Avis sur

Joyeuse Fête des Mères par pierrick_D_

Avatar pierrick_D_
Critique publiée par le

Nous sommes à Atlanta,quelques jours avant la Fête des Mères.Une bande de pétasses hystériques,qui présentent toutes la répandue particularité d'être mamans,qui se connaissent,ou pas,et se croisent,ou pas,nous sont présentées.Première observation,la Fête des Mères existe donc aux USA.Il paraitrait pourtant que ce serait le maréchal Pétain qui aurait inventé ce truc.Ce n'est quand même pas lui qui aurait imposé ça aux ricains?Il s'agit du dernier film de Garry Marshall,qui est décédé en cette même année 2016,et on sent effectivement la fatigue à travers cette mise en scène sans ressort,cette photo sans relief,cet humour pas drôle,ces personnages blindés aux métiers valorisants et ces moments d'émotion bidons.Marshall,sur ses trois derniers films,réalisés entre 2010 et 2016,s'était spécialisé dans la "comédie dramatique calendaire" puisque les deux précédents étaient "Valentine's day" en 2010 et "Happy New Year" en 2011,bâtis sur l'identique modèle du film choral à histoires tragi-comiques entrecroisées,avec personnages multiples incarnés par des stars.S'il n'avait pas disparu,il aurait pu continuer à exploiter cette veine car il y avait encore de quoi faire.La Fête des Pères,Noël,Thanksgiving,le 4 juillet,Halloween,le Black Friday ou le 25 mai,date anniversaire de la mort de George Floyd et fête nationale des marchands de genouillères auraient pu nous valoir de futurs chefs-d'oeuvre à profusion.Voici donc les mothers dans tous leurs états,de la mère indigne,une présentatrice de télé-achat qui a autrefois abandonné son bébé,à la mère traumatisée,le bébé en question devenu aussi maman et flippé par la peur de l'engagement,en passant par la mère célibataire qui voudrait récupérer son ex remarié à une jeunette canon,et même la mère militaire tombée au combat,dans le souvenir de laquelle vivent son mari éploré et ses deux filles,c'est la partie "sortez les mouchoirs".Pour faire bonne mesure,on nous inflige la bonne grosse dose obligatoire de progressisme,avec les deux soeurs dont l'une a épousé un indien et a donc un fils métis,et l'autre qui est lesbienne et mariée à une hommasse,toutes deux ayant un enfant récupéré on ne sait où ni comment,d'ailleurs on préfère ne pas savoir.Les malheureuses sont aux prises avec des parents qui sont des caricatures extrêmes de réacs neuneus.Mais bien sûr,à la fin,tout se passera bien pour tout un chacun et tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes de la réconciliation générale et de la mièvrerie crétine et nauséeuse.Les acteurs viennent faire leurs numéros sans conviction excessive.On a Julia Roberts,une habituée des oeuvres de Marshall qu'on avait déjà vue dans les immortels "Valentine's day", "Pretty Woman" et "Just married",Kate Hudson,qui avait tourné pour Garry dans "Fashion maman",ainsi que Jennifer Aniston,Jason Sudeikis,Britt Robertson,Timothy Olyphant et bien sûr Hector Elizondo,qui figure dans tous les films du réalisateur.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 82 fois
5 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de pierrick_D_ Joyeuse Fête des Mères