Bande-annonce
Affiche L'Apollonide, souvenirs de la maison close

L'Apollonide, souvenirs de la maison close

(2011)
12345678910
Quand ?
6.8
  1. 38
  2. 64
  3. 126
  4. 288
  5. 587
  6. 1249
  7. 1808
  8. 1481
  9. 434
  10. 131
  • 6.2K
  • 373
  • 2.5K

À l'aube du XXème siècle, dans une maison close à Paris, une prostituée a le visage marqué d'une cicatrice qui lui dessine un sourire tragique. Autour de la femme qui rit, la vie des autres filles s'organise, leurs rivalités, leurs craintes, leurs joies, leurs douleurs...

Casting : acteurs principauxL'Apollonide, souvenirs de la maison close

Casting complet du film L'Apollonide, souvenirs de la maison close
Match des critiques
les meilleurs avis
L'Apollonide, souvenirs de la maison close
VS
A l'ombre des jeunes filles en pleurs

Le petit commerce de la chair. Sa mélancolie diffuse, ses crises passagères, sa chaleur tarifée. Ouvrir grand les portes d'une maison close, en soi, c'est presque contre-nature, voyeuriste par essence. L'Apollonide n'a que faire des jugements moraux, les tableaux vivants qui le composent sont faits de crainte et d'habitude. D'aucuns diront que L'Apollonide livre une vision déréalisée d'un bordel parisien fin XIXème. Trop familial, trop propre, trop...

60 15
Le divan du monde

L’existence d’un blogueur, souvent, utilise des voies complexes, surtout quand celui-ci décide de fanfaronner à la ronde qu’il est "critique cinémâââ", et parce qu’il existe aussi un genre de film difficile à chroniquer qui ramène, sans ménagement, au syndrome dit de la feuille blanche, ce genre de film donc, et L’Apollonide en est assurément un, qui vous entend dire à la fin d’une séance, et sans savoir pourquoi, qu’il y a quelque chose qui fait résistance à son charme et qui vous laisse,... Lire l'avis à propos de L'Apollonide, souvenirs de la maison close

12 2

PostsL'Apollonide, souvenirs de la maison close

Critiques : avis d'internautes (157)
L'Apollonide, souvenirs de la maison close
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Les fleurs du mâle

On ne saura jamais ce qui intéresse Bonello avec ce film : afficher sa nostalgie des maisons closes, déshabiller des femmes girondes pour le plus grand plaisir du spectateur, confirmer que la prostitution est bien le plus vieux métier du monde, on y reviendra… Le film s'ouvre sur des magnifiques créatures à la peau laiteuse dans le plus simple appareil, s'apprêtant avant d'accueillir les... Lire la critique de L'Apollonide, souvenirs de la maison close

5 2
Avatar Yeahmister
8
Yeahmister ·
Découverte
Le crépuscule des yeux.

Film languide et contemplatif, L’Apollonide nous enferme dans les alcôves surannées d’une maison close et verrouille à sa suite les ressorts traditionnels de la narration : on pourrait y déceler une ambition documentaire, tant on insiste sur le quotidien des pensionnaires, quasi détenues par leurs dettes, entre activité sexuelle, toilettes et visite médicale. Un lent travelling opère vers le... Lire la critique de L'Apollonide, souvenirs de la maison close

74 4
Avatar Sergent Pepper
8
Sergent Pepper ·
"Tu vas terminer dans un bordel à Marseille !"

Ca, c’est de la menace ! Attribuer une note à ce film m’est bien difficile. D’un point de vue technique je n’ai rien à redire mais malheureusement, il m’est arrivé de m’ennuyer et de jeter de temps à autre un coup d’œil par la fenêtre à la tempête tropicale qui s'abattait en territoire Picard. Bon revenons-en au film. Le réalisateur réussit quelque chose d’assez fort en provoquant le dégoût et... Lire la critique de L'Apollonide, souvenirs de la maison close

35 9
Avatar Deleuze
6
Deleuze ·
Dans les ors et le velours

Véritables tableaux vivants où les filles de joies, beautés languides dans leurs transparences de dentelles et de batiste s'alanguissent au milieu des ors et des velours, lovées dans des sofas profonds, couvées du regard par leurs clients attitrés qui rendent hommage à leur grâce ou à leur beauté. c'est ainsi que débute le film de Bonello et l'on ne peut... Lire l'avis à propos de L'Apollonide, souvenirs de la maison close

115 38
Avatar Aurea
8
Aurea ·
Quand la beauté se fait laideur

Sous la beauté formelle des tableaux de Bonello se cache l'horreur de la condition de ces femmes. Ici le charnel laisse progressivement place au cruel, la joie apparente au désespoir . Derrière un abord exigeant se cache un sublime vertige sensoriel et avant tout une magnifique déclaration d'amour à LA femme. NB : A quelques minutes de la cérémonie des César, je suis en colère. Comment un tel... Lire l'avis à propos de L'Apollonide, souvenirs de la maison close

23 3
Avatar takeshi29
9
takeshi29 ·
Toutes les critiques du film L'Apollonide, souvenirs de la maison close (157)
SéancesL'Apollonide, souvenirs de la maison close
Projeté dans 1 cinéma cette semaine
ou
Toutes les séances pour L'Apollonide, souvenirs de la maison close
Bande-annonce L'Apollonide, souvenirs de la maison close
Vous pourriez également aimer...