« Lénine, réveille-toi ! Ils sont devenus fous. »

Avis sur L'Aveu

Avatar Eric31
Critique publiée par le

L'Aveu est un film réquisitoire Franco-Italien réalisé par Costa-Gavras, coécrit par Jorge Semprún, d'après le livre d'Artur London qui met en scéne (sur une musique composée par Giovanni Fusco et une photographie de Raoul Coutard)... un haut responsable du régime communiste tchécoslovaque juif (joué par Yves Montand qui trouve l'un de ses plus beau role), qui se retrouve accusé d'espionnage au profit des États-Unis... ses accusateurs (Michel Vitold qui joue Smola et Gabriele Ferzetti qui joue Kohoutek) font tout pour lui extorquer des aveux de crimes qu'il n'a pas commis... Brisé par la torture et les privations (on l'empêche de dormir, de manger et on l'oblige à marcher sans arrêt), il finit par avouer au tribunal (dont le procureur général est joué par le toujours formidable Michel Robin) des crimes qu'il n'a pas commis en récitant un texte d'aveux que ses bourreaux lui ont fait apprendre par cœur assisté d'un avocat désigné par le parti.... Pendant que son épouse (jouée par Simone Signoret) rempli de doutes essaie de survivre en restant fidèle à l'idéal communiste ou un patron peu devenir du jour au lendemain ouvrier (personnage joué par le formidable Jean Bouise) ou un haut dignitaire (joué par Marcel Cuvelier) ou un ancien secrétaire du parti (joués par Jacques Rispal) peuvent devenir des traitres a la Nation... C'est lors du montage de Z, que le journaliste Claude Lanzmann parle à Costa-Gavras de Lise et d'Artur London, ancien vice-ministre des Affaires étrangères de Tchécoslovaquie et un des trois rescapés des procès de Prague, dont l'un des accusés est Rudolf Slansky (un militant communiste, homme politique et secrétaire général du parti communiste tchécoslovaque après la Seconde Guerre mondiale qui sera exécuté à la suite des procès de Prague), qui s'étaient tenus en 1952. Beaucoup d'intellectuels de sa génération s'étaient enthousiasmés pour le communisme parce qu'il leur semblait ouvrir des perspectives formidables, jusqu'à ce que, peu à peu, il y ait une prise de conscience de l'envers du décor...
Après s’être attaquer a une dictature de Droite avec " Z " ... le cinéaste dénonce le totalitariste de Gauche... en s'attaquant au Stalinisme a travers le témoignage de Artur London un homme politique communiste tchécoslovaque d'origine Juive qui sera nommé vice-ministre des Affaires étrangères du régime communiste... avant d'etre arrêté en 1951 et l'un des quatorze accusés du procès de Prague (1952), à qui l'on arrache sous la torture des aveux de « conspiration contre l’État », qui se révèleront fabriqués par la suite... et l'un des rares a avoir échapper à la peine de mort, il est condamné à la prison à perpétuité et sera réhabilité en 1956... avant de s'installer en France ou il y publie Espagne…, un ouvrage consacré à la guerre civile, ce qui est pour lui une façon de réhabiliter les anciens des Brigades internationales emprisonnés ou exécutés à l'issue des procès de Prague, Budapest et Sofia, puis en 1968, L'Aveu, lequel sera superbement adapté au cinéma par Costa-Gavras qui signe son quatrième long métrage et second chef d'oeuvre...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 329 fois
5 apprécient

Eric31 a ajouté ce film à 1 liste L'Aveu

Autres actions de Eric31 L'Aveu