Critique d'un Autre Cyprien après 10 ans sur Internet

Avis sur L'Autre Moi

Avatar Bearn
Critique publiée par le

Bon après avoir suivi le travail de Cyprien Iov depuis bientôt presque 10ans, avec ce court-métrage le vidéaste youtubeur vient de franchir un cap à mes yeux. Alors ce n'est pas un de mes vidéastes préférés, mais il fait partie de cette toile du fond du YouTube français qu'on a vu grandir et changer en ces 10 ans, en même temps que nous-mêmes nous changions et grandissions.

Des podcasts sur des sujets et avec un format qui sont aujourd'hui clichés à en être parodiés, à L'Autre moi, Cyprien à grandement évolué. De "Technophobe" qui à l'époque m'avait énormément plus (même si je pense que si je regardais une nouvelle fois aujourd'hui, je le trouverais moins qualitatif). En passant par "le hater" et "dessine moi un alien" qui sont des courts-métrages que je trouve mauvais et n'arrive pas à apprécier. Ou encore avec "la cartouche" ou "le déménagement" des cours métrages plutôt moyen, mais dans lesquels on sentait déjà l'envie, le travail et toute la passion que le créateur veut infuser dans ses contenus. On en arrive à "la science de l'amour" (que je trouves assez moyen), "Fais un voeu" (dont l'idée est je trouve encore assez bonne), mais surtout à "Lunaire" dans lequel on commençait à sentir vrm tout le talent du vidéaste et les supers idées qu'il a. Enfin, "Minori" où l'on ressentait vraiment tout le parcours qui avait été fait, avec une bonne histoire, de belles images et de magnifiques idées de mises en scènes (pour faire court).
On en arrive donc à aujourd'hui avec "l'Autre moi", son dernier court-métrage. Qui nous raconte l'Histoire de Jean-Hugues vendeur de canapé dont le rêve est de faire du stand-up et un jour va croiser Jamel Debbouze à une soirée pour faire gros.

Je préviens que je risque de spoiler un peu le court-métrage, donc je vous invite à le voir avant de lire la critique (si ça en est une) qui suit.

La miniature de celui-ci qui fait un peu milieu année 2010 style "Technophobe" m'avait un peu fait peur.
Même si après son visionnage, je n'en ressort que bien surpris.
Oui "l'Autre moi" est un très bon court métrage. De plus que celui-ci (si j'ai bien compris, au pire, je pense qu'on me corrigera.) a été en grande partie écrit, réalisé et joué par Cyprien (avec l'aide du talentueux Timothée Hochet).
Et ici, on a un premier point, quand on regarde le court-métrage, on voit Jean-Hugues ou "J.H" comme aime se faire appeler son personnage, et on oublie vite que c'est Cyprien. À l'inverse de ces premiers courts-métrages où l'on sentait trop ses gimmick de Youtubeur à mes yeux. Où on voyait plus le Youtubeur Cyprien à l'écran que le personnage qu'il jouait. Depuis "Minori" et encore plus ici, Cyprien Iov nous offre de mon point de vue un bon jeu, car Cyprien le Youtubeur s'efface bien au profit du/des personnages qu'il joue.

Ensuite, la réalisation, la mise en scène et la technique sont elles aussi très bonne.
Déjà par l'image qui est très belle, et qui elle aussi a avancé de court-métrage en court-métrage. Que ce soient les couleurs, les lumières, l'ambiance, tout passe vraiment bien. Même si on n'est pas comme dans "Minori", avec des décors aussi différents pour nos yeux d'Européens occidentaux, ici, on reste dans un cadre parisien/francilien.

La technique est impeccable. Notamment les dialogues et moments entre les 2 J.H sont très correctement mis en scène, et Cyprien est parfaitement intégré sur les 2 personnages. Sans jamais que l'on remarque les ficelles.

Il y a également des idées de mises en scènes très intéressantes. Déjà par l'intro et la scène des deux micros qui posent l'idée de ce que le personnage voudrait vraiment faire, mais aussi la future division de sa vie qu'il va connaître. D'ailleurs on remarquera (peut-être par sur-interprétation) que plus le personnage rejoint la vie de son "autre", plus il va au fur et à mesure enfiler une PARTIE de ses vêtements. Montrant qu'il rejoint le parcours de son "autre", sans d'ailleurs forcément le suivre complétement.

La musique du film est assez discrète, mais elle accompagne parfaitement toutes les scènes, en soulignant bien les effets et émotions qu'elles portent et apportent.

On a également quelques caméos sympathiques qui viennent encrer l'univers du stand-up ou du milieu de la comédie de manière général, comme Yassine Belhousse (l'Histoire racontée par des chaussettes forever <3), Doully, Akim Omiri, Djimo, Paul Mirabet, ou Jamel Debbouze. D'ailleurs la citation de la présence de ce dernier dans la vidéo qui annonçait le court-métrage m'avait un peu effrayé, car sa personnalité et son jeu qui "prend de la place". J'avais peur qu'il devienne "lourd" dans le récit et efface les autres acteurs. Mais ce ne fut pas le cas au contraire, il agit comme une présence importante de ce milieu, qui sert de pivot au récit.

En parlant de récit, ce dernier est correctement constitué. La relation entre J.H et Leïla est bien amené par les dialogues, mais surtout par le jeu, notamment des regards qui montrent comme celle ci évolue. Tout en étant un enjeu de la vie de J.H, de la manière dont il doit lui évoluer.
Tout parait correctement crédible dans la diégèse. L'évocation du fait que la mère avait connu elle aussi quelque chose de bizarre et de "pas croyable" à ses 30 ans permet de solidifier l'aspect fantastique de l'univers. Le fait que la version de J.H qui a saisi sa chance avec Jamel a malgré tout des regrets, et connu des conséquences positives comme négatives à cet acte. Ce qui permet juste de ne pas faire quelque chose de manichéen, du style "tu as raté ton avenir, fais comme moi vas y". Mais permet bien d'appuyer la conséquence de chaque acte. Ce qui est le thème principale de cette histoire. On ne peut pas s'empêcher (et ce qui me semble est confirmer dans le making of) de faire le parallèle avec peut être l'histoire de Cyprien lui-même quand il est devenu Youtubeur.
Le seul petit bémol est la chute et fin du court-métrage, envers laquelle je suis sceptique. Même si elle ajoute une touche humoristique, elle casse en même temps tout l'effet préparer avant sur la décision qu'il a prise et l'avenir vers lequel il se dirige.

Bref, il était nécessaire de faire une petite rétrospective de tout ce qu'il a fait, car "l'autre moi" marque une sorte d'aboutissement à mes yeux de son travail. Mais aussi tout le talent créatif qu'il a et qu'ils nous dévoilent enfin à sa pleine mesure.

Cyprien montre surtout pour moi, c'est qu'est devenu une partie de Youtube en 10ans. On est passé d'un travail de Youtubeur vu comme des amateurs dans leurs chambres, dont il est la tête de proue. À quelque chose de professionnel, avec du travail cinématographique. On pourrait citer parmi tant d'autres le Joueur du Grenier, Mathieu Sommet, Antoine Danielle, Nota Bene, Dirty Biology ou encore Karim Debbache, dont le travail s'est/s'inscrit pour tous dans cette démarche.
Aujourd'hui dire que Cyprien est vidéaste Youtubeur, au vu de ce travail me semble injuste. Il est désormais acteur, auteur et réalisateur.
Et comme le dit Jamel Debbouze à la fin du making of :

On n'est pas sur Youtube là, c'est pas pour Internet ce qu'il fait là. C'est du cinoche!

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1301 fois
4 apprécient

Autres actions de Bearn L'Autre Moi