👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Il était évident et naturel qu'un jour ou l'autre Joker, l'ennemi juré de Batman, se voie offrir un film racontant sa vie supposée à Gotham et donnant des explications sur la pente qui l'a amené à devenir l'ennemi public numéro 1. C'est donc désormais chose faite et, à la vue de la création de Todd Phillips couplée à celle d'un Joaquin Phoenix irradiant de bout en bout dans son personnage totalement décalé, on ne peut qu'adhérer au choix des Oscars qui ont couronné l'acteur pour sa performance. Sans oublier la statuette qui a salué la musique de la compositrice islandaise, réellement inspirée dans sa noirceur maîtrisée, ainsi qu'un Lion d'Or à Venise pour le film.

L'une des remarquables qualités de l’œuvre est de nous faire complètement oublier l'origine BD de l'histoire. Pas trace ici de super héros ou de situations abracadabrantesques. Nous sommes dans un réalisme pur et dur, avec, à la clé, une condamnation sans appel des émissions qui déshumanisent la société. Arthur est un enfant malade, désespérément en quête du sens de sa vie, qui se rêve humoriste de talent, et qui explose en permanence dans des crises d'hilarité aussi volcaniques qu'incontrôlables afin de ne pas sombrer dans les gouffres de la folie. A travers les multiples traumatismes tant physiques que psychiques qui s'accumulent dans son existence, le récit plonge le spectateur dans les méandres tortueux de son esprit déliquescent. Et dire que Joaquin Phoenix est impérial dans l'incarnation de cette victime relève de l'évidence. Il se montre tour à tour subtil, désemparé, humilié, pour, au final, découvrir le salut dans une violence inéluctable. Et c'est sans doute sur ce point que l'on peut émettre quelques regrets. Outre que l'histoire insère les aspects politiques, sociaux, psychopathologiques, dans un mélange un peu fourre-tout, elle a surtout la limite de se reposer entièrement sur un scénario linéaire et hautement prévisible. Dès le premier quart d'heure, il est possible de deviner l'issue de cette course folle contre la misère et l'humiliation. Heureusement que, dans sa globalité, l’œuvre affiche suffisamment de tenue dramatique, de frénésie et de clinquant maîtrisés, pour que la simplification du récit ne grève pas le volcanisme qui bouillonne sans interruption dans cette création hors normes.
bernardsellier
7
Écrit par

il y a 2 ans

Joker
Samu-L
7
Joker

Renouvelle Hollywood?

Le succès incroyable de Joker au box office ne va pas sans une certaine ironie pour un film qui s'inspire tant du Nouvel Hollywood. Le Nouvel Hollywood, c'est cette période du cinéma américain ou...

Lire la critique

il y a 2 ans

226 j'aime

12

Joker
Larrière_Cuisine
5
Joker

[Ciné Club Sandwich] J'irai loler sur vos tombes

DISCLAIMER : La note de 5 est une note par défaut, une note "neutre". Nous mettons la même note à tous les films car nous ne sommes pas forcément favorables à un système de notation. Seule la...

Lire la critique

il y a 2 ans

216 j'aime

41

Joker
Therru_babayaga
3
Joker

There is no punchline

Film sur-médiatisé à cause des menaces potentielles de fusillades aux États-Unis, déjà hissé au rang de chef-d'oeuvre par beaucoup en se basant sur ses premières bandes-annonces, récompensé comme...

Lire la critique

il y a 2 ans

191 j'aime

125

Parasite
bernardsellier
7
Parasite

Désillusions

Boon jong ho nous a déjà offert plusieurs œuvres passionnantes : "Memories of murder", "The host", "Okja"... Mais aucune de cette richesse. Est-ce un film social ? Oui ! Est-ce un drame ? Oui ! Une...

Lire la critique

il y a 2 ans

1 j'aime

The Outsider
bernardsellier
8
The Outsider

Noir, c'est noir...

Juste après avoir quitté Jason Bateman dans la première saison de "Ozark", nous le retrouvons ici en coupable offert à la vindicte publique, et, avouons-le, toujours aussi peu expressif. Est-ce sa...

Lire la critique

il y a 2 ans

1 j'aime

Enragé
bernardsellier
6
Enragé

Vous avez dit : Bulldozer ?

Rachel (Caren Pistorius) est en plein divorce d'avec Richard. De plus, ce jour-là, elle est très en retard pour amener son fils Kyle (Gabriel Bateman) au collège. Elle klaxonne un gros véhicule qui...

Lire la critique

il y a plus d’un an