👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Kurosawa est incontestablement l'un des plus grands réalisateurs du septième art, de la trempe d'un Kubrick ou d'un Hitchcock par exemple. On peut même s'accorder à dire que ses films ont permis de faire connaître le cinéma japonais au-delà des frontières de l'"Archipel".

Kagemusha - dont je vais "traiter" ici modestement - est son 30ème film, et l'un de ses derniers. Il nous relate une histoire toujours d'actualité : substituer une personne à la place d'une autre, en l'occurrence, trouver un remplaçant au seigneur décédé, afin de faire croire à ses adversaires qu'il est bien toujours vivant et plus que jamais vaillant. Un peu comme la CIA aujourd'hui cherchant à savoir si le Saddam qu'on voit à la télé est bien le vrai... Problème, le sosie en question est aux antipodes du seigneur disparu : c'est un voleur, un brigand, un gueux de la pire espèce. Non pas qu'il soit méchant, mais c'est un être à la morale bien basse dans une société extrêmement hiérarchisée et aristocratique où chaque personne doit savoir rester à sa place et respecter les rangs. La proposition du film devient dès lors captivante et troublante, comment un substitut va-t-il endosser son nouveau rôle ; va-t-il en profiter pour dicter sa loi et changer la société ou au contraire va-t-il se conformer au rôle qu'on lui demande de suivre à la lettre. Sujet vraiment intriguant. Je n'en dirai pas plus...

Le problème de ce film - que j'avais déjà vu il y a 30 ans à Quimper au Chapeau Rouge pour la première fois, merci les Beaux-Arts - c'est son rythme insupportable. Certes, Kuro est un maître à filmer, chaque plan est pensé et jamais gratuit. Je pense par exemple à la scène avec l'enfant qui ne reconnaît pas son grand-père, ou celle du sniper avec le poids. D'un point de vue technique, il n'y a pas grand chose à redire, témoins ces grandes batailles type napoléoniennes avec chevaux et arquebuses tirant en rafale millimétrées, d'où mon titre (peplum).

Non, le gros problème de ce film, c'est que le rythme est beaucoup trop lent pour qu'on accroche. A force de multiplier les plans trainant en longueur, Kuro perd le spectateur. C'est bien dommage, parce que le propos et la conclusion méritent le débat. Le remplaçant se prend au jeu et perpétue l'oligarchie alors qu'il aurait pu user de son pouvoir pour transformer la société. Il n'en est rien, mais la question est posée quand même.

Quel dommage que ce film soit si lent et mou. Son propos est philosophiquement des plus intéressants, comme toujours avec Kuro. Pour tout dire, je me suis endormi à 1h30. Pour me réveiller en voyant le "maître" dans le lac de sang.



Au générique, vous verrez les noms de Coppola et Lucas, aussi ne vous étonnez pas si Dark Vador ressemble à un Shogun.

Ramifraise
5
Écrit par

il y a 12 mois

3 j'aime

Kagemusha - L'Ombre du guerrier
Docteur_Jivago
9

L'art féodal

Tout juste cinq années après Dersou Ouzala où Kurosawa explorait les terres soviétiques, il sort Kagemusha, l'ombre du guerrier. Il nous envoie dans le Japon du XVI siècle pour y suivre des guerres...

Lire la critique

il y a 6 ans

62 j'aime

10

Kagemusha - L'Ombre du guerrier
Gothic
8

L’accord de Shingen

Au XVIè siècle, en pleine guerre des clans, Shingen Takeda est mortellement blessé lors de l’assaut sur le château de Noda. Avant de mourir, il donne des instructions à ses vassaux afin que ceux-ci...

Lire la critique

il y a 8 ans

59 j'aime

14

Kagemusha - L'Ombre du guerrier
khms
9

Inébranlable

Alors que résonnent encore dans ma tête les cuivres du thème musical clôturant le film, je me retrouve là, complètement ébahi devant la beauté du film que je viens de voir. Des baffes comme ça, on...

Lire la critique

il y a 9 ans

33 j'aime

10

Crocodile Dundee
Ramifraise
9

Dundee dans le métro

La recette de Crocodile Dundee est on ne peut plus simple mais elle fonctionne parfaitement. Mélangez Tarzan à Roméo et Juliette, ajoutez-y un zest d'exotisme et de burlesque, et vous voilà en train...

Lire la critique

il y a plus d’un an

2 j'aime

Air Force One
Ramifraise
7

Piège de Cristal dans les nuages

Wolfgang Petersen, réalisateur de talent et plutôt rare, maintes fois récompensé pour ses films(1) carrés aux sujets originaux, s'attaque avec Air Force One au genre du "blockbuster". Où comment...

Lire la critique

il y a 6 mois

1 j'aime

Deux super-flics
Ramifraise
6

Le bon et la brute sont des truands

La formule est maintenant bien connue, le duo Bud Spencer et Terence Hill est bien rodé. Sans grande surprise donc nous allons plus ou moins apprécier les aventures de deux débrouillards que tout...

Lire la critique

il y a 9 mois

1 j'aime