Pas à la hauteur de son sujet

Avis sur L'Adversaire

Avatar colormeblue
Critique publiée par le

Mouais. Ce film ne m'a pas laissé un souvenir impérissable. Cela fait quelques mois que je l'ai vu et pourtant je m'en souviens à peine. Pourtant les acteurs sont loin d'être mauvais (mention spéciale à Emmanuelle Devos et Auteuil) mais le problème réside surtout dans le fait qu'aucune profondeur n'est donnée au personnage. Pourtant, il y avait de quoi faire avec cette affaire si célèbre, ayant secoué la France entière au moment du procès. C'est un sujet intéressant. Pourquoi mentir? Pourquoi se condamner à une vie de faux semblants, de souffrance, de duperie et comédie perpétuelle juste pour ça? Alors oui, il y a la reconnaissance sociale, la masculinité toxique, le statut, l'égo...mais rien n'est vraiment expliqué. La réalisatrice ne prend aucun parti, si ce n'est celui de donner l'impression d'humaniser parfois son personnage (heureusement, cela est contredit par d'autres scènes mais je ne comprends pas bien le sens de la scène où on le voit pleurer si ce n'est pas pour que ça nous rende un peu compatissant) mais en fait, on ne sait pas. On le voit mentir à ses amis, sa femme, ses enfants, sa maîtresse, s'enfoncer dans son mensonge et dans le passage au crime sans qu'il n'y ait aucune étude psychologique ou profondeur donnée à sa personnalité et ses actes. Du coup, c'est un enchaînement qui se déploie devant nos yeux, un cercle vicieux certes horrible mais d'autant plus absurde qu'on ne comprend pas ses motivations. Je ne sais pas, vous parlez quand même d'un type qui a exécuté ses parents, ses enfants et peut-être son beau-père pour couvrir son mensonge. Le jeu des acteurs empêche le film de sombrer dans le mauvais, mais ce n'est pas un film qu'on retient non plus. Pourtant, encore une fois, le sujet était passionnant, c'est dommage. La mythomanie c'est peu traité au cinéma et je regrette que le sujet ait été abordé aussi en surface. On n'en retient rien, mis à part les deux scènes chocs de meurtres, en particulier celle des enfants. Je ne vais pas mentir, celle-ci est atroce, elle fait froid dans le dos, elle marche du feu de dieu, c'est vraiment horrible de voir ces petits êtres faire autant confiance à cet être qui leur veut du mal. Et je dois avouer que la subversion d'une musique enfantine très connue (le générique du père Castor) met très mal à l'aise associée à la folie meurtrière du père. C'était osé et assez intelligent, je dois le reconnaître. Visuellement, c'est ok, avec des couleurs plutôt sombres et grises, une réalisation propre mais qui encore une fois, ne marque pas beaucoup.

Le film est trop long, pas pour ce qu'il raconte parce que le sujet et l'affaire en question méritent bien plus de deux heures, mais dans les faits c'est trop lent, parce qu'on ne voit et ne comprend rien. Il n'y a pas d'évolution, on ne croit pas une seconde qu'il va changer, évoluer et enfin se rétracter. On reste passif suite à toutes ces mauvaises décisions qui deviennent de plus en plus difficiles à assumer et gérer, ce qui n'est pas un problème en soi, car c'est ce qui s'est passé dans la vraie vie. Mais quitte à montrer une irrémédiable descente en enfers, rendez ça plus lisible pour le spectateur, qui lorsque il commence le début de film, a déjà affaire à un menteur de compétition. Je crois que j'aurais apprécié de voir ce qu'était le personnage avant son mensonge et ce qui l'avait réellement poussé (élément déclencheur, trait psychologique depuis l'enfance ayant à voir avec le mensonge, éducation qui encourage la dissimulation...) vers ce rôle, cette performance perpétuelle dont il n'arrive pas à se défaire. Alors oui, je ne mentirais pas, on ne ressent pas RIEN (impossible en tout cas de rester insensible pendant ces scènes de meurtre gratuites et froides), on déteste le personnage de mentir à sa femme qui est là pour lui, on prie sa maîtresse de ne pas lui demander de l'argent et de le suivre dans sa voiture, on a envie de secouer son meilleur ami pour lui dire "REVEILLE TOI" et dire à ses futures victimes de déguerpir mais mis à part ça... C'est quand même foutrement creux, ce qui est dommage car le personnage offrait matière à développement complexe. La structure narrative inversée - on commence par la fin et on remonte le temps- n'est pas bête mais elle est plus décorative qu'autre chose, elle ne sert pas particulièrement le propos. Le principe de ce processus, c'est de cultiver un certain mystère, des interrogations de la part du spectateur, or tout le monde sait dès le début comment cela va se finir.

Je dirais donc que le souci du film repose principalement dans l'angle choisi par la réalisatrice. Il est bizarrement neutre (elle ne condamne pas, n'innocente pas non plus...elle donne juste à voir, c'est un parti pris mais j'attendais plus d'implication) du coup le film est "neutre" lui aussi. Neutre dans la réalisation (pas dégueulasse mais rien de nouveau sous le soleil), dans l'exploration des personnages. Quant aux acteurs, ils offrent une bonne performance avec ce qu'on leur a donné mais n'arrivent pas à pousser plus loin car le scénario ne leur permet pas, malgré des moments intéressants de dialogue et de confrontation (principalement du personnage principale avec le personnage de Cluzet, sa femme, sa maîtresse) et de malaise où certains protagonistes (les parents en particulier) s'obstinent à parler de son métier de médecin, n'ayant pas conscience qu'ils l'enfoncent par ce biais davantage sans son mensonge. En en parlant, des scènes me reviennent. Celle où la femme de Roman veut le retrouver à l'hôpital et il arrive de justesse, sans quoi son mensonge aurait été révélé aux yeux de tous, le moment où il ment sur un truc tout bête - vote concernant une pétition - montrant ainsi que le personnage ment sur tout, même sans que cela n'ait aucun rapport avec sa profession, et perd de plus en plus le contrôle. Ou bien ces scènes où il passe toute la journée dans la voiture ou dans un hôtel près de chez lui pour maintenir la véracité de ce qu'il raconte...on se dit vraiment que ce n'est pas une vie, un gâchis total. Donc finalement, je n'avais pas tout oublié.

Il n'empêche que ce film passe à côté de son sujet, en ne faisant ni trop ni assez. Ce sera donc 4, pour les performances des acteurs, qui sauve le film d'une notation plus basse, car je ne vous le fais pas dire, niveau profondeur, recherche esthétique et psychologique, on est carrément à l'étage zéro. Le produit en lui-même ne m'a énervée ou donné envie de casser ma télé mais je ne lui trouve aucun espèce d'intérêt.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 143 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de colormeblue L'Adversaire