The Killing Woke

Avis sur Joker

Avatar Xidius
Critique publiée par le

Tiens tiens, encore un film qui dévoile toutes ses cartes... en 2 minutes.
C'est quand même très relou alors qu'ils ont enfin la possibilité de monter un tel projet, en assumant de montrer un méchant agir comme tel en Rated R (coucou Venom), qui plus est avec un acteur impliqué, et l'envie de garder tout ça dans un décorum réel, avec comme références des classiques, des vrais, et pas des trucs torchés sur fond vert...

... pour ça ! Après avoir essayé de devenir un réal sérieux dans son War Dogs où on comprenait vite que le gars n'avait aucune idée de ce qu'il filmait et de comment tourner l'histoire dingue qu'il retraçait, Todd Phillips nous ressert la même.
Car c'est quoi le projet de faire un film sur un méchant comme le Joker ? Montrer ses origines, ok d'accord, mais ça veut dire quoi ?
Si c'est pour juste dire "Regardez comme il est méchant", tout le monde s'en fout.
C'est trouver des zones d'identification pour le public, qui va grincer des dents en se trouvant des points communs avec ce qui finira par devenir un monstre pareil. Et là, au bout de 2 minutes donc...

Regardez, en fait le mec est handicapé !
Et puis attend, parce qu'après tu vas apprendre que sa maman elle est zinzin, elle a fait de l'asile !
Puis même que c'est pas sa vraie mère, parce qu'il a été abandonné à la naissance !
Et il a été maltraité gamin, enchainé à un radiateur, battu, et que du coup il est pété du casque le mec !

Alors je veux bien que derrière on tente de filmer une descente aux enfers via le prisme de la société cruelle, oppressante et tutti quanti, mais c'est une suite de correspondances malheureuses assez lourdingues, qui ne se suffisent pas à elles mêmes pour amorcer un tel virage.
Que tu ne vois pas vraiment parce que dès le début, héhé !
D'ailleurs, dans ce délire de tout griller ASAP, filmer Phoenix qui se marre comme un goret n'importe comment dès la deuxième ou troisième scène, c'est déjà tuer le projet dans l’œuf, en sapant l'évolution vers la folie du mec.
Et comme le projet est vraiment écrit au burin tout du long, les raccords super lourdingues avec l'univers Batman et Bruce Wayne m'ont encore plus sorti du film, tout en ayant une présence vraiment hors sujet.
Les méchants de Batman existent pour ce qu'ils sont, ils n'ont jamais eu besoin du chevalier noir pour exister, à l'inverse de ce dernier !
Mais bon, ça faisait sans doute plus clever comme ça...

En tout cas, le film devient vite ultra prévisible, ce qui est quand même un comble pour un perso aussi instable que celui-ci.
Et ça a beau citer Scorsese et tout le tralala à tort et à travers (pololo, regarde De Niro qui présente une émission comique que le héros crève d'envie de faire, T'AS LA REF?! T'AS LA REF ?! Et même que le mec il danse tout le temps, et il fait même une valse avec sa mère ! T'AS LA REF ?!!!), le truc retombe comme un soufflet, ne semblant jamais avoir les couilles pour péter véritablement un câble jusqu'au bout, trouvant toujours le moyen de justifier d'une façon ou d'une autre les crimes de son perso, sous une énorme couche de pathos.
Adieu la subversion.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1600 fois
18 apprécient · 6 n'apprécient pas

Autres actions de Xidius Joker