la critique

il y a 3 ans

191 j'aime

125

Solo - A Star Wars Story
cinememories
6

Shot First !

Avec une production et une réalisation bousculée par la grande firme que l’on ne citera plus, le second spin-off de la saga Star Wars peut encore espérer mieux. Cela ne veut pas dire pour autant que...

Lire la critique

il y a 4 ans

19 j'aime

2

Zack Snyder's Justice League
cinememories
4

Ça déborde

Le conflit. Le film de Zack Snyder en est orné, voire possédé. Entre l’emprise des studios Warner et un deuil non résolu, le cinéaste revient malgré tout, en force et encouragé de tout part, pour...

Lire la critique

il y a plus d’un an

17 j'aime

2

Alerte rouge
cinememories
7
Alerte rouge

La puberté zen

Alors que Disney continue de noyer les créations Pixar dans le flux de streaming, il sera d’autant plus difficile à croire qu’il reste un semblant de liberté chez ce studio, qui a su convoquer tant...

Lire la critique

il y a 5 mois

16 j'aime