Bande-annonce
Affiche L'Apollonide, souvenirs de la maison close

L'Apollonide, souvenirs de la maison close

(2011)
12345678910
Quand ?
6.8
  1. 44
  2. 70
  3. 141
  4. 320
  5. 651
  6. 1430
  7. 2148
  8. 1758
  9. 517
  10. 164
  • 7.2K
  • 419
  • 3.4K

À l'aube du XXème siècle, dans une maison close à Paris, une prostituée a le visage marqué d'une cicatrice qui lui dessine un sourire tragique. Autour de la femme qui rit, la vie des autres filles s'organise, leurs rivalités, leurs craintes, leurs joies, leurs douleurs...

Casting : acteurs principauxL'Apollonide, souvenirs de la maison close

Casting complet du film L'Apollonide, souvenirs de la maison close
Match des critiques
les meilleurs avis
L'Apollonide, souvenirs de la maison close
VS
A l'ombre des jeunes filles en pleurs

Le petit commerce de la chair. Sa mélancolie diffuse, ses crises passagères, sa chaleur tarifée. Ouvrir grand les portes d'une maison close, en soi, c'est presque contre-nature, voyeuriste par essence. L'Apollonide n'a que faire des jugements moraux, les tableaux vivants qui le composent sont faits de crainte et d'habitude. D'aucuns diront que L'Apollonide livre une vision déréalisée d'un bordel parisien fin XIXème. Trop familial, trop propre, trop...

61 15
« Allume ta prunelle à la flamme des lustres - Allume le défi dans le regard des rustres. »

Peut-être suis-je passé complètement à côté de quelque chose. L'Apollonide bénéficie d'un esthétisme tellement fort et de costumes tellement beaux que le reste du film m'est passé sous le nez. Bercé par la lueur des couleurs sombres et éclatantes à la fois, je n'ai ni vu le temps passer, ni ressenti quoique ce soit pour ces femmes aux destins tourmentés. Reconnaître la beauté d'un film et l'émotion qui émane de quelques plans sublimes, souvent sans paroles, est un grand pas en avant. En... Lire l'avis à propos de L'Apollonide, souvenirs de la maison close

15 10
Critiques : avis d'internautes (154)
L'Apollonide, souvenirs de la maison close
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Le crépuscule des yeux.

Film languide et contemplatif, L’Apollonide nous enferme dans les alcôves surannées d’une maison close et verrouille à sa suite les ressorts traditionnels de la narration : on pourrait y déceler une ambition documentaire, tant on insiste sur le quotidien des pensionnaires, quasi détenues par leurs dettes, entre activité sexuelle, toilettes et visite médicale. Un lent travelling opère vers le... Lire la critique de L'Apollonide, souvenirs de la maison close

86 6
Avatar Sergent Pepper
8
Sergent Pepper ·
Critique de L'Apollonide, souvenirs de la maison... par Alligator

J'ai beaucoup aimé "St Laurent". J'y ai découvert un vrai talent de réalisation et de mise en scène, de construction scénaristique, une œuvre solide et donc un grand enthousiasme s'est emparé de moi pour Bertrand Bonello. Aussi ai-je vu ensuite "Le pornographe" et là, ce fut le drame, la chute, sensationnelle, la catastrophe, l'embarras, l'ennui, l'incompréhension : comment le cinéaste a pu... Lire l'avis à propos de L'Apollonide, souvenirs de la maison close

5
Avatar Alligator
8
Alligator ·
Découverte
Dans les ors et le velours

Véritables tableaux vivants où les filles de joies, beautés languides dans leurs transparences de dentelles et de batiste s'alanguissent au milieu des ors et des velours, lovées dans des sofas profonds, couvées du regard par leurs clients attitrés qui rendent hommage à leur grâce ou à leur beauté. c'est ainsi que débute le film de Bonello et l'on ne... Lire l'avis à propos de L'Apollonide, souvenirs de la maison close

129 51
Avatar Aurea
8
Aurea ·
"Tu vas terminer dans un bordel à Marseille !"

Ca, c’est de la menace ! Attribuer une note à ce film m’est bien difficile. D’un point de vue technique je n’ai rien à redire mais malheureusement, il m’est arrivé de m’ennuyer et de jeter de temps à autre un coup d’œil par la fenêtre à la tempête tropicale qui s'abattait en territoire Picard. Bon revenons-en au film. Le réalisateur réussit quelque chose d’assez fort en provoquant le dégoût et... Lire la critique de L'Apollonide, souvenirs de la maison close

36 9
Avatar Deleuze
6
Deleuze ·
Critique de L'Apollonide, souvenirs de la maison... par SUNSELESS

Comment ne pas saluer le courage et le talent de Bonello, face à un sujet aussi sensible que la prostitution, qui, sans tomber dans de la pornographie gratuite, garde une certaine liberté ? Il est clair qu'aux États-Unis, en Chine ou en Iran, le film n'aurait pas eu le même accueil, voire n'aurait jamais vu le jour. Même si Bonello prend le risque de réaliser un film entre ennui et rejet, il... Lire l'avis à propos de L'Apollonide, souvenirs de la maison close

23 4
Avatar SUNSELESS
7
SUNSELESS ·
Toutes les critiques du film L'Apollonide, souvenirs de la maison close (154)
Bande-annonce
L'Apollonide, souvenirs de la maison close