...E tu vivrai nel terrore ! L'aldilà

Avis sur L'Au-delà

Avatar Seance-sup-0H30
Critique publiée par le

L'aldilà est l’œuvre la plus réflexive et en même temps l'un des films les plus trashs de son auteur. En 1981, Lucio Fulci a les deux pieds dans l'horreur et fait tourner à plein régime sa machine cinématographique (trois films pour cette seule année). Après les cartons de Zombi 2 et Paura nella città dei morti viventi, les producteurs, comme les spectateurs, lui en demandent toujours plus. Avant de virer agressif (coucou Lo squartatore di New York), le réalisateur s'amuse avec le gore tout en essayant de définir un style voir (attention les amis) comprendre son rapport à la peur. L'image comme un tout, la peur comme un héritage et l'illusion comme une composante de la réalité, le twist final met à jour la position de Fulci, répond à l'étrangeté du film tout en ouvrant la porte à 1001 interprétations. Qui est l’héroïne ? Pourquoi hérite-elle du domaine ? D'où sortent les domestiques ? Quels sont les rapports entre Liza et l'aveugle etc etc etc. Un film intriguant donc, passionnant, mais aussi (et c'est pour ça que le film est culte) inquiétant. Punaise que les séquences du chien, des araignées, du mort dans la baignoire (variation délirante d'une scène des Diaboliques) et quelques autres sont stressantes, écœurantes, jouissives. Fulci travaille alors main dans la main avec une poésie fascinante (l'aveugle sur l'autoroute, les murs qui s’effritent, la pureté du blanc de la morgue) et du trivial, de la pourriture, du dégueulasse envoyés sur l'écran par pelletés. L'aldilà, c'est tout cela à la fois. C'est grand et bourrin, c'est pur et immonde. C'est l'une des merveilles de son réalisateur.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 191 fois
2 apprécient

Autres actions de Seance-sup-0H30 L'Au-delà