Friedrich Murnau et Richard Curtis même combat! Et vivent les paysans!

Avis sur L'Aurore

Avatar PierreAmo
Critique publiée par le

J'ose écrire alors que surement beaucoup a déjà été dit mais je l'aime trop pour ne pas tenter.

Bon rappel qu'au travers des âges, des générations différentes, des classes, des lieux, nous éprouvons les même sentiments, les mêmes aspirations et les mêmes doutes.

L'histoire d'un enfant gâté, d’un homme bien marié mais si inconscient de son bonheur qu'on le soupçonne (à tort) d'être plus bête que les bêtes avec lesquelles il travaille à sa ferme...oui , car en plus il est (mal)"heureux" propriétaire et est bon dans son métier.
Mais il n'est toujours pas heureux, il est tenté par une voisine célibataire qui lui fait des avances: oui, car en plus , il est beau http://www.senscritique.com/contact/George_O_Brien/943

Il ne voit plus l'amour de sa femme pour lui.
Il est insatisfait.

...il accepte de tuer sa femme en la noyant lors de la traversée en barque pour rejoindre la "grande ville" et ses guinguettes pour une de leurs trop rares sorties...
...la faible fréquence de leurs sorties d’ailleurs étant sans doute aussi cause de la déliquescence de leur mariage...pas assez de soupape...trop de travail...le burn out au mariage? (en tout cas du point de vue du mari désailé et déboussolé car sa femme, elle, est la plus belle Amoureuse qu’il y ait jamais eu au cinéma)
…sa femme ressemble d'ailleurs aux filles si belles et attentionnées auprès de leur papa dans les films d’Ozu…
http://www.senscritique.com/contact/Setsuko_Hara/6469*
http://www.senscritique.com/contact/Janet_Gaynor/944

...et en plus ce gros bébé Cadum a un beau chien comme il le voulait sans doute enfant! tout pour être heureux, on vous dit.
D'ailleurs, belle scène canine à la 25ème minute quand le chien de berger, qui a senti le danger, veut rejoindre sa maîtresse dans la barque mais le mari au sombre dessein le ramène et l'attache (il marche un peu comme Nosferatu à ce moment sur le chemin)

...la ville vue comme Pays de Cocagne de Pinocchio, sauf que pour le héro de Murnau, c'est pas son nez qui s'allonge mais ses mains d’assassins Nosfératiques et l'emprise du vice sur lui...

...jusqu'à une si belle scène de mariage à la 42ème minute du film sur laquelle ils tombent "par hasard" ou intervention divine...
...voir ce mariage le réveille, lui donne un électrochoc...lui rappelle ses vœux à son propre mariage...
...plus tard, réconciliés, ils marchent tous les deux et se rappellent leur bon temps et picnic dans un jardin...comme Adam et Eve dans le jardin...

...d'ailleurs cette scène de picnic et marche dans le jardin, n'est pas sans rappeler un peu la fameuse prairie d'Edward et Bella:
dans la série de Twilight...http://static1.purebreak.com/articles/5/73/98/5/@/324428-edward-et-bella-dans-la-prairie-dans-620x0-1.jpg (75 000 fleurs)
dans l'Aurore...https://youtu.be/GnLVMREVA6M?t=2694 Adam et Eve, l'Homme et la Femme, retournent aussi au jardin paradisiaque

…ils font prendre leur photo comme à peine quelques générations plus tard, les mêmes couples feront des photomatons puis des selfies à plus soif…

…en parlant de photo, leur si beau baiser partagé en plein capharnaüm d’un embouteillage qu’ils ont eux même aggravé, inconscients dans leur petite bulle idyllique dans l’enfer des villes…un peu comme ces petites bulles d’amoureux dans un tableu horrifique de Hieronymus Bosch…
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Hieronymus_Bosch_036.jpg

Bref, ce si beau baiser en pleine rue, rappelle celui de Doisneau,mais lui au calme sur un trottoir…
Le Pays de Cocagne transformé en ville de Capharnaüm par les amoureux de Doisneau
Le baiser de l'hôtel de ville de Doisneau https://vimeo.com/65868352
Le baiser du centre ville chez Murnau https://youtu.be/GnLVMREVA6M?t=2732

…après l’arrivée de ces paysans à la ville, comme souvent, c’est la femme attentive qui pousse le mari à devenir un hipster du moment et à aller chez le barbier…
...puis ils se mêlent à des clients d’un restaurant chic et enfin ces paysans se mêlent à des clients d’une fête foraine et d’une guinguette où se trouve alors une clientèle plus huppée et bobos et branchée…
...d'ailleurs pour illustrer l’impression que doit faire ce couple sur certains de ces plus riches habitués de la fête, Murnau laisse échapper un gros cochon qui panique les manucurés oisifs danseurs…heureusement, le paysan fermier est là pour les "sauver" de cette invasion car, lui seul, sait rattraper son « collègue » de travail, son frère de lait, le cochon de la campagne.
Lui est un vrai mari multitâche !

…la scène de danse si émouvante de « Midsummers’ peasant dance » me fait penser à celle sur le Titanic de Leo, sa copine et leurs amis du moment…

…à 1h11, beau feu d'artifice: l'amour de ces paysans est en train d'éclore à nouveau et de fleurir à nouveau de mille feux!

…de la vraie solidarité à l’époque, quelle belle scène de rassemblement des villageois : tempête et naufrage et une fille en mer mobilisent tous les villageois en plein froid…
De nos jours, les naufragés auraient-ils tant d’aide ?
A en juger par nos naufragés dans le rues, j’en doute.

…la femme sur son mikado de branches rappelle Kate Winslet flottant sur sa porte dans Titanic

ps 1):
Murnau connaissait-il les films de Max Linder ?
…Déjà dans un court de Max Linder de 1913, Max tombait amoureux d'une baigneuse, et tenter de lui papparazer à son corps défendant une photo en maillot de bain: il croit qu'il a causé sa noyade car elle disparait...il panique…il pleure…la foule est aussi ameutée...tous se mettent à la recherche de la fille...même un scaphandrier...comme la foule de l’Aurore
Elle a en fait nagé plus loin pour échapper au fâcheux boulet...
Quand elle apparaît, Max est soulagé et lui fait la même fête qu'un chien qui est entre temps apparu…
Max et notre Homme amoureux-réveillé de l'Aurore sont liés: un comique 1912 et un dramatique 1927.
http://www.senscritique.com/film/Max_fait_de_la_photographie/11770632#
https://youtu.be/RmYXZ5I0iBc?t=673 (baissez le son)

ps 2):
Un élément qui m’échappe est pourquoi tant de choses sont penchées : la table chez la démoniaque citadine tentatrice, future veuve noire, est bizarrement très penchée.
Comme l’est le sol de la chambre chez le couple d'Adam et Eve menacée par cette vipère toute habillée de noire!

…j’avais vu une formidable pièce de théâtre, Travelling light par Nicholas Wright, sur la naissance du cinéma avec l’acteur Anthony Sher et je ne comprends que maintenant le village choisi pour décor (10 ans après!).
(l’auteur de la pièce avait découvert la « coïncidence » que de nombreux innovateurs en cinéma ayant immigré à Hollywood à la naissance du cinéma venaient tous de la même région d’Europe de l’Est.
https://www.youtube.com/watch?v=WTyFMkXELOQ
http://www.theguardian.com/stage/2012/jan/19/travelling-light )

ps 3: j'adore aussi qu'elle soit sauvée par un vieux; un vieux au grand sens d'abnégation qui avait, lui, continué à travailler et à la chercher...encore un qui nous donne l'exemple.
il dit "I could not give up hope, I know the tides, I went around the point"

Si on pouvait tous dans nos aventures et entreprises aller toujours "around the point", quel beau monde ce serait.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 352 fois
13 apprécient

PierreAmo a ajouté ce film à 8 listes L'Aurore

Autres actions de PierreAmo L'Aurore