Affiche L'Ange ivre

Critiques de L'Ange ivre

Film de (1948)

Le vieil homme et la mare.

Remonter aux origines de la filmographie de Kurosawa révèle son talent pour évoquer ses contemporains ainsi qu’un flair inné pour dénicher les comédiens de talent. Bien avant la prestigieuse collaboration qu’on connait, ce film réunit déjà, en 1946, les grands Mifune et Shimura dans un duo fantastique. La gueule d’ange yakusa (Mifune) se voit contrainte de s’imposer les services d’un médecin... Lire la critique de L'Ange ivre

59 6
Avatar Sergent Pepper
8
Sergent Pepper ·

De la mare à la vie

Se replonger dans "Yoidore tenshi" aujourd'hui, c'est se replonger dans les débuts du maître nippon avec un film qu'il considère comme sa première œuvre personnelle ; enfin libéré des contraintes liées à la guerre, il va y déverser ses désirs, ses attentes ou ses obsessions, et appliquer un style qu'il élèvera rapidement au rang d'art et dont il n'aura de cesse de le perfectionner jusqu'à la fin... Lire l'avis à propos de L'Ange ivre

39 12
Avatar Kalopani
7
Kalopani ·

Critique de L'Ange ivre par Philistine

Un film déchirant qui prend vie grâce au superbe duo Takashi Shimura / Toshirô Mifune. Toshirô joue Matsunaga, un jeune yakuza très puissant, le chef du quartier, qui voit son statut radicalement changer après avoir appris qu'il a une tuberculose. Il est soigné par le Docteur Sanada,, ce vieux roublard de la vie que je vais laisser se présenter tout seul : "aime-moi plutôt moi, je suis moche... Lire l'avis à propos de L'Ange ivre

37 8
Avatar Philistine
10
Philistine ·

Rimbaudsawa !

Le voilà enfin, le fils prodigue est arrivé, l'immense Toshirô Mifune rejoint le gigantesque Akira Kurosawa pour la toute première fois. Et quand deux monstres sacrés dégoulinants de talent collaborent ensemble, il peut se produire une alchimie qui explique pourquoi on qualifie le cinéma de 7ème art. Réalisé en 1948, on nous raconte l'histoire d'un médecin de quartier à Tokyo qui reçoit un soir... Lire l'avis à propos de L'Ange ivre

28 3
Avatar Gwimdor
8
Gwimdor ·

"Les yakuzas sont incurables"

Par son souci du réalisme, par l’influence notable du cinéma occidental, par l’altruisme de ses personnages, L’Ange Ivre, 8ème film du maître, marque le véritable début de la carrière de Kurosawa. D’emblée, l’influence du film noir américain se fait flagrante. À l’origine du projet, Kurosawa et son ami d’enfance Keinosuke Uegusa (qui ont écrit ensemble le scénario) voulaient faire un... Lire l'avis à propos de L'Ange ivre

32 5
Avatar SanFelice
9
SanFelice ·

Le Dernier des Combats

Avec son huitième long-métrage L'Ange Ivre, Akira Kurosawa nous fait suivre une étroite rencontre puis relation entre un médecin alcoolique et un gangster blessé qui va apprendre qu'il est atteint de la tuberculose. En profitant du relatif relâchement de la censure des années d'après-guerre (c'est selon lui le premier film où il se sent libéré de toute contrainte... Lire l'avis à propos de L'Ange ivre

25 3
Avatar Docteur_Jivago
8
Docteur_Jivago ·

Compte à rebours

Ce qui rend ce film très intéressant à regarder, alors que son histoire est plutôt banale, c'est la structure de son récit en forme de compte à rebours. C'est vraiment l'image classique du héros condamné d'avance, du mort à l'arrivée, qui n'a plus rien à perdre. Là quand même Kurosawa commence à sérieusement maîtriser sa narration, il dévoile toutes les cartes assez rapidement, du coup le film... Lire l'avis à propos de L'Ange ivre

21 6
Avatar KingRabbit
8
KingRabbit ·

Critique de L'Ange ivre par Rawi

Réalisé en 1947, ce neuvième film du maître japonais fait partie de la série "polars sociaux" de Kurosawa. Sa patte commence à s'imposer et son style à se définir. Le titre déjà révèle toute l'ambivalence du l'oeuvre. Un ange ivre, qui ne marche donc pas droit, qui titube, le lieu choisi pour la mission salvatrice de cet ange : un lieu nauséabond pour qui veut lutter contre les épidémies.... Lire la critique de L'Ange ivre

21
Avatar Rawi
8
Rawi ·

Duel de têtus

Avec l’Ange Ivre, je découvrais enfin un grand maître dont plusieurs films marquaient depuis trop longtemps mes étagères de leurs empreintes. De ce grand cinéaste japonais, je ne connaissais que RAN dont j’avais un bon souvenir, quoiqu’un peu émoussé. Il était alors temps pour moi de commencer un cycle pour appréhender l’univers de ce réalisateur qui vient immédiatement aux lèvres de bons... Lire la critique de L'Ange ivre

17 2
Avatar oso
8
oso ·

Critique de L'Ange ivre par Al_

Une ambiance de film noir et un décor néoréaliste : ce sont les deux grandes tendances de l’après-guerre que Kurosawa emprunte pour nous raconter la rencontre entre un jeune yakusa tuberculeux et un médecin alcoolique décidé à tout prix à le guérir. Un drame humaniste porté par deux beaux personnages. Dans un quartier pauvre de Tokyo, Kurosawa nous fait rencontrer ses deux héros, un médecin des... Lire l'avis à propos de L'Ange ivre

16 1
Avatar Al_
7
Al_ ·