Men in grey

Avis sur L'Agence

Avatar -Marc-
Critique publiée par le

Dans la mythologie grecque, le Destin était un super dieu. Son travail consistait à fabriquer des tonneaux. A sa naissance chaque homme se voyait attribuer deux tonneaux de même taille. L'un contenait le bonheur, l'autre le malheur. Un berger n'avait que deux tonnelets; un roi deux grands tonneaux. Les dieux eux-mêmes étaient soumis à ce régime: leurs barriques étaient gigantesques.
Chacun recevait une part égale de bonheur et de malheur.

Philip K. Dick a tenté de créer sa propre mythologie du destin.
George Nolfi en fait une romance à l'eau de roses.

De nos jours, c'est Dieu alias "le patron" qui endosse le rôle.
Les hommes ont été jugés incapables de s'autodéterminer. Ils sont donc soumis au plan (Non, Dieu ne s'appelle pas Staline... quoique... peut-être Big Brother?...). Les anges, ils préfèrent s'appeler "superviseurs" (pourquoi pas "veilleurs"?) sont chargés de la mise en oeuvre du plan et de son bon déroulement. Malheureusement, les anges semblent avoir des pouvoirs bien limités et être soumis au principe de Peter de même qu'ils sont victimes des illusions de la technologie. Cela fait planer un doute sur les capacités de leur patron. Manifestement Dieu n'est ni omniscient, ni omnipotent.
C'est ennuyeux.

Plus gênant, on nous confirme que nous serons jugés. Mais sur quoi? Sur les actes prédéterminés par le patron? Dieu nous jugerait donc sur ce qu'il a choisi pour nous?

Tout aussi gênant, ce dieu aurait a plusieurs reprises laissé les hommes s'autodéterminer avec pour conséquences les plus effroyables chaos de l'histoire. Ce dieu ferait donc des tests pour juger ses créatures. On m'a toujours dit que Dieu serait intemporel, qu'il n'y aurait pour lui ni passé, ni présent, ni futur. Un dieu qui change d'avis: quel aveu de faiblesse!
Il ne manquerait plus qu'il fasse appliquer sa loi par ses fidèles!... Qu'il délègue son droit de juger?

Le projet était ambitieux. Trop pour Philip K. Dick, et encore plus pour George Nolfi. Une mythologie ne se bricole pas sur le coin d'une nappe de bistrot. Il faut des générations pour lui donner un sens et l'épurer de tout superflus.

Restent les aventures de David Norris (Matt Damon) et Elise Sellas (Emily Blunt) poursuivis par les agents de Dieu. Mais nous avons déjà vu des dizaines de héros poursuivis par des agences gouvernementales.
On retombe dans un scénario habituel.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 448 fois
18 apprécient · 2 n'apprécient pas

-Marc- a ajouté ce film à 2 listes L'Agence

Autres actions de -Marc- L'Agence