Les gars comme eux ne crèvent pas sur les chiottes

Avis sur L'Arme fatale 2

Avatar Jay77
Critique publiée par le

Pas de repos pour les braves, Martin Riggs et Roger Murtaugh, notre duo de flics préféré, revient pour un seconde volet. Poursuivant sur sa lancée, Richard Donner encore à la barre, accompagné par Shane Black au scénario, Mel Gibson et Danny Glover dans les rôles titre, L’arme fatale 2 ne sera pas avare en action, scènes mémorables et répliques culte. De plus, l’arrivée d’un certain Léo Getz interprété par Joe Pesci risque de changer notre dynamique…

La recette qui fonctionne

Si vous vous attendiez à ce recevoir le même plat que celui servi dans L’arme fatale 1, vous allez être surpris, L’arme fatale 2, bien que plus spectaculaire que son prédécesseur, ne compte pas ce reposer sur son succès, reprendre les mêmes et recommencer à peu de choses prêts le même style de scènes d’action, narration, et punchlines.

Mel Gibson n’a rien perdu de sa superbe, la bad ass attitude continue de couler dans ses veines, permettant de nous livrer quelques séquences et répliques savoureuses. Plus joyeux, notre flic vivant seul dans son mobile-home et parlant à son chien Sam, comme s’il était un humain, va voir sa vie évoluée. En plus de lui offrir de nouveau un semblant de vie sentimentale, voila qu’un évènement surprenant le replonge dans le passé et la noirceur. La vengeance et la colère seront de mise lors de la dernière partie de notre film. Mad Mel refait surface, le mode fou fait son retour, et il fera très mal. Le flic honnête va-t-il pour la première fois de sa carrière, se salir les mains ?

La complicité liant autant leur personnage respectif qu'eux même, permet à notre buddy movie de marcher. Ca se taquine gentiment, ça se confie, ça s'épaule, ça se fait confiance, bref, l'amitié comme elle devrait être. Et elle a évoluée cette amitié. Martin ne pense plus à mettre fin à sa vie, il a retrouvé un sens à sa vie. Grace à Roger et sa famille (Trish lavant son linge, discutant avec lui, participant à la majorité de leurs repas), il a de nouveau espoir en l’avenir. Plus d’envies de mourir certes, mais il mourrait pour sauver son coéquipier, ami, voir frère. Il n’y a qu’à voir la scène culte des toilettes pour voir toute la puissance dramatique et authentique que s’apportent mutuellement Martin et Roger. Mais ce n'est pas tout.

  • Police ! Ouvrez !
  • Comment je sais que je vous êtes de la police ?
  • Quand je vous aurai flingué à travers la porte, vous pourrez faire examiner les balles.

Cette valeur sûre nommée Léo Getz

A partir de cet épisode, L'arme fatale voit arriver un nouveau protagoniste, véritable marque de fabrique de la franchise: Léo Getz. Avec Léo qui débarque, c'est tout notre duo qui va être chamboulé. Du coup, surprise, Richard Donner, nous emmène au delà des codes attribués au buddy movie. Nous n'avons plus affaire à un duo mythique, mais bel et bien à un trio exceptionnel.

Bien que cette suite soit plus sombre, il n’empêche qu’elle comporte bien plus d’humour que son prédécesseur. Et ça, on le doit en partie à Léo. Bavard à vous donner envie d’être sourd, nerveux, gaffeur, teigneux, maladroit, infantile, ce petit trublion va vous faire mourir de rire, tout en arrivant à gagner votre cœur. Joe Pesci s’éclate, et il nous éclate. Quant au râleur et père surprotecteur Roger, voila que lui et son partenaire se retrouvent empêtré par ce témoin qu’ils doivent protéger, tout en devant mener leur enquête visiblement liée à lui.

Méchant odieux, pourri jusqu’à l’os, et lâche à souhait, profond décalage entre histoire sombre violente et humour, L'arme fatale 2 est plaisant à suivre. Presque plus que l’était son prédécesseur. Budget considérable suite au succès du premier film, la mise en scène et ses nombreuses scènes d’action nous offriront un spectacle digne de ce qui faisait le charme des films Hollywoodiens des années 80.

Effets pyrotechniques à l’ancienne, cascades intenses, notre suite cherchera malgré tout à nous faire rire à ses dépends. La voiture toute neuve de Roger qui passe un sale quart d’heure, Martin faisant s’écrouler une maison sur pilotis avec son pick-up, le coup du sandwich au thon de Léo, la scène choquante mais hilarante de la piscine, bref, ce nouvel opus nous en met plein les yeux, nous émeut, nous fait rire. On n’attendait rien de plus.

J’ai les boules Roger, Roger j’ai les boules. J’suis pas un flic
Roger, ce soir j’suis pas un flic. Il les a tuées, il les a tuées
toutes les deux.

Au final, trouvez-moi une comédie d'action capable de commencer fort dès le début et continuer sur le même rythme jusqu'à la fin. L'arme fatale 2, c'est définitivement le summum de la comédie d'action. L'humour, l'interprétation de Mel Gibson et Danny Glover, ses courses poursuites et gun fight spectaculaires, son intrigue palpitante et sa superbe bande originale, en font une perle rare. Comme si ça ne suffisait pas, l’arrivée du génial et hilarant Joe Pesci dans la bande amène non seulement un vent de fraicheur dans la franchise, mais en plus, augmente la puissance du duo.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 75 fois
Aucun vote pour le moment

L'Arme fatale 2 est une œuvre produite par Warner Bros©, découvrez la Room 237 de SensCritique.

Room 237

Autres actions de Jay77 L'Arme fatale 2