Affiche Kagemusha, l'ombre du guerrier

Critiques de Kagemusha, l'ombre du guerrier

Film de (1980)

L'art féodal

Tout juste cinq années après Dersou Ouzala où Kurosawa explorait les terres soviétiques, il sort Kagemusha, l'ombre du guerrier. Il nous envoie dans le Japon du XVI siècle pour y suivre des guerres de clans dont l'un perdra assez vite son puissant et charismatique chef qui demandera, dans son... Lire la critique de Kagemusha, l'ombre du guerrier

57 7
Avatar Docteur_Jivago
9
Docteur_Jivago ·

L’accord de Shingen

Au XVIè siècle, en pleine guerre des clans, Shingen Takeda est mortellement blessé lors de l’assaut sur le château de Noda. Avant de mourir, il donne des instructions à ses vassaux afin que ceux-ci dissimulent la mort de leur leader durant trois ans, le temps que la relève puisse être assurée par son petit-fils. Les généraux vont alors utiliser un simple voleur, très ressemblant physiquement au... Lire la critique de Kagemusha, l'ombre du guerrier

58 14
Avatar Gothic
8
Gothic ·

Le cheval d’orgueil.

Après un détour par les steppes russes du début du XXème siècle, Kurosawa marie enfin deux enjeux de sa cinématographie : la reconstitution historique et la couleur. Flamboyant, son film est avant tout visuel. L’épique est la plupart du temps asservi à la picturalité, de la couleur des armures, scindant fantassins et cavaliers, des oriflammes dans le vent aux dorures des seigneurs, des étoffes... Lire la critique de Kagemusha, l'ombre du guerrier

67 2
Avatar Sergent Pepper
9
Sergent Pepper ·

Inébranlable

Alors que résonnent encore dans ma tête les cuivres du thème musical clôturant le film, je me retrouve là, complètement ébahi devant la beauté du film que je viens de voir. Des baffes comme ça, on n'en a pas tous les jours ! La dernière remonte en effet à Harakiri, qui avait en commun d'avoir en principal acteur Tatsuya Nakadai, rien que ça... Mais arrêtons avec ma vie, et concentrons nous sur... Lire la critique de Kagemusha, l'ombre du guerrier

32 10
Avatar Khamsou
9
Khamsou ·

Devenir daimyo à la place du daimyo

Revenons sur le contexte historique de ce film : nous sommes au 16ème siècle, et le Japon est en proie à des guerres incessantes entre les grands clans qui dominent le pays. Parmi eux, l'un des plus puissants est le clan Takeda, dirigé par le daimyo Shingen Takeda, brillant stratège et l'un des plus sérieux prétendant à la prise de Kyoto, et donc au contrôle de l'ensemble du Japon. Mais,... Lire la critique de Kagemusha, l'ombre du guerrier

28 3
Avatar fabtx
9
fabtx ·

Who is wicked, you or I ?

Nous sommes en 1980 soit 5 années après le fantastique Dersou Ouzala, loin de de la période très prolifique du Maître qui réalisait un voir deux films par an, c'est surtout à cause du financement important pour mener le projet à bien que Kagemusha a mis du temps à voir le jour. Le récit nous conduit dans une guerre de clans en plein XVIème siècle durant lequel le charismatique leader Shingen... Lire l'avis à propos de Kagemusha, l'ombre du guerrier

26
Avatar Gwimdor
8
Gwimdor ·

Comme une grande montagne.

Kagemusha, c'était bien le Kurosawa que j'avais le plus envie de voir. Alors quand ma bien-aimée m'en a fait cadeau après être revenue de Paris, je ne pouvais que sauter de joie et enfourner la galette. Déjà familier de l'époque Sengoku qui a vu de nombreux clans naître et périr au nom de l'unification du Japon, j'ai pu pleinement apprécier les rapports et caractères des différents chefs de clan... Lire l'avis à propos de Kagemusha, l'ombre du guerrier

16
Avatar JuYawn
9
JuYawn ·

Nul n'est prophète en son pays... Et pourtant !

Akira Kurosawa peut être comparé à une drogue. Et il faut bien comprendre que son oeuvre ne s'arrête vraiment pas au simple Les Sept Samouraïs, chef-d'œuvre du cinéaste et l'un des piliers fondateurs du cinéma nippon. Non, ce qu'il faut comprendre c'est que chaque film est un chapitre de quelque chose de beaucoup plus vaste, indispensable et toujours plus réussi. La preuve avec Kagemusha.... Lire l'avis à propos de Kagemusha, l'ombre du guerrier

12 13
Avatar Carlit0
10
Carlit0 ·

Réflexion "kurosawaienne" sur le pouvoir

On ne connaît que très mal le cinéma japonais en France. Lorsque les cinéphiles s'y aventurent, l'animation japonaise (le studio Ghibli en particulier) monopolise l'attention si bien que des cinéastes de talent de l'âge d'or japonais restent mal connus du grand public. Akira Kurosawa, comme Ozu ou Mizoguchi, fait parti de ceux-là. Sorti en 1980, auréolé d'une Palme d'or, le film bénéficie d'un... Lire l'avis à propos de Kagemusha, l'ombre du guerrier

10 13
Avatar potaille
10
potaille ·

Le double et la duplicité

On le sait, "Kagemusha" traite du double et de la duplicité : que ce soit la double identité de son chef politique, ou l'ambigüité de la culture japonaise partagée entre vérité (l'honneur) et le mensonge (le rituel et les conventions), ce dédoublement est avant tout, pour Kurosawa une menace, le masque du pouvoir risquant de tomber à tout moment, et l’honneur... Lire l'avis à propos de Kagemusha, l'ombre du guerrier

6
Avatar Eric Pokespagne
8
Eric Pokespagne ·