Klaus ou comment un facteur égocentrique remet le village dans le droit chemin

Avis sur Klaus

Avatar InconnueDePassage
Critique publiée par le

Habituellement je ne suis pas fan des films de Noël, ils respirent tous le même scénario, inculquent les mêmes valeurs de partage et de respect, seul la forme change mais pas le fond. On avait le choix entre un film romantique sur Noël où Amy rencontre Harry, un homme célibataire et incroyablement séduisant, mais Amy n'est pas prête à revivre une histoire d'amour bien qu'elle soit tombée sous la charme (de façon réciproque) d'Harry... Et vous savez comment ça se termine. Ou alors, nous avons le droit à l'histoire du vieil homme grincheux qui ne croit pas en la magie de Noël patati patata...

Mais Klaus, c'est différent. C'est l'histoire d'un richissime facteur (ou plutôt un fils à papa), qui échoue volontairement aux épreuves de postier afin de continuer à vivre dans son palais luxueux, où des gens sont à son service. Mais son père en aura plus que marre et il l'enverra à Smeerensburg, une île enneigée au nord du Cercle Arctique. Là-bas, les habitants se détestent passionnément. Et s'ils ne s'aiment pas, ils ne s'envoient pas de lettres, naturellement. Or, pour avoir la chance de retourner dans sa vie de privilégiés, Jesper devra envoyer 6 000 lettres, en tout et pour tout. La mission semble pourtant impossible, jusqu'à ce qu'il rencontre un vieil homme au physique imposant, répondant au nom de Klaus. A eux deux, ils distribueront des cadeaux aux enfants, à condition qu'ils écrivent des lettres et prouvent à quel point ils sont sages.

Attention spoiler !

Entre Klaus et Jesper, on a 2 mentalités différentes; l'un agit pour son intérêt personnel, l'autre agit pour celui des autres. Klaus est un menuiser renfermé sur lui-même, généreux et bon cœur. Jesper étant bavard, incapable de faire quoi que ce soit et égoïste, on pourrait croire qu'ils vont d'abord se détester avant de trouver un terrain d'entente, comme dans tous les dessins animés... Détrompez-vous. Klaus tend la main à Jesper qui vois son arrivée comme un signe du destin. Jesper y voit une opportunité en or, l'occasion unique de remplir son quotas de lettres à expédier. Ensembles, ils mettront tout en oeuvre pour offrir des cadeaux aux enfants, ce qui entraînera des conséquences incroyables, les enfants du village deviennent sympathiques, ils se mettent à vouloir aider et même à vouloir étudier. Sans s'en rendre compte, Jesper à transformé tout un village, et il finit même par s'y plaire, et se sentir utile à quelque chose.

Au fil de l'histoire, les enfants racontent la légende de Klaus, l'homme qui distribuait les cadeaux par la cheminée. Or, c'est Jesper qui faisait tout le travail de livraison, bien que ce soit dangereux à faire dans ce villages de fous. A tout moment son côté égocentrique pouvait le pousser à dire "Non, c'est MOI qui livre les cadeaux", mais Jesper à évolué. Il n'agit plus du tout pour rentrer chez lui, car il finit par adorer ce village, tomber amoureux de l'institutrice, et éprouver de l'affection pour Klaus. Il aime rendre les enfants heureux, et il en est très fier.

En étant amis tout au long du film, Klaus à finalement éduqué Jesper juste avec cette phrase qu'il répétait souvent "Une action désintéressée en entraîne toujours une autre". A aucun moment du film ils n'ont été méprisant l'un envers l'autre malgré la différence de moralité. Et ça c'est magnifique.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 147 fois
1 apprécie

Autres actions de InconnueDePassage Klaus