Affiche L'Empereur du Nord

L'Empereur du Nord

(1973)

Emperor of the North Pole

12345678910
Quand ?
7.4
  1. 0
  2. 3
  3. 4
  4. 8
  5. 20
  6. 66
  7. 160
  8. 187
  9. 41
  10. 6
  • 495
  • 81
  • 692

Octobre 1933, Oregon. La Grande Dépression vient de s'abattre sur les États-Unis, plongeant des millions d'hommes et de femmes dans la misère la plus totale. Des vagabonds arpentent le pays à la recherche d'un emploi ou d'une simple soupe. Certains tentent de voyager illégalement et gratuitement à...

Casting : acteurs principauxL'Empereur du Nord
Casting complet du film L'Empereur du Nord
Match des critiques
les meilleurs avis
L'Empereur du Nord
VS
Le vagabond duraille

En 1967, l'énorme succès des Douze Salopards va permettre à Robert Aldrich de s'offrir ses propres studios. Jusqu'ici toujours un peu bridé dans sa veine crade, le gros Bob va se lâcher dans ses douze derniers films que Claude Chabrol appelait : sa "Dirty Dozen" avec un sens de la formule que je ne peux lui enlever. Plus de verni imposé par les grands studios, plus d'acteurs propres, plus d'image bien léchée. Par contre les histoires atypiques restent et virent de plus en plus vers le...

51 26
Avatar bilouaustria
5
bilouaustria
Un train de retard

Robert Aldrich comme d'habitude nous met ses couilles sur la table et pense que ça va faire un film. Avec un créneau du genre : plus fort, plus violent, plus cru, plus direct... Lee Marvin est parfait pour le job mais le côté cradingue du film a sacrément mal vieilli (en 2013 on a "Spring breakers, Bob) et ce qu'il "ose" joue à vrai dire contre lui. Un mec découpé en rondelles après trois minutes de film, on se dit que ça va surenchérir méchamment. Même pas ! Victime du syndrôme "Drive",... Lire la critique de L'Empereur du Nord

3 10
Critiques : avis d'internautes (17)
L'Empereur du Nord
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
L'art et la manière de ne pas manquer le train du capitalisme

Chantre de l'impertinence, Robert Burgess Aldrich a imposé sa dégaine et son style dans un univers cinématographique dominé alors par le classicisme hollywoodien, le moralisme et la logique marchande des grands studios. Faisant fi de l'élégance et de la finesse, il se fait pamphlétaire enflammé, fustigeant l'hypocrisie du pouvoir militaire (Attack!, Les Douze Salopards) ou... Lire la critique de L'Empereur du Nord

26 8
Avatar Kalopani
8
Kalopani ·
Des hommes et des trains

Pendant la grande dépression des années 30 aux Etats-Unis, des hordes de vagabonds, de "bogeymen" et de trimardeurs voyagent clandestinement dans les trains de marchandises qui sillonnent le pays. Robert Aldrich choisit ce sujet qu'il transforme en une sorte de western ferroviaire d'une violence implacable. Ce qui l'intéresse avant tout, ce n'est pas la psychologie, on le lui a d'ailleurs... Lire l'avis à propos de L'Empereur du Nord

15 10
Avatar Ugly
8
Ugly ·
Un train pour l'enfer

S'il y a bien un truc qui m'exaspère, c'est qu'on reproche à un film d'être manichéen. L'argument le plus souvent cité est que le manichéisme ne permettrait pas d'entrer en profondeur dans la psychologie des personnages, qu'il n'y a aucune nuance. Comme si un personnage de film pouvait être réellement aussi profond que dans la réalité... Un personnage de film se doit d'être un stéréotype dont... Lire l'avis à propos de L'Empereur du Nord

3 1
Avatar Fatpooper
9
Fatpooper ·
Découverte
Super Tramp

«Pendant la Grande Dépression des années 30 aux Etats-Unis, beaucoup de vagabonds voyageaient clandestinement sur les trains de marchandise pourchassés par les chefs de convoi. Shack, l'un deux, fait en sorte qu'aucun tramp ne fréquente son convoi. Un homme, dit Numéro 1, lui lance un defi.» En lisant le pitch, on sait déjà qu'il n'y a qu'Aldrich pour réaliser un film pareil. Film de train sans... Lire l'avis à propos de L'Empereur du Nord

20 12
Avatar Pruneau
8
Pruneau ·
Tout le cinéma viril et violent d'Aldrich et deux monstres sacrés au sommet !!!

Les instincts primaires de l'homme ne se portent jamais aussi bien que pendant les pires moments de l'Histoire. La Crise économique suite au Krach de 1929 étant un de ceux-là, on sait qu'avec un tel fond et le féroce et cynique Robert Aldrich derrière la caméra on ne va pas avoir un grand moment de tendresse. Les gueules très charismatiques mais qui savent à la perfection se faire peu avenantes... Lire la critique de L'Empereur du Nord

5
Avatar Plume231
7
Plume231 ·
Toutes les critiques du film L'Empereur du Nord (17)
Vous pourriez également aimer...