L'Avatar du Jurassic !

Avis sur King Kong

Avatar Fennec91
Critique publiée par le

Véritable clé de voute du film de monstres et classique incontestable, King Kong brille davantage par son statut que par son talent. Version simiesque de La belle et la bête, ce long métrage a beau proposer une lecture bien différente de celle de Cocteau, il n'en est pas pour autant aussi louable que celui de ce dernier. L'œuvre de Cooper s'apparenterait en effet davantage au film des grands « bonhommes bleus » de James Cameron.
Dans un premier temps pour l'histoire, les deux œuvres relatent en effet l'ancestral conflit de la ville avec la nature au travers de ce singe que les hommes du haut monde veulent ramener à la civilisation (Tiens... Spielberg et son monde perdu serait-il passer par là ? Quand je vous disais que c'est la clé de voute).
Nous passons très vite, voir trop vite au passage, sur l'arrière pensée colonio/raciste du film. Pour Avatar il n'est pas nécessaire de rappeler cette inconnue et pourtant si célèbre planète Pandora. Je passe très rapidement sur le fait que ces deux films sont réalisés lors d'une crise économique pour en venir à la deuxième similitude: leur morale papelarde, l'artificieuse écologique d'Avatar et la tartufe « attention au dérive de l'homme » du long métrage sur le grand gorille. A noter également que ces films comme bien d'autres reflètent les inquiétudes et l'engagement charitable de leur époque, je pense notamment à La nuit des morts vivants de Romero (le nucléaire et ses dérives).

Enfin dans un registre autant positif que négatif, les deux films se retrouvent dans leur importance au sein de l'histoire du cinéma grâce à leurs prodigieux effets spéciaux plus qu'à leurs mise en scène et je n'ose même pas parler de scénario. Les deux films auront en effet un impact similaire, King Kong a impulsé à Hollywood l'usage à outrance des effets spéciaux comme Avatar l'a fait avec la 3D. Si la technique mérite une éloge pour ses deux œuvres, le scénario reste la cinquième roue du carrosse, schéma qui par ailleurs se réitèrera dans tous les films, relativement moyens, héritiers du mouvement « sureffet-spéciaux » ou mauvaise 3D engendrés par ces deux films de science fictions.
Pour revenir exclusivement à King Kong, le traitement du temps dans le film s'avère être également un de ces gros points noirs. De manière globale, le long métrage est mal découpé, le singe n'arrive qu'au bout d'un tiers du film, les trois quarts se passent sur l'ile et la partie en ville est rapidement expédiée, bref Cooper fait du trop long ou du trop court mais jamais juste.
Alors pourquoi 6/10 ? Pour le talent de Fay Wray! Ses cris d'orang-outan se marient si bien avec ceux de King Kong. En plus c'est magique elle arrive à crier la bouche fermée, c'est une faute de doublage ? Ok je sorts ... Si « la belle » ne mérite pas l'oscar, Willis O'Brien lui, peut aspirer avoir des louanges, sa maitrise du stop motion est impressionnante et donne à ce film ces fameuses scènes aussi spectaculaires que extrêmement célèbres. Enfin pour les amoureux du « rétrokino » comme moi, vous apprécierez les vieux décors, l'ambiance « carton pâte et grands studios hollywoodiens » de ce film. Trop nul pour être un chef œuvre, trop classique pour être un nanard et trop culte pour être évincé. King Kong reste pour son époque un divertissement de bonne facture.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 406 fois
6 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Fennec91 King Kong