Communication breakdown

Avis sur L'Armée des 12 singes

Avatar Redzing
Critique publiée par le

En 2035, la Terre est inhabitable à cause d'un virus dévastateur qui a décimé la population à la fin des années 90. James Cole, un prisonnier, est désigné volontaire pour voyager dans le temps. Sa mission : retourner dans le passé et récupérer un échantillon du virus original. Terry Gilliam s'inspire de "La Jetée" de Chris Marker, moyen-métrage qui enchaînait des photographies en noir et blanc.

Si "12 Monkeys" est (un peu) plus coloré, il n'en demeure pas moins un film très sombre et fataliste. Qu'il s'agisse d'un futur désespérant, ou d'un présent glauque (ruelles crasseuses, hôpitaux psychiatriques délabrés...), le portrait de la civilisation n'est guère flatteur. Usant de gros plans, et d'acteurs dans de formidables contre-emploi (Bruce Willis en névrosé qui finit par douter de sa santé mentale, Brad Pitt en fils à papa complètement dérangé), Gilliam livre ainsi une fable cruelle sur le destin, et surtout le manque de communication. Les fous sont parqués dans des asiles sans qu'on ne les écoute vraiment, aussi sensées soient leur théorie (avec en prime des références au mythe de Cassandre), les héros sont en déphasage permanent, les mauvaises informations pullulent, etc. Scénario ingénieux et abrupt, mise en scène personnelle : "12 Monkeys" fait partie des films de SF que l'on n'oublie pas !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 24 fois
Aucun vote pour le moment

Redzing a ajouté ce film à 5 listes L'Armée des 12 singes

Autres actions de Redzing L'Armée des 12 singes