Toutes les cartes en main

Avis sur Joker

Avatar Darth Caedus
Critique publiée par le

Aujourd'hui, je dois dire que je ne saurais dire tout le bien que j ai à dire pour ce film, tant il est spectaculaire à tous les niveaux. Je vais tâcher de développer sans spoiler.

  1. Joachim Phoenix.. quelle claque. Au-delà d'une prestation originale, il procure ce malaise omniprésent, mélange de gêne et d empathie, perdu dans un monde emprunt au désarroi, à la pauvreté, à la criminalité et aux excès de violences physiques et morales. Joachim Phoenix n est pas "le joker", il est l incarnation de l'idée, du concept de ce personnage, au sein d'un monde n étant pas si différent du nôtre. Autrement dit, il réussit son travail en créant de toute pièce, depuis heath ledger, un joker passionnant, un être pour lequel on en vient à développer une sympathie, et ce malgré son problème d ordre psychiatrique. C est superbe.

  2. L'Histoire. Elle est longue, et c est précisément un atout pour ce film. Ce film est une narration exhaustive du passage à la démence de quelqu un qui lutte contre une société délirante. Cette société engendre la folie, dont le Joker devient le monument, mais pas que. Cette histoire est sombre, délicieusement malaisante, mais pose des concepts et des idées qui mènent à cette folie que l on comprend sans la cautionner. Et là est le second point essentiel du film. Comprendre la folie en ne la cautionnant pas, éprouver de l empathie pour un être banal mais condamné à devenir le visage de la révolution brutale et sanguinaire d un peuple à l agonie.

  3. Les mises en relation. Et je pense que là, je n arriverais pas, à l aide de mots, à expliquer le génie de ce film. Chaque relation est essentielle, chaque relation est capitale, chaque relation est un fondement sur lequel se narrera le film. D'un ami nain qui permet d entrevoir une humanité auprès du joker, à une idylle imaginée de toute pièce, chaque situation, relation, dialogue, explique et montre qu une folie irraisonnée se cache en lui, le tout associé à une névrose dérangeante associée aux rêves et desirs, suscités par une seule et même personne, personne qui sera le début et le grand final de sa folie.

  4. Les questions philosophiques.

    • est ce qu un malade est une personne que l on désigne comme souffrante, ou est-ce que cette dénomination est un prétexte pour la déconnecter de la société ?

    • est-ce qu un homme riche peut comprendre un homme dans le besoin, peut-il être à même d aider quelqu un qu il ne comprend pas?

    • Est-ce que la vie d'une personne vaut plus que la vie d'une autre, et cela basé uniquement sur les moyens de chacun?

    • Est-ce que le rire incontrôlé est une maladie incurable ou le symptôme d une personne qui cherche à se sentir mieux?

  5. Mon avant dernier point est une citation. " je ne vois plus ma vie comme une tragédie, mais comme une comédie". C'est une phrase joyeuse, effrayante, optimiste et cauchemardesque à la fois. La tragédie se résume à laisser la société régir ses actions, perdre la volonté de rire, d être epanoui dans sa vie.
    La comédie en revanche, dans ce film, consiste à réaliser ses rêves, éliminant les personnes qui refusent de rire avec soi.
    Brillant.

  6. Le cadrage, la mise en scene, l' humour et l action. Nous ne sommes pas dans un navet du MCU. Les plans sont tous réfléchis, bcp de plans iconiques. Un régal de réalisation. Nous sommes de plus dans un film qui dose l humour et l horreur, qui en joue meme. L action est méticuleusement dosée, l humour quant à lui intervient soit pour compenser un mal-être, soit pour rire d une situation cocace.

C est le genre de film qui sort du lot, et qui fait du bien apres les nanars des deux firmes!

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 95 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Darth Caedus Joker