👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Puzzle et fulgurances de génie absolu, miroir de ses propres névroses pathologiques

Et oui une flopée d'étoile pour ce documentaire... pour ce film inachevé... Tout passionné du cinéma doit voir ce documentaire exceptionnel sur ce film maudit d'Henri-Georges Clouzot qui en lui donnant le titre "L'Enfer" collait bien à ce qui allait advenir sur le tournage, totale bérézina ! Réflexion sur les affres de la création d'un génie de l'image, au travers de ses propres obsessions et névroses, ce documentaire nous montre que le cinéma est un Art, avant d'être un produit commercial, et fera réfléchir tout cinéaste en herbe fasciné par les techniques et effets spéciaux virtuels utilisés aujourd'hui en leur montrant que le chemin est long, très long avant de pouvoir dire: "regardez j'innove! je révolutionne l'image ! Je suis un génie !"... En exhumant les essais de Clouzot et son travail sur les couleurs, sur le son avec les acteurs de son film, les rushs du tournage en extérieur, Serge Bromberg nous donne à voir que si ce film avait été achevé, il aurait révolutionné l'image, le cinéma mondial dans son ensemble, tout en ayant de puissants détracteurs vu les tabous que Clouzot aurait fait explosé dans sa façon de traiter le sujet: la jalousie paranoïaque et ses obsessions et fantasmes érotiques. Clouzot aurait certainement fait école, aurait atteint l'aura d'un Kubrick. Il faut dire qu’il connaissait bien le sujet : il était atteint de cette névrose obsessionnelle. Des images fortes, obsédantes, des séquences sublimes, certainement les plus belles que j'ai vues chez Clouzot. Je n’ose imaginer- où je me plais à imaginer le résultat final de l’œuvre. Puis les acteurs : un Serge Reggiani, qui malgré le manque de bande son (disparue à jamais), parvient à nous faire ressentir un malaise profond, en restituant rien que par le regard sa folie galopante. Une Romy Schneider au sommet de sa beauté, érotique, obsédante... certainement objet de fantasmes chez Clouzot! Dany Carrel, parfaite en femme libérée, tentatrice fantasmée et honnie par Reggiani… Puis cette séquence où Romy fait du ski nautique sur le lac artificiel, où l’on voit Reggiani au fond du cadre courir sur la berge… Alors pourquoi « L’Enfer » est-il devenu un véritable enfer pour toute l’équipe de tournage, pour les acteurs ? Clouzot était-il dépassé par la liberté qu’on lui laissait où par le sujet du film lui-même ? Les interviews des intervenants ayant participé au tournage nous donne quelques pistes : trop perfectionniste… il devient l’artisan de son propre échec vu le poids de la production mégalo en œuvre… pas de garde-fous… une liberté totale ! Forcément un piège ! Comme son propre génie (on peut parler vraiment de génie, le mot n’est pas trop fort) le poussant irrémédiablement à l’implosion , d’où l’infarctus au bout de trois semaines de tournages… Il y a certainement une part inconsciente d’auto-destruction de l’œuvre en train de se créer par réflexe de survie car Clouzot jouait, en faisant ce film, avec ses propres obsessions… Il ne pouvait donc pas ressortir indemne de l’aventure, elle l’aurait totalement détruite si elle avait atteint son terme, comme elle aurait détruit en partie les acteurs principaux… C’est aussi pour cela que Reggiani, atteint d’une maladie mystérieuse (psychosomatique ?), quitte le tournage brutalement, à bout… Revenons sur la forme du documentaire en lui-même qui fait exister le film seul, il y a les interventions filmées de Jacques Gamblin et Bérénice Béjo que je trouve déplacée, c’est le seul bémol car il y a cette séquence muette où Romy va faire des courses en ville, sonorisée par Bromberg, avec la voix de Reggiani, qui nous permet de nous rendre compte concrètement de ce que cela aurait donné, suffisait amplement… En voyant ce documentaire, oublions la version de Chabrol avec Béart et Cluzet (superbe dans le rôle de Marcel) qui reste un film très chabrolien et très éloigné de ce que Clouzot voulait faire de ce sujet qui était son obsession personnelle…
GuillaumeRoulea
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Romy Schneider, Les films que j'ai le plus aimé..., Les meilleurs films des années 2000, Les meilleurs documentaires et Les meilleurs films de 2009

il y a 9 ans

2 j'aime

L'Enfer d'Henri-Georges Clouzot
LouvedAvalon
10

Descente dans l'Enfer selon Clouzot

Que dire d'un film qui est une telle légende, inachevé et dont il ne nous reste que des rushes et pas même la bande son :( ? D'un film qui fascine rien que par son titre dantesque, son tournage...

Lire la critique

il y a 4 ans

24 j'aime

15

L'Enfer d'Henri-Georges Clouzot
Sergent_Pepper
7

Nostalgie de la chimère

Etonnante conjonction que celle de Clouzot avec ses pairs : en 1960, après le succès du superbe La Vérité, le réalisateur au sommet de sa carrière se retrouve dans la position d’Hitchcock un an avant...

Lire la critique

il y a plus d’un an

18 j'aime

L'Enfer d'Henri-Georges Clouzot
JimBo_Lebowski
9

Chef d'oeuvre inachevé

Un excellent documentaire sur la genèse du projet extrêmement ambitieux de Henri-Georges Clouzot "L'Enfer", film expérimental, en 1964. Un témoignage fascinant et extrêmement intéressant d'une œuvre...

Lire la critique

il y a 8 ans

16 j'aime

6

Belle de jour
GuillaumeRoulea
8

Ombres et Lumières

En ayant vu pour la énième fois, "Belle de jour", je me demande à quel point ce film de Luis Bunuel, n'est pas à l'origine du "malentendu" qui existe entre le public et Catherine Deneuve et à quel...

Lire la critique

il y a 9 ans

41 j'aime

2

Le Premier Jour du reste de ta vie
GuillaumeRoulea
8

Un film qui vous fait aimer la vie et qui vous envoie des ondes d'amour

Succés critique et populaire surprise pour ce film français sorti en plein été 2008 qui a fait plus d'un million d'entrées. Cela fait la 5ème fois que je le regarde, et je ne m'en lasse pas. Certes...

Lire la critique

il y a 8 ans

31 j'aime

6

La Reine Margot
GuillaumeRoulea
10

Quand le cinéma et le romanesque l'emporte sur l'histoire avec un grand H...

Imaginons-nous toutes et tous dans 50 ans. De l'oeuvre cinématographique du regretté Patrice Chéreau, "La Reine Margot" restera certainement dans les mémoires comme le meilleur film du réalisateur,...

Lire la critique

il y a 8 ans

26 j'aime

5