👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Je ne le savais pas avant le générique de fin, comble de honte vu que je suis fan du monsieur, mais L'Agence est tirée d'une nouvelle du grand Philip K.Dick. Un homme que mes amis haissent tant je leur en parle (en même temps, ils ne s'y sont toujours pas intéressés, c'est pour ça). Et bien vous savez quoi ? Je l'aurais parié via l'histoire. En effet, L'Agence met en place le rôle du libre arbitre et du hasard dans la vie d'un jeune politicien au lourd passé qui tombe amoureux d'une rencontre fortuite d'un soir. Sauf qu'il est écrit qu'il ne doit pas la revoir, sans quoi les deux vies iraient dans des directions opposées au "Plan". Le plan de qui ? Du grand chef, pardis. Mais pas de religion là dedans ! Les hommes en noirs, tous affublés de chapeaux très classes, n'ont rien de catholiques extrémistes et ne sont pas là pour nous convaincre de l'existence de Dieu. Ils font juste leur travail : rétablir l'ordre des choses, suivant le plan qu'on leur donne.

L'occasion de découvrir de très bons acteurs (Matt Damon, Terence Stamp, John Slattery...) et une actrice excellente (Emily Blunt) malheureusement un peu en deçà à cause d'un personnage, le seul du film, qui manque de consistance et de logique dans certaines scènes (passant du rire aux larmes sans trop de raison). Pas grave, le scénario fait tout. On se passionne au début pour le combat politique du héros, on plonge avec lui dans cette agence d'hommes en noirs venus corriger les égarements du hasard et des hommes et on sort du film avec l'impression d'avoir passé l'un des moments de science-fiction / fantastique les plus basiques mais réussis qu'il nous a été donné de voir. Sorte d'Inception du pauvre, de K.Dick pas forcément bien adapté mais au moins respectueux de l'ambiance habituelle de ce grand écrivain, L'Agence est de ces films qu'on aime revoir avec des amis cinéphiles pour se souvenir que le cinéma, c'est aussi de petites surprises qui ne volent pas haut mais qui distraient un minimum. C'est aussi la preuve pour tout le monde que The Island de Michael Bay, voulant de la même façon mélanger de l'action à une vraie histoire, est réellement mauvais et qu'il y a de bien meilleures façons de s'y prendre. L'Agence est divertissant, loin d'être con, propose une histoire d'amour vraiment originale, mignonne et donc largement à conseiller à tous. Il faut juste ne pas s'attendre au film du siècle.
Skywilly
5
Écrit par

il y a 9 ans

L'Agence
Sylfaen
8
L'Agence

Critique de L'Agence par Julien Camblan

Une comédie romantique très correcte sur fond de fantastique et de théologie. Les aspects fantastiques sont survolés, inexpliqués, on n'a d'autre choix que de les accepter - comme les personnages -...

Lire la critique

il y a 11 ans

34 j'aime

2

L'Agence
Torpenn
2
L'Agence

Un Dick très cinématographiquement mauvais

Une production conséquente des studios hollywoodiens, 50 millions de budget, une méga-star internationale (oui, Matt Damon, ça fait bizarre de l'imaginer dans ce rôle, mais bon...), un réalisateur...

Lire la critique

il y a 11 ans

27 j'aime

38

L'Agence
SlashersHouse
7
L'Agence

Nous étions tous les deux destinés...

Matt Damon, Emily Blunt, Philip K. Dick, métaphysique, humanisme, individualisme, destinée, fatalité, amour. Un mix peu évident, et surtout sur lequel on peut se casser les dents, à moins que l'on...

Lire la critique

il y a 11 ans

18 j'aime

2

Les Exploits d'un jeune Don Juan
Skywilly
3

Ni bien écrit, ni franchement intéressant...

Vous aussi, les profs de français vous ont bassinés avec le grand poète qu'est Guillaume Apollinaire ? Si ce titre noble n'est clairement pas à redéfinir, tant Alcools prouve qu'il est mérité, il ne...

Lire la critique

il y a 9 ans

6 j'aime

Bébés
Skywilly
8
Bébés

Trop meugnon !

Ce film produit par Chez Wam, la société d'Alain Chabat, est un petit documentaire d'une heure et vingt minutes sur la vie de quatre bébés nés sur différents endroits du globe. L'Amérique du Nord, le...

Lire la critique

il y a 9 ans

5 j'aime

Babylone
Skywilly
5
Babylone

Théatre sans mise en scène

Babylone est en deux grands actes camouflés en une seule prose, sans chapitres ni respiration forcée de la part de l’auteure pour son lecteur. La première nous raconte l’histoire d’Elizabeth ayant...

Lire la critique

il y a 5 ans

3 j'aime