Dino Crisis : Zero Hour

Avis sur Jurassic World : Fallen Kingdom

Avatar darevenin
Critique publiée par le

Alors que je m'attendais à un échec annoncé, l'affiche étant peu inspiré et la majeure partie du scénario ayant été révélée stupidement par la bande-annonce américaine, Jurassic World : Fallen Kingdom s'avère cependant très bien exécuté et gagne donc en crédibilité.

Pour autant, le film n'est pas exempt de défauts :

  • On sera énervés par le lot de décisions stupides prises autant par
    les héros que par les "méchants". Mais sans ce genre de décisions, le
    film n'aurait pas raison d'être.

Par exemple : Owen croit que Franklin et ses sbires vont placer la vie des dinos au-dessus de celles des humains, Mills croit que l'on peut contrôler les dinosaures comme des armes dociles (dommage que l'Indoraptor soit plus vicieux et instable que l'Indominus Rex, pas vrai crétin ?!).

Lockwood croit qu'il peut convaincre Mills de se rendre à la police, alors que ce dernier a plein d'acheteurs et de gardes du corps, et croit que Mills va se laisser faire. Le premier se fait donc tué par le second.

Franklin est aussi un idiot parce qu'il flingue l'Indoraptor de seringues hypodermiques d'abord sans ouvrir sa cage puis en l'ouvrant pour l'achever, croyant qu'il a déjà gagné, mettant ainsi sa vie et celles des investisseurs en danger.

Les investisseurs sont aussi des crétins, parce qu'ils sont tellement aveuglés par leur cupidité qu'ils croient contrôler des forces de la nature, et se font dévorer lors de la scène des enchères, tout ça parce qu'une d'entre elles se fait repérer en criant et parce qu'ils n'ont pris aucune précaution.

Et enfin, Maisie est une idiote pour deux raisons : d'abord quand elle se cache dans son lit pour échapper à l'Indoraptor alors qu'elle sait que ce dernier va tout de suite la trouver là (mauvais, l'instinct de survie). Et enfin, parce qu'elle décide de libérer les dinosaures dans la nature des États-Unis au prétexte qu'ils sont "vivants" comme elle - alors qu'il y a parmi eux des carnivores qui aurait pu la bouffer elle, sa famille et ses amis comme aurait pu le faire l'Indoraptor (idiote !)

  • Après, les autres défauts relèvent des clichés hollywoodiens : nos
    héros sont les rois du timing et ne se font jamais vraiment bouffer,
    mutiler ou blesser par les dinos contrairement aux méchants.
  • Enfin, le constat (quoique intéressant) est ridiculement alarmiste à
    la fin : le Dr Malcolm dit au Sénat américain que les dinos menacent
    la vie des hommes, alors que les dinos sont très peu à avoir
    survécu
    et ne semble pas s'être encore reproduits (je reprendrais
    sur ces points dans les qualités).
  • On voit aussi que le film hésite entre être un film d'action/horreur
    et un film familial
    à cause de la "famille" Owen / Claire / Maisie
    (continuant ainsi l'objectif énervant de vouloir donner des gosses à
    Claire comme dans le 1er Jurassic World).

C'est à cause de ça qu'on se dit que les persos voire les scénaristes étaient en mode "Jurassic Weed".

Heureusement, le film arrive à passer pour une métaphore sur les dangers des armes et de la prolifération nucléaire (bien que ce ne soit pas très original), et à faire passer un message nuancé sur l'éthique :

Mills dit qu'il n'est pas le seul méchant dans l'histoire, puisque Hammond et Lockwood ont créé des raptors, des T-Rex et autres "abominations de la nature" carnivores capables de détruire et de servir à détruire. Il dit même que si les héros voulaient vraiment empêcher ça, ils n'aurait jamais du créer Jurassic World.

Bien qu'étant un grand méchant capitaliste qui veut renflouer les pertes engendrés par Jurassic World suite à l'accident de 2015 (800 millions de $ de dommages et intérêts, quand même), il n'a pas tout-à-fait tort.

Le film est sauvé aussi par ces bons points là :

  • La première moitié sur le sauvetage des dinosaures hors d'une Isla
    Nublar en pleine éruption volcanique est haletante, l'ambiance est
    progressive et prenante (on se sent vraiment sur une île remplie de
    dinos dangereux) et on a l'occasion de ressentir de l'empathie pour
    le raptor Blue (y compris lors du deuxième acte).
  • On ressent de l'empathie pour les pauvres dinos herbivores pris aux
    piège dans les flammes de l'éruption volcanique ou obligés de se
    noyer pour échapper à la lave. La tristesse nous envahit quand on
    voit ce pauvre Brachiosaure étouffé par les nuées volcaniques.
    Adieu, Gertie ! :'(
  • Le film se voulant être assez proche scénaristiquement de Jurassic Park 2 : Le Monde Perdu sans être aussi ridicule, l'utilisation des mercenaires et investisseurs sans scrupule tombe en fait sous le sens. Puisque que le film nous fait prendre conscience que personne ne va vouloir aider les dinos sans qu'il y ait une idée mercantile derrière.
  • D'ailleurs, ça fait du bien de voir des grands méchants capitalistes
    acheteurs et exploiteurs de dinos se faire tabasser par Owen et par
    deux dinosaures (dont un carnivore).
  • Par contre, pour un "film familial", il est plus brutal que Jurassic
    Park 2
    :

On avait aussi des mutilations avec des corps et des lambeaux de chair découpées dans JP 1 & 2. Mais dans Jurassic World 2 ; Franklin se fait manger le bras violemment par l'Indoraptor et mangé la gorge, plusieurs gardes du corps sont grignotés par Blue et Mills se fait très brutalement dévoré par un T-Rex à la tête et un Allosaure lui arrache la jambe (un peu comme les méchants dans JP 2).

  • La rapidité et la violence de ces mutilations est assez traumatisante
    (surtout quand on sait que des parents emmènent leurs enfants voir
    ça) bien que non sanguinolente.
  • L'Indoraptor, bien que son nom soit pas terrible et qu'il semble peu
    original, ressemble presque à une version dino de Freddy Krueger des
    Griffes de la Nuit
    .
  • Et son design est à la fois simple et terrifiant : écailles noires et
    jaunes, pics à la tête, dents tranchantes aiguisées et yeux rouges.
  • La révélation sur Maisie fait passer ce JW 2 pour
    une adaptation de Dino Crisis ou de Resident Evil (le premier
    étant un mélange de JP et de RE) ;

Maisie est une clone de la fille de Lockwood. Je trouve que c'est digne autant de JP que de RE et que ça ouvre des voies inexplorées. J'ai aussi aimé l'effet du reflet de l'Indoraptor sur celui de Maisie, ça explique un peu pourquoi elle a pris les dinos en pitié malgré ce fâcheux incident (c'est aussi elle qui découvre le lien affectif entre Blue et Owen).

Et même l'invasion du monde des humains par les dinos, bien que minoritaires, est un concept intéressant, car ça fleurte avec le concept d'apocalypse et de lutte pour l'existence. Les humains vont alors se sentir traqués et attaqués tous les jours par ces créatures et signifie la possibilité d'une suite mélangeant Mad Max et Jurassic Park.

(Edit) Quoique seul le Mosasaure a l'air d'une menace sérieuse. Et en sachant que certains de ces dinos ont un ADN mélangés avec celui de grenouilles ou de reptiles, c'est à se demander s'ils vont réussir à se reproduire avec des espèces locales. Sinon, c'est proche de Jurassic Park 2 avec T-Rex et raptors en Californie.

Aura-t-on un Jurassic World : The Last Battle aussi digne du 1er film de Steven Spielberg ?

Seul l'avenir nous le dira...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 166 fois
1 apprécie · 2 n'apprécient pas

darevenin a ajouté ce film à 1 liste Jurassic World : Fallen Kingdom

Autres actions de darevenin Jurassic World : Fallen Kingdom