👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Bien sûr que ce film c'est de l'immense n'importe quoi.
Evidemment que c'est un gros délire, un plaisir coupable (et encore) et qu'il a une place de choix dans la liste "Les films qu'il ne faut pas voir avec n'importe qui."
N'empêche que je plaide coupable.
Personne ne m'a mise devant, ligotée et des bidules pour tenir mes yeux ouverts.
C'est même moi qui ai réclamé une copie, après avoir cherché le DVD.
Devant le voir avec un ami, j'ai été jusqu'à le faire TLC (oui, je ne mets pas les vilains mot en entier...) par une complice. Finalement, je l'ai vu en sa compagnie et là, quelles barres de rires bon sang.
J'ai honte mais j'assume en fait !
Merci à elle et à son humour tout pourri auquel je réponds du tac au tac dans le même registre honteux. :p

Premièrement une capote qui se révolte contre les pervers qui veulent forcer les jeunes femmes non consentantes à avoir des rapports, c'est quand même sacrément jouissif. Ca me fait penser à ce préservatif féminin qui déchire toute verge qui n'est pas la bienvenue dans le vagin qui le porte.
Sauf que ce "gadget" a été décrié et jugé "barbare". Je vous demande un peu si le viol ne l'est pas mais je m'éloigne du sujet. Quand elle saute sur le moindre morceau de chair érectile en action, ça devient juste énorme.


J'ai 13 bites et une couille sur la conscience chef !


Deux officiers de police d'un grotesque patenté sont donc chargés d'enquêter su cette vague d'accidents de bites inexpliqués.
Déjà, il faut voir la tronche des deux gus... Là, on comprend que l'on est devant un nanar qui s'assume totalement et encore plus.
Entendre des flics new-yorkais parler allemand, déjà ça met dans l'ambiance.
Ca prète quand même sacrément à (sou)rire.
De boîtes improbables ( non mais Killing me softly quoi ! MDR) en hôtels de passes sordides, Luigi Mackeroni (si, si !) mène son enquête.
Alors oui, c'est lourd, ça mélange homos, travestis, jeunes vierges et prostituées mais voir un préservatif ramper sur une table de nuit, trépignant d'impatience, en attendant d'être utilisé, ça n'arrive pas tous les jours.

C'est foutraque, libre et sincère. Adapté de l'oeuvre de Ralf König, surnommé le Claire Brétecher homo, il est publié en France dans Fluide Glacial, ça donne une oeuvre barrée parfois maladroite, parfois sentimentale qui ne plaira certainement pas à tous.

Rawi
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Top critiques (films) et 2016

il y a 6 ans

21 j'aime

6 commentaires

Killer Condom
Rawi
6

Gay Cop vs Bloody Condom

Bien sûr que ce film c'est de l'immense n'importe quoi. Evidemment que c'est un gros délire, un plaisir coupable (et encore) et qu'il a une place de choix dans la liste "Les films qu'il ne faut pas...

Lire la critique

il y a 6 ans

21 j'aime

6

Killer Condom
Rvd-Slmr
9

Critique de Killer Condom par Rvd-Slmr

Un policier homo à la poursuite d'une invasion de préservatifs anthropophages ça vous fait rêver? Non? Bah ça devrait! Killer Condom est de la trempe des films qui me mettent des étoiles dans les...

Lire la critique

il y a 11 ans

10 j'aime

Killer Condom
Andy-Capet
6

Tromatique

C'est absolument étonnant... La Troma a tout à envier d'un tel projet... Original, burlesque, curieux, et en plus c'est bien joué, c'est noir, bien filmé, propre et suffisamment drôle pour être perçu...

Lire la critique

il y a 9 ans

6 j'aime

4

Mon roi
Rawi
8
Mon roi

Amoureuse

Difficile de donner un avis objectif sur ce film tant le ressenti éprouvé face à ce couple dépend de soi et de son vécu, de sa capacité à comprendre le personnage de Tony ou pas. Au cours d'une...

Lire la critique

il y a 6 ans

176 j'aime

10

Under the Skin
Rawi
8

Poème érotique

Le film s'ouvre sur un oeil, un regard qui se forme, une langue qui se prononce maladroitement. Fond noir ! L'intérêt majeur de cette adaptation est son ACTRICE principale. A la fois très connue,...

Lire la critique

il y a 8 ans

126 j'aime

33

Le Petit Prince
Rawi
9

Poésie initiatique

Cher Antoine, Quand j'ai fait la connaissance de votre petit Prince, je n'étais qu'une petite fille qui commençait ses découvertes littéraires. Bien sûr qu'à 7 ans, je n'ai pas tout compris. La...

Lire la critique

il y a 6 ans

117 j'aime

9