Avis sur

Justice League par Elkala

Avatar Elkala
Critique publiée par le

La Justice League arrive enfin au ciné dans ce DCCU qui se développe de manière plus lente que son meilleur ennemi Marvel, mais avec un propos plus profond, du moins dans ce qui a été aperçu dans Man of Steel et Batman v Superman, Wondewoman étant plus classique (bien que montrant maladroitement l'intervention divine sur les actions de l'homme) et Suicide Squad étant... ce qu'il est.

Autant le dire, j'ai pris plaisir à regarder ce film, qui respecte bien l'univers DC et propose un divertissement très plaisant. Le découpage du film aurait pu faire peur vu les éléments qui ont entaché la production mais on se retrouve finalement devant un bon film de super héros. Le problème pour moi étant la marvelisation du film, notamment dans sa dernière partie, et dans le propos général qui semble disparaître (ou du moins rester en sous-texte) qui faisait la force des deux premiers films. D'ailleurs, beaucoup de scènes des bandes-annonces, celles avec Cyborg notamment, n'apparaissent pas à l'écran alors que le personnage semblait avoir un développement intéressant (qu'il a dans le film, mais de manière moins torturée que cela aurait du être).

Parlons d'ailleurs des nouveaux personnages. Sans avoir eu leur origin story, le film nous fait comprendre à travers une à deux scènes chacun le mal ou le doute qui les accable, et nous introduit à leurs futurs films qui développeront tout ça. Car autant Wonderwoman méritait qu'on s'attarde sur leur passé, je pense que l'idéal sera de voir l'après Justice League avec ces personnages, et non pas comment ils sont devenus ce qu'ils sont. J'avais peur des acteurs de Flash et Aquaman, et finalement ils sont justes dans leur rôle.

Visuellement, le film se démarque assez des Marvel aseptisés, du moins dans la première partie du film, la fin en image numérique étant tout à fait immonde. Cyborg rend mal sur certaines scènes, et Steppenwolf, le méchant, est tout moche, en plus d'être assez inintéressant, mais ça, on a l'habitude dans les films de superhéros. Sans compter l'effacement numérique de la moustache d'Henry Cavill, mais c'est encore une autre histoire.

En parlant d'effet numérique et d'écran vert, rappelant les heures les plus sombres de la prélogie Star Wars, après Thor: Ragnarok et son écran vert d'une île nordique sensée représenter la Norvège (car oui c'est compliqué pour Disney de faire un set de tournage dans un pays nordique sur un film à plusieurs millions de budget), voici le champ de maïs sur écran vert, car oui c'est compliqué pour la Warner de trouver un champ de maïs aux Etats-Unis. Ça gâche pas le spectacle, mais c'est quand même assez navrant.

Justice League reste pour moi dans le haut du panier des films de superhéros, bien que j'attende une version longue un poil plus développée pour certains moments du film. Restez bien jusqu'à la fin du générique car il y a deux scènes post-génériques, la première dispensable est surtout un clin d'oeil, la deuxième est beaucoup plus intéressante.

Je vais juste finir sur le gros point noir du film pour moi, avec un gros spoil, donc balise et tout ça.

le twist du film est la résurrection de Superman. Dans le comics, après son combat contre Doomsday, Superman meurt d'épuisement, mais revient quelque temps plus tard car l'énergie solaire l'a régénéré, chose qu'on essaie de nous faire croire à la fin de BvS. Là les choses sont différentes. Steppenwolf, l'un des généraux de Darkseid, revient sur Terre récupérer les 3 boîtes mères, qui réunies, permettent de terraformer la planète façon Darkseid, c'est à dire désert et ruche à paradémons. Il parvient à récupérer celle des Atlantes et des Amazones mais n'arrive pas à récupérer la dernière que Cyborg ramène au QG. Sauf que, Batman (qui normalement serait le dernier à proposer ça) émet l'idée de ressusciter Superman en utilisant l'énergie de la boîte combinée avec la chambre de création du vaisseau kryptonien, là où Doomsday a vu le jour, ce qu'ils parviennent à faire grâce à Flash notamment, tout ça pour justifier la scène suivante, logique du coup, c'est à dire un Superman énervé, mais surtout, la dernière boîte mère se retrouve propulsée et sans défense avec Steppenwolf qui la récupère tranquillement, et ça je trouve que ça passe assez mal.

Ici vous pouvez spoiler

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 183 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Elkala Justice League