ok lourd

Avis sur Joker

Avatar Roptar
Critique publiée par le

Un film qui traite sur la folie, ce n'est pas très original. En plus il s'agissait d'un des personnages les plus connus de l'univers des comics et même de la culture populaire en général. Pour être original, il fallait donc frapper fort et intelligemment. Et ce film y arrive presque très bien (sinon j'aurais pas fais cette intro). Arthur Fleck souffre d'un trouble mental (qui existe vraiment) qui est le rire compulsif. Dans des situations de stress, ce qui arrive souvent, il se met à rire aux éclats sans pouvoir s'arrêter. Mais le pauvre est né dans une ville et une société pourrie jusqu'à l'os, qui ne s'occupe pas des plus défavorisé. En plus de cela, il doit s'occuper de sa mère à la maison, ils se fait tabasser et n'a pas réellement d'amis ou de connaissance sur qui compter. Personne ne le comprend, les gens ont peur de lui ou ne lui parle pas. Ce n'est donc pas une vie facile.
Assez de contexte et parlons du film. Je trouve que ce film est un des meilleurs qui montrent la folie. La lumière, la photo, les cadres LE JEU D'ACTEUR, tout ça est parfaitement maîtrisé et rend un film magnifiquement bien fait, chargé d'émotions. La première partie est un régale de torture psychologique. On se sent coupable de ne pas pouvoir aider ce pauvre homme qui souffre réellement de son trouble, la mise en scène traduit parfaitement la souffrance que vie Arthur au quotidien. C'est un film qui met mal à l'aise, c'est limite une sensibilisation aux troubles psychiques en général et à ce que doivent endurer les gens qui en ont. Dans cette première partie le personnage nous fait de la peine mais la deuxième partie est tout autre car ont parle quand même du Joker, qui est une personne peut recommandable.

Suite à la découverte de la vérité sur sa mère (un twist très bien amené) Arthur se transforme en Joker. L'empathie pour le personnage s'en va car la folie va le pousser à tuer directement et indirectement des personnes. Le personnage reste similaire aux autres Joker mais a des différences non négligeable. Le Joker est ici beaucoup plus soumis que les autres, il subit la société et les souffrances de la vie. Tout ce qu'il fait a des conséquences désastreuses sur le monde qui l'entoure, la moindre petite exaction entraîne un carnage. C'est en cela que ce Joker est différend des derniers portés à l'écran, il provoque le chaos sans même le vouloir.

Mais assez d'éloges, nous allons parler des défauts. Tout d'abord, ce n'est pas pour rien que j'ai utilisé la phrase "montrer la folie" plutôt que "traiter" ou "parler de la folie". En effet, il y a beaucoup de choses dans ce film que j'ai déjà vu. C'est un film qui reprend des codes et qui les magnifie, mais jamais ne les révolutionne. En plus de cela, je n'ai pas remarqué une réflexion profonde sur la folie ou sur cette société corrompue. Il y a une réflexion mais qui ne va pas très haut : "la société fait pas gaffe à moi", "on ne me comprend pas", "je suis fou mais personne ne le voit", tout cela est très bien montrer mais peu exploité. C'est un film beaucoup plus visuel que réflexif. Je passerai beaucoup plus de temps à analyser American psyhco, mais je passerai tout autant de temps à regarder Arthur danser devant des rideaux multicolores.
Dernier point sur l'univers DC comics. La ville de Gotham est ici montrer dans un réalisme qui se détache de l'ambiance des comics en général. Le meilleur exemple est l'asile d'Arkham, qui n'est pas sur une île étrange avec des corbeaux partout, mais est un centre psychiatrique dégueu comme il en existe des tas.

La première apparition de Bruce Wayne est particulièrement appréciable et extrêmement intense, surtout si tu es fan des comics. Mais je trouve la mort de ses parents totalement forcée, inutile et un peu dérangeante si M. Lambda va voir le film. En effet, une grande attention est portée, par un long plan, sur la détresse d'un enfant seul dans la rue. Mais si tu ne connais pas le comics, ce plan n'a pas vraiment de sens car nous ne savons pas ce que va devenir l'enfant. L'attention aurait du être porté sur les parents mort et sur le fait que ce sont des victimes indirectes du Joker et du chaos qu'il a provoqué. Mais non, ce qu'on te montre ici c'est une énième scène d'origine story que t'as vu 1000 fois, quel dommage.

Conclusion, c'est un super film mais prenez 2 secondes de recul, allez voir d'autres films qui traite de la folie et ensuite comparez les à Joker. Je pense que cela ne vous apportera que plus de manière d'appréhender les films qui parlent de troubles psychologiques et que ce film est loin d'être le meilleur qui TRAITE de la folie (je parle bien de traiter et non pas de montrer, faites attention aux mots)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1491 fois
5 apprécient

Roptar a ajouté ce film à 1 liste Joker

Autres actions de Roptar Joker