De glaise et de sang

Avis sur L'Enfance d'Ivan

Avatar Deleuze
Critique publiée par le

S’il y a bien quelque chose dans l’enfance d’Ivan qu’il faut avant tout reconnaître, c’est bien sa photographie fabuleuse, se rapprochant du concept de perfection, nous dirons tout simplement qu’elle est Tarkovskienne. Le spectateur est sans cesse mystifié par l’imposante silhouette d’un réalisateur incarné dans ses images dont le talent technique et purement objectif est irréfutable. Décors et personnages, jeux d’ombre et de lumière, tout est allié avec une maestria ; avec une précision millimétrique.

C’est ici l’émerveillement du jeune cinéphile que je suis que je suis en train d’exprimer, mon admiration pour un travail esthétique de qualité supérieure, tout ce qu’il y a de plus sincère, ma volonté étant bien loin de vouloir coller à une bienséance ou à une conformité de pensée qui voudrait qu’on ne peut pas ne pas aimer Tarkovski.

Si je passe au-delà de la dimension esthétique de l’œuvre, je trouve un univers que j’adore : l’arrière du front en temps de guerre. On suit l’histoire d’un jeune et frêle blondinet hanté par les flashbacks de sa mère fusillée par les nazis. Un corps fétiche, phtisique, qui contient pourtant une personnalité forte dotée d’une conviction et d’un entêtement sans failles qui dépasse largement cette apparente faiblesse. Un petit homme qui dans son inconscience et son courage joue aux grands, lance le couteau et trace le chemin en terres ennemies.

Tout cela dans une bouillasse éternelle, parsemée de forêts aux arbres anorexiques se dressant sur un lit de feuilles qui composaient autrefois leur parure. Dans les marécages entourant les baraques et les abris de fortune édifiés à toute berzingue pour faire face à l’ennemi qui se terre, voulant se protéger de l’inévitable conclusion historique qu’amène Tarkovski pour achever son grand film : la déconfiture allemande.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 980 fois
49 apprécient · 2 n'apprécient pas

Deleuze a ajouté ce film à 5 listes L'Enfance d'Ivan

  • Films
    Cover Une année, un film

    Une année, un film

    Parce que le cinéma est avant tout une histoire d'époque. De Sherlock Jr (1924) au réveil de la force (2015). BINGO:...

  • Films
    Cover Un pays, un film

    Un pays, un film

    Même principe que ma liste "Une année, un film". Petite liste pour voir quelle proportion du monde ai-je (selon l'ONU)...

  • Films
    Cover TOP 50

    TOP 50

    L'armoire à trophées d'un cinéphage affamé. Les films que je veux absolument valoriser au-delà d'un si contraignant Top 10,...

  • Mais aussi

Autres actions de Deleuze L'Enfance d'Ivan