Promesses de l'esthétique et conformisme du mental

Avis sur L'Enfance d'Ivan

Avatar Sulawesi
Critique publiée par le

C'est sûr, il y a dans la mise en scène et dans la photographie des choses intéressantes : les lignes des gestes des personnages et la texture de l'image, tout spécialement, m'ont ravi le regard d'un bout à l'autre. La composition de l'image et la maîtrise de la profondeur de champ sont aussi à louer, mais je passe l'éloge complète des qualités visuelles et sonores pour en venir directement au point noir : l'histoire n'a pas eu à mes yeux quoi que ce soit de remarquable. Si le thème est ô combien délicat et propice aux réflexions et sentiments profonds, je suis d'autant plus intransigeant envers les propos banals, et les lieux communs sur la guerre (j'ai l'impression de voir sans arrêt des films de guerre, surtout sur la SGM, à croire que les grands studios et cinéastes raffolent de grands enjeux et de grands malheurs). Et malheureusement, ici, hormis Ivan, c'est tout ce qu'on a. Ni les autres personnages, ni leurs relations, ne sortent des représentations canoniques de la guerre.
Du coup, toute la puissance du film est dans le personnage d'Ivan, son entêtement obsédé, sa témérité, quelques facéties ; et surtout, ce qui trouble et fascine, c'est la façon dont il est à la fois enfant (sensible, enthousiaste, énergique, fragile, aimant, apeuré, rêveur) et adulte-soldat (vaillant, entêté, fort de caractère, tenace, autoritaire, de bonne intelligence).
Oui, mais. Voilà : même ce côté double du personnage principal ne m'est apparût que comme l'incarnation un peu forcée des dualités qu'amène (et qui cause?) la guerre en général, chez le soldat comme chez le civil, et même chez l'humain (c'est la bonne vieille dichotomie bien/mal qui frappe à la porte...). Oh, c'est une chose passionnante que d'en voir une illustration particulière, certes, mais sur laquelle l'on a déjà tant focalisé l'objectif (et ça ne date pas de la SGM), que voir une énième déclinaison ''du'' film de guerre prototypique me fait monter l'amertume aux commissures ...
En résumé, le scénario et les dialogues de L'enfance d'Ivan sont négligés – son écriture n'est pas à la hauteur de son esthétique et de sa vitalité : l'oeil est ravi, mais l'on fait trépigner le cerveau ...
Mais ne nous y méprenons pas : ça n'en demeure pas moins poignant et beau à plusieurs égards ; du reste, j'ai bien eu la sensation de voir un ''chef-d'oeuvre'' ... seulement un peu sous-formé et démeublé.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 100 fois
Aucun vote pour le moment

Sulawesi a ajouté ce film à 1 liste L'Enfance d'Ivan

Autres actions de Sulawesi L'Enfance d'Ivan