Affiche L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford

Critiques de L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford

Film de (2007)

Critique de L'Assassinat de Jesse James par le... par Spoof

Rarement l'esthétique d'un western fut porté à une telle exigence. Avant toute chose, et c'est ce qui marque dès les premières minutes du film, « L'Assassinat de Jesse James... » est un film qui se contemple et qui laisse bouche bée devant le travail de la lumière et des compositions de cadres. Clairs-obscurs, vignettage, profondeur de champs, tout est rassemblé et pensé pour rendre chaque plan... Lire l'avis à propos de L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford

105 7
Avatar Spoof
9
Spoof ·

Et à la fin, il meurt !

MMmmm...! Voilà typiquement le genre de film qui a exaspéré ou exaspèrera un certain nombre d'entre vous. Il contient en effet pas mal d'éléments qui rendent une majorité de spectateurs allergiques: rythme lent et contemplatif, narration régulière en voix-off, plans floutés et esthétiques, musique emphatique, acteurs à la belle gueule "banckable". Et puis il y autre chose qui énerve presque... Lire la critique de L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford

101 11
Avatar guyness
9
guyness ·

"You've read the story of Jesse James, of how he lived and died.."

Un "western" bien loin des codes du genre, lent et contemplatif, engourdi et hivernal ; centré sur ses personnages indolents. Une sublime photographie au service de longs plans malickiens de la nature enneigée avec laquelle résonne la mélancolique et frémissante bande-son composée par Nick Cave et Warren Ellis (duo qui avait déjà œuvré pour le western australien "The Proposition" puis "The Road".... Lire la critique de L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford

58 12
Avatar Nushku
9
Nushku ·

L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford

Jesse James, hors la loi de la fin du 19ème siècle, se fera assassiner par le jeune et envieux Robert Ford. Mais derrière ce titre laconique et cette fameuse lâcheté se cachent une ambiguïté et une dramaturgie beaucoup plus intenses. Andrew Dominik s’attaque à l’icône Jesse James et au lieu d’en faire un portrait purement iconique et flamboyant, il dessine la vision presque fantomatique d’un... Lire la critique de L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford

26 3
Avatar Velvetman
8
Velvetman ·

Don't that picture look dusty?

Quand on me dit western, j'ai tendance à fuir en courant. Sauf que j'entends des éloges sur ce film depuis des lustres. Me voilà donc partie. Sublime scène d'introduction : ciel, voix off, couleurs superbes. Voilà un film qui commence bien. Ensuite, on assiste à un film certes assez conventionnel, le scénario ne casse pas des briques mais...C'est MAGNIFIQUE. Paysages à perte de vue, promenade... Lire la critique de L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford

24 4
Avatar Clairette02
8
Clairette02 ·

Non, Robert Redford n'est pas un lâche...

Ce film a un avantage majeur...celui de pouvoir raconter la fin sans spoiler. Au lieu de parler du début pour donner envie et faire étinceler la pupille de celui qui ne l'a pas encore vu, on peut shunter l'intro, zapper l'intrigue et les éléments perturbateurs, et ponter jusqu'à la pré-conclusion où Jesse se fait dézinguer en qualifiant même son bourreau de lâche, sans trop prendre de risques.... Lire la critique de L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford

22 3
Avatar FPBdL
8
FPBdL ·

Dominik c'trop calme

(Beaucoup de gouzi-gouzi tout de même pour ce.. mmh mmh) Beau film à contre-courant des gros machins tout gras pour Andrew Dominik, réussite d'autant plus notable pour quelqu'un qui n'a réalisé que "Chopper" auparavant, soit un excellent petit film tordu, sorte de pré-Bronson psychologiquement violent assez éloigné de la contemplation ici présente, même si une certaine fulgurance du conflit... Lire la critique de L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford

15 3
Avatar drélium
7
drélium ·

What must be done

L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford est un film écrit et réalisé par Andrew Dominik, réalisateur auteur de seulement 3 films dont le magnifique et trop méconnu Cogan. Il raconte l'histoire du légendaire hors-la-loi Jesse James (Brad Pitt) et se focalise sur les derniers mois de sa vie et sur sa relation avec son meurtrier :... Lire la critique de L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford

17 3
Avatar La-Li-Lu-Le-Lo
9
La-Li-Lu-Le-Lo ·

Robert Ford a tué Jesse James, ou l'inverse ?

Un film contemplatif [Edit : je viens de me rendre compte que le terme a été utilisé à profusion dans les critiques existantes, toutes mes excuses mais j'assume avoir écrit la mienne sans en avoir lu d'autres, et c'est indéniablement le mot juste pour décrire l'ambiance...], qui prend le temps de raconter son histoire. Je sais, souvent c'est une périphrase pour "chiant". Ici non, en tout cas ça... Lire l'avis à propos de L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford

14 17
Avatar SeigneurAo
8
SeigneurAo ·

Candeur et décadence

Il n’aura fallu que trois minutes à Andrew Dominik pour dissiper des doutes pourtant légitimes. Il faut dire que même s’il est bon de se montrer toujours ouvert, le métrage part avec de sérieux handicaps : un titre à rallonge qui comporte en son sein la résolution de l’intrigue, cette même intrigue qui n'a donc pas la saveur de la découverte, une voix off omniprésente, un... Lire la critique de L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford

8 2
Avatar Westmat
9
Westmat ·