Dans les ténèbres

Avis sur L'Empire contre-attaque

Avatar Arkeniax
Critique publiée par le

Le voilà, la légende, le mythe, le fantasme ultime.
Tu te demandais surement s'il n'était qu'un rêve, et bien non.
La réalité dépassera toujours la plus sombre des fictions.
Tu te demandes comment une telle chose est possible, et pour tout te dire, moi aussi.
Et pourtant, les faits sont là, indéniables.
Oui, cela peut semble difficile à croire, mais c'est bien vrai :

Dark Vador est LE plus grand méchant de l'histoire du cinéma !

Star Wars est un univers super riche qui a fait rêver des millions de gens, jeunes et vieux. Et pourtant, tout cet univers ne serait rien, rien du tout, sans le Vador !
Pas de Vador, pas de Star Wars !

Dès l'épisode IV, le personnage était là. Il n'était alors qu'un bras droit, certes charismatique, mais mis au second plan comme un décor en toile dégueulasse d'un vieux film des années 20. Et pourtant, déjà, le film nous préparait pour le vrai choc, la révélation : Obiwan nous expliquait alors que Vador avait tué Anakin Skywalker ainsi que tout le putain d'ordre Jedi (!); ce bon vieux Ben lui-même tombera sous les coups de son ancien apprenti; on l'a vu capable d’étrangler un homme à distance par le seul pouvoir de la Force ! Tous ces éléments étaient des signes, une sorte de promesse de la part de Georges Lucas faite au spectateur : Voyez mon film, aimez le, et je vous ferait une suite où je créerais le meilleur méchant de l'Histoire ! Maintenant les astres sont alignés, la prophétie s’accomplit, c'est l'heure de Son évanescence !

Mais qu'est-ce qu'est donc Dark Vador pour que je l'encense autant, me direz-vous. A m'entendre (enfin, me lire, quoi), on jurerait que je suis en train de décrire un mélange de Hitler et Satan (ça serait cool, ça !). Et pourtant, la réalité est bien pire encore !
Vador est, je le reconnais, une figure symbolique proche de celle de Satan et Hitler : La personnification du mal absolu, la forme anthropomorphique qu'auraient pris tous les vices de l'humanité en s’entremêlant et en fusionnant en un seul corps. Le gars concentre tous les vices et la malveillance de la galaxie dans sa poigne d'acier pour mieux t’étrangler avec.
Il est la noire figure du Coté Obscur de la Force, son champion, son bras vengeur et meurtrier. La Force Obscure n'est pas tant le penchant négatif de la Force qu'une allégorie du Mal absolu.

C'est lorsque Yoda nous apprend l'existence de l’équilibre entre le coté clair et le Coté Obscur que nous pouvons enfin comprendre le réel sens de Dark Vador : Un combat éternel entre le bien et le mal, où chacun pourra prendre le pas sur l'autre un temps, avant que ne ressurgisse le perdant pour ramener un équilibre qui jamais ne pourra prendre fin.
Là où l’épisode IV se limitait à une opposition bon enfant entre le bien et le mal, L'empire contre attaque se dévoile loin de toute forme de manichéisme, en décrivant toute histoire de l'univers comme n'étant que le fruit d'un équilibre précaire, le Yin et le Yang, le blanc contre le noir

A ce titre, Georges Lucas et Irvin Kershner passent la quasi-totalité du film à jouer à un jeu pervers avec le spectateur, commençant par nous montrer les Rebelles, les gentils, en grande difficulté face à l'Empire, obligés de fuir à travers la galaxie tels des rats quittant le navire, tandis que Luke part parfaire sa formation de Jedi auprès de Yoda.
Petit aparté sur Yoda, déjà parce que eh oh, c'est Yoda, et aussi parce qu'il amène sans doute la leçon la plus importante du film : Qu'il ne faut jamais trop se fier à ce que l'on voit (si si , vous verrez, ça sera important). Yoda, c'est le second plus important personnage de l'univers de Star Wars, car il est le premier à montrer le lien étroit et la dualité de la Force, vous verrez, ça va être utile pour après. Et puis il est à la fois marrant, sage, ultra-baleze avec la Force et il a une super marionnette pour l'animer !
Bref, dans la quasi-totalité du film, nous voyons la progression des méchants et leur victoire écrasante sur les gentils, et là tout y passe : Le Faucon Millenium n'a plus d'Hyperdrive, les chasseurs de prime se bousculent pour attraper Han et Leia, Dark Vador himself supervise la traque, C3PO se retrouve démembré et à la ferraille, même Lando Calrissian est un infame traître; bref, ils sont vraiment dans la mouise et finissent acculés, vaincus.
C'est à partir de cet instant que le jeune Luke doute, il souhaite aider ses amis, mais il a conscience que s'il échoue, ce qui risque fort d'arriver, il sera corrompu par le Coté Obscur, comme le montre clairement la scène dans la caverne.

Mais il choisit de partir tout de même, préférant tenter le tout pour le tout plutôt que de rester inactif. Son nouveau chemin le mène à croiser celui de Vador, l'enfant de la lumière contre le champion des forces du mal. La confrontation trouve une issue sans appel : Le seigneur Sith est de très loin le grand gagnant ! Le mal a triomphé sur tous les points, vaincu tous ses opposants; mais alors que nous pouvions croire que la dague ne pouvait s'enfoncer plus loin dans le cœur, Vador se targue d'une réplique sèche et sans appel qui achèvera de détruire notre héros comme le spectateur :

Non, Luke, je suis ton père
(No, I am your father)

Oui, avant d'être Dark Vador, le plus puissant seigneur Sith de la galaxie, le guerrier ultime du mal absolu, le plus grand méchant de l'Histoire du Cinéma fut Anakin Skywalker, un Jedi*.
Et c'est à ce moment précis que tout devient clair, que le jeu de Georges et Irvin prend fin, car c'est alors que l'on comprend le vrai message qu'ils cherchaient à nous délivrer : Le Mal n'est qu'une forme de bien corrompue, tout comme, à l'inverse, il est possible de faire naitre le Bien au sein du Mal.
Dark Vador est un symbole du Mal tout puissant, mais il est aussi la victime du Coté Obscur, il n'est que le jouet de ses propres démons.
Cette révélation annihile totalement toute forme de manichéisme.
Tout ce que nous avait fait comprendre l’épisode IV sur l'opposition bête et méchante entre le Bien et le Mal et tous les événements de ce film-ci se retrouve démoli, explosé par cette simple réplique.
Le Bien et le Mal ne sont pas faits pour s’entre-détruire, il sont complémentaires car ils font partie d'un tout.
Mais l'équilibre devant être maintenu, Luke ne se soumet pas au Coté Obscur et parvient à fuir tant bien que mal, se preparant à livrer une ultime bataille dans le dernier film de la saga (ou presque).

L'Empire contre-attaque est plus qu'un film, c'est une fresque sombre et philosophique, où le méchant le plus classe de l'histoire côtoie la course-poursuite la plus haletante. C'est une quête initiatique pour notre héros, dont la destination finale ne sera que la plus terrible des épreuves.

Ou alors j'en fais des caisses et c'est juste du divertissement avec un chouette twist en fin de film.

*Il faut savoir que quand j'ai entendu cette réplique pour la première fois étant très jeune, elle n'a pas autant eu d'impact sur moi qu'elle n'en a eu plus tard, la faute à un père qui avait un peu trop tendance à me la sortir étant petit (et qui continue d'ailleurs..), ce qui fait que lorsque j'ai vu pour la première fois Dark Vador la dire, je me suis simplement dit "Tiens, en fait ça vient de là..."...
Merci papa de m'avoir gâché un grand moment de cinéma...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 808 fois
13 apprécient

Arkeniax a ajouté ce film à 7 listes L'Empire contre-attaque

Autres actions de Arkeniax L'Empire contre-attaque