Comment montrer ce qui n'existe pas ?

Avis sur L'Enfer d'Henri-Georges Clouzot

Avatar Minostel
Critique publiée par le

Pourquoi Clouzot, un des plus grands réalisateurs français du XXe siècle, maniaque du détail, a t-il voulu réaliser un film expérimental ? Par définition, l'expérimentation suppose l'erreur, mais Clouzot n'a pas supporté l'incertitude. Contrairement à ses précédentes réalisations, il ne savait plus où il allait. Il a envoyé son projet dans le mur, malgré lui.

Comment montrer ce qui n'existe pas ? Voici le nœud de ce documentaire sur un film jamais achevé, qui fit malgré tout l'objet de nombreuses expérimentations. Serge Bromberg et Ruxandra Medrea utilisent les matériaux disponibles : les rush du film, les essais, le scénario, les story-board.

Ce qu'on peut voir du film est fascinant : Romy Schneider a participé aux test de lumière et de trucages, elle est, osons le mot, sublime, dégageant une tension érotique certaine. Clouzot savait filmer les (très belles) femmes, les spectateurs de La Vérité le savent déjà.

Le soucis de ce documentaire est dans sa forme : il oscille entre la reconstitution du film (lecture du scénario par Bérénice Béjo et Jacques Gamblin), visionnage des scènes déjà tournées, et les souvenirs de pré-production et de doublage. Il dure environ 1h30. Quand je me suis attaqué aux bonus du DVD, je me suis dit que j'allais avoir l'histoire des bandes, comment Bromberg et Medrea avait remis la main dessus... Mais non, c'est juste un supplément au documentaire : plus d'interviews, plus d'essais... Pas inintéressants, mais pourquoi n'avoir pas fait un docu de 2h15 avec l'ensemble, puisqu'il y a des redites ?

Surtout, les auteurs du documentaire n'ont pas osé séparer le boulot en deux. Il aurait mieux valu, à mon sens, reconstituer le film dans une version raccourcie puis faire le documentaire sur le tournage. L'ensemble aurait eu plus d'impact.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 172 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Minostel L'Enfer d'Henri-Georges Clouzot