Shirley, tu me tailles une pipe et après on ira en cours?

Avis sur Kaboom

Avatar lultrafame
Critique publiée par le

Au début j'étais super heureuse de pouvoir vous rédiger une critique en trois parties avec limite une problématique pour faire bon genre, mais bon les enfants vous ne l'auriez même pas remarqué.
Et puis une critique motivée pour une fois. Vas savoir.
Commençons par l'académique. Comédie? Non. Film d'horreur? Non. Thriller? Non. Drame psychologique? Sûrement pas. Teen movie? Pas suffisant.
Une première partie délirante, sorte de gros cachet acidulé et pop. De la parodie de teen-movie bien ricain. D'ailleurs, on pourrait chercher la différence entre American Pie et Kaboom. La finesse peut-être (je n'ai jamais dit que c'était une devinette drôle après tout), et puis un sacré sens de l'image, des couleurs hyper vives (mais sans le côté criard des western en Technicolor, mon Dieu je ne vous en avais jamais parlé mais ça sera fait. Esthétique de merde. Bref) et des personnages tous plus craquants les uns que les autres : Thomas Dekker - une sorte de Jared Leto qui aurait (fort heureusement pour nous) croisé Casey Affleck- Haley Benett -ses yeux de chat, ses airs cassants et puis elle embrasse les filles à pleine bouche et elle m'excite un peu du coup- Roxanne Mesquida - Bombe et Brune donc totalement Baisable- Brennan Mejia et ses boucles d'ange. Une belle brochette de petites midinettes et mecs à la coule qui te font douter que tu es bien sur un campus vu que tu n'as pas pensé une seule fois "waouw, une de ces têtes à Biactol". Bref, ça baise un peu partout et on se dit qu'ils l'ont mérité les salauds, et le rêve étrange du début on s'en fout, on l'a déjà oublié.
Arrive la deuxième partie, et tu vois mec, j'ai flippé comme pas permis. On se croirait dans une performance artistique de hipsters qui aurait mal tournée. Il y a des mecs avec des masques d'animaux (le loup est juste ignoble, genre Petit Chaperon Rouge dégénéré) qui courent un peu partout un couteau à la main. Oh le bade. Sans compter qu'ils ont l'hallucinant pouvoir d'apparaître 1. sans que tu les ai vu arriver, du coup tu sursautes 2. au moment pile où la bande-son devient scary comme pas permis, du coup tu sursautes. Ils sont là pour faire peur quoi, mais en même temps t'adore le coup des masques, c'est totalement indie et tout et puis au moins ils ne passent pas inaperçus. A cela s'ajoute Roxanne Mesquida qui pète les plombs cette sorcière, et n'apparaît plus à l'écran qu'équipée de lentilles rouges animées. Elle me fait trembler ça me branche grave, je pense que c'est une demande directe depuis l'écran là, et comme elle est brune je dis oui, mais enlève d'abord les lentilles parce que ça met mal en valeur ton teint de pêche honey. Mais je m'égare, et puis j'ai vraiment flippé. Bref.
Troisième et dernière partie du film, un délire monstre qu'il vaut mieux prendre comme tel. Mec, je te jure, j'étais pas sous ecsta mais le film trippait pour moi. True story. Totalement surréaliste. Mais je ne spoile pas dans la bonne humeur, donc hush hush, mais crois-moi, le final va te faire serrer les fesses sur ton petit siège mon amour.
Maintenant vas chercher ton ticket, tu seras mignon tout plein.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 388 fois
7 apprécient

lultrafame a ajouté ce film à 1 liste Kaboom

Autres actions de lultrafame Kaboom