Ju-on: L'art de l'embrouille

Avis sur Ju-on: The Grudge

Avatar Paul Menoux
Critique publiée par le

C'est donc l'histoire de Kayako, tuée par Takeo, son cher époux, sous les yeux de leur fils Toshio. La mère et sa progéniture, devenus fantômes/zombies, vont pendant l'intégralité des 85 minutes de film hanter et tuer les protagonistes, c'est à dire [grande respiration] Rika, Sashie, Katsuya, Kazumi, Hitomi, Toyama, Izumi, Mariko, etc.
Autant dire que la longueur du film et sa principale mission, nous faire peur, ne permettent pas les présentations...

Il s'agit ainsi du gros point négatif de ce film. Les personnages sont trop nombreux et apparaissent de manière totalement confuse, faisant fi des bornes chronologiques et complexifiant à outrance une trame simpliste. Le film est décomposé en 6 saynètes, chacune se développant autour d'un personnage, non pas pour exploiter son caractère mais simplement parce qu'il faut tuer quelqu'un, et tout le monde est déjà mort...
De cette manière lorsque l'un d'eux meurt, le spectateur, au mieux, n'en à rien à cirer. Le jeu d'acteur n'arrange rien, faire les yeux ronds, ouvrir la bouche et prendre ses jambes à son cou (lorsque le personnage est lucide, ce qui est rare), sont à la portée d'un très mauvais téléfilm.

Malgré une idée plutôt originale et plutôt flippante, le film ne fait pas peur. Les scènes d'"horreur" sont omniprésentes et gratuites. Il est vrai que certains films du genre mettent trop l'accent sur la montée de l'angoisse pour faire éclater la tension dans les dernières minutes, mais il s'agit ici du contre-exemple absolu. Du début à la fin, chaque scène est censée faire peur selon la MÊME construction, de quoi provoquer une overdose de démons en tout genre...

Le film est tellement alambiqué qu'au moins on ne s'ennuie pas, parfois sur un malentendu on peut même sursauter.
Enorme big up aux maquilleurs et à l'actrice qui descend avec brio les escaliers à plat ventre.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 104 fois
4 apprécient

Autres actions de Paul Menoux Ju-on: The Grudge