Affiche Kaili Blues

Critiques de Kaili Blues

Film de (2015)

L'homme sauvage te suit en silence

Cette critique ne porte que sur le plan-séquence du film. Je vous invite à aller lire celle-là ou bien celle-ci. Un long plan-séquence en mouvement, comme celui du film, doit pour moi mettre en place une... Lire l'avis à propos de Kaili Blues

28 5
Avatar Flagblues
9
Flagblues ·

Critique de Kaili Blues par Multipla_Zürn

Un film animé par une dialectique très godardienne, celle de l'ici et de l'ailleurs, où l'ailleurs est toujours un peu plus que l'autre côté au sens géographique du terme. L'ailleurs est aussi le passé, le futur, le rêve, le très loin et l'autre. Ce n'est pas seulement un effet de montage, où les contrechamps nous entraînent vers l'inattendu ; c'est dans les plans eux-mêmes que se joue cette... Lire la critique de Kaili Blues

21
Avatar Multipla_Zürn
10
Multipla_Zürn ·

Détours vers le futur

Premier film audacieux et radical, Kaili Blues cherche à déconcerter, et pourrait vite rejoindre la cohorte d’œuvres pseudo expérimentales s’enlisant dans la prétention et l’ennui : il ne s’y passe pas grand-chose, on s’attarde sur l’insignifiant d’un parcours, et l’on perd assez vite le fil dans l’entrelacement de temporalités et de personnages. Difficile,... Lire la critique de Kaili Blues

20 5
Avatar Sergent_Pepper
8
Sergent_Pepper ·

En dehors du temps

Kaili Blues est un film qui ne semble jamais vouloir commencer et quand enfin il finit par commencer on aimerait que plus jamais il ne se termine. Oui, Kaili Blues commence par ne jamais vraiment commencer, Kaili Bues commence par flotter lentement de tableaux en tableaux, de longs plans panoramiques en longs plans panoramiques, au présent quand on pense être dans le passé, au passé... Lire l'avis à propos de Kaili Blues

17 1
Avatar Clode
8
Clode ·

Un moment de flottement

D’une première moitié totalement absconse émergent quelques rares éléments voués à l’esquisse d’une histoire : un père irresponsable, un enfant disparu, un oncle médecin qui part à sa recherche. Le cinéaste crée un univers par petites touches, au carrefour entre réalisme et étrangeté, baignant dans une confusion qui ne craint pas de laisser son spectateur en travers de la route. Parfois, un... Lire l'avis à propos de Kaili Blues

11 3
Avatar CableHogue
6
CableHogue ·

Time Blues

«L'esprit passé est inatteignable, l'esprit présent est inatteignable et l'esprit futur est inatteignable». C’est avec cette sentence, issue du Sutra du Diamant, texte court du bouddhisme, que Bi Gan, jeune réalisateur de 27 ans, a cherché à répondre avec Kaili Blues, son tout premier film. Armé de ses inspirations cinématographiques, parmi lesquelles Hou Hsiao-Hsien et Tarkovski, de ses... Lire l'avis à propos de Kaili Blues

13 2
Avatar -Ether-
9
-Ether- ·

Pique-nique à Weiwei Town.

Le genre de perle sur lesquelles on aimerait tomber plus souvent quand on s'intéresse avec assez de curiosité à l'actualité cinématographique. Le genre de film si peu distribué que même en scrutant à l'avance le calendrier des sorties on passe à côté. Le genre de rêve qui pourrait presque rendre aigri à l'idée que des centaines et des centaines de personnes iront voir le dernier Hou... Lire l'avis à propos de Kaili Blues

8
Avatar Lyusan
9
Lyusan ·

La montagne se déploie comme un poing qui s'ouvre

Qu'est-ce qui différencie un manège pour enfant d'un manège pour adulte ? Vaste question suivant qu'on parle d'un truc qui tourne sur soi ou d'un truc qui suit une ligne, d'un carrousel ou d'une montagne russe en gros. Quand même, on peut peut-être affirmer qu'il y aura une différence de vitesse, qui sera compenser dans le manège pour enfant par la mise à contribution de l'imagination... Lire la critique de Kaili Blues

6
Avatar VernonMxCrew
10
VernonMxCrew ·

« On dirait un rêve ».

J’ai beaucoup pensé à deux films que j’aime infiniment, devant Kaili blues ; Un autre film chinois : Still life, de Jia Zhang-Ke et le chef d’œuvre d’Apichatpong Weerasethakul, Blissfully yours. Au-delà d’une évidente convergence formelle, il y a dans ces trois films une apaisante cruauté, une volonté de se faire dévorer par l’immensité et un désir de voyage total, physique et mental, à la... Lire la critique de Kaili Blues

6
Avatar JanosValuska
10
JanosValuska ·

Les enzymes de l'âme ressemblent à des nénuphars.

Bi Gan begins sous les meilleurs hospices, des latitudes subtropicales où le temps n’a plus trait. Apichatping-pong sensoriel (pour de vrai), ce premier grand Kaili Blues se joue de sa descendance filée des maitres Tarkovski ou Hsiao-Hsien, baignant subrepticement dans les lagunes énigmatiques d’un Lynch extrême-oriental. On arrête là les comparaisons :... Lire l'avis à propos de Kaili Blues

6
Avatar <  OSWΔLD >
8
< OSWΔLD > ·