Avis sur

Jurassic Park par tamouze

Avatar tamouze
Critique publiée par le

Sans doute mériterait il plutôt 7, mais n'y comptez pas.

Ce film a animé en moi une vocation. C'est inestimable.

Je l'ai vu enfant, et sans doute aimé pour les créatures derniers cris présentés à l'écran, et je continue pourtant de l'adorer, pour différentes raisons :
avec l'âge, et la maturité qui l'accompagne, j'en suis venu à l'apprécier pour son esthétique et sa mise en scène du suspense et de la peur, ainsi que le travail sur les personnages.
Steven Spielberg est ici parvenu à insuffler une profondeur philosophique à un film qui aurait pu se réduire à un banal film de survival-horror.
Certes la survie des protagonistes sur cette île infestée de dinosaures constitue leur préoccupation principale, mais les évènements ne s'enchainent pas à la va-vite et évitent le ridicule.
On prend le temps de faire connaissance avec un groupe de personnages charismatiques et sans excès. Alan Grant, Ian Malcolm, John Hammond, Timmy.. tous ont leur réplique, leur caractère et portent avec intérêt les réflexions du film.
L'être humain peut il se prendre pour "Dieu", créer et recréer des créatures, sans que cela ait des conséquences ?
Une problématique aussi ancienne que le mythe de Prométhée, où la créature se retourne contre son créateur, suite à l'irresponsabilité de ce dernier.
A mesure qu'on découvre les dinosaures, leur profil et leur comportement (le raptor est la révélation du film), et les personnages qui s'entraident et observent, avec une peur teintée d'admiration, ces créatures, on voudrait ne plus quitter ce parc d'attraction à l'atmosphère inédite.

Atmosphère magnifiée aussi et surtout par l'une des meilleures bande son composée par John Williams.

____________
___ SPOIL ___

Un seul reproche cependant : la scène finale.
Le tyrannosaure sauve les survivants de l'assaut des vélociraptors !

La scène est impressionnante, on ne prend pas conscience de son absurdité, en tout cas pas sur l'instant.
Mais j'ai découvert par la suite que Steven Spielberg avait du raccourcir le film pour des raisons de délai de production.
Il a donc choisi une facilité scénaristique caractéristique des années 90, que l'on retrouve toujours dans les films actuels : une certaine esthétique écologique mal placée du "les animaux sont gentils" ..

Autre faille qui égratigne mon idéalisation : la malice improbable conférée aux raptors..

A découvrir absolument.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 307 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de tamouze Jurassic Park