Le seigneur des étoiles à la dernière croisade Galactica

Avis sur L'Homme qui sauva le monde

Avatar P-D
Critique publiée par le

J'ai appris à dire "Humains" en turque. (c'était la petite chose utile du film)
Je … ce film est … "L'homme qui sauva …" … je crois qu'on pourrait le résumer par un "POURQUOI" ou par un grand point d'interrogation, alors évidemment, en notation nanar, je pense que ce film mérite l'oscar du meilleur réalisateur, meilleur bande-son, meilleur acteur dans une comédie dramatique, meilleur second rôle, meilleur actrice, meilleur film et tout le tsoin-tsoin, mais je ne peux pas mettre 10 alors que j'ai mis un 10 à "Le Bon, la Brute et le Truand", non ! Et puis j'ai pris mon pied à regarder le film de Sergio, tandis qu'en visionnant "Turkish Star Wars", j'avais plutôt une nauséeuse impression que l'on m'a forcé à vomir une tchoutchouka par tous mes orifices faciaux que l'on m'a préalablement forcé à ingurgiter par un endroit que la morale réprouve.

Outre que ce soit un immense plagiat bien sale d'un peu plein de films (je n'en n'ai reconnu que trois, aidez moi !) aussi dégueulasse que les plagiats "Youtube" fait par des décérébrés d'adolescents qui prennent d'autres vidéos avec des logiciels à la con du genre "Camstudio", on a à faire ici à un mélange entre Star Wars et Indiana Jones, et en prime une belle balade en cheval avec des lances, je vois pas pourquoi on s'emmerde encore avec les "Seigneur des anneaux" après ça" car il devient tellement sans goût après le visionnage de ce film … d'ailleurs tout devient plus ou moins fade après l'avoir vu. C'est le seul film qui m'a donné l'illusion d'entendre pendant 1h30 la recette sacrée du Lokum qui me ferait voyager dans un monde parallèle où le héro serait un Olivier de Kersauson crado turquanisé, où il aimerait son meilleur ami au point de se foutre de la jouli blonde, où son charisme serait tel que je n'eusse jamais ressenti autant d'émotion dans la voix et le jeu de cet acteur. Et dans ce voyage intergalactique, je prie pour que la musique soit tellement hach(i)é menu que mes oreilles en fondent.

Cher ami, je te dévoile mon journal intime, jour après jour, pas de secret entre nous pour un tel film, car je dois te l'admettre mon amour, je n'ai pas pu le regarder d'un trait en étant totalement sobre :

JOUR 1 : Je vois Star Wars, j'entends Indiana Jones, je ressens le machisme local, un combat incroyable, je le vois casser un rocher à coup de poing, je me dis qu'il ne pourra rien faire de pire quand il s'attache deux énormes caillasses aux mollets et je me dis "oh merde, cet enfoiré est en train de faire des bons de trois mètres avec. Bordel.

JOUR 2 : J'ai regardé le lendemain la scène du combat avec le … ce … cette chose … Bordel !

JOUR 3 : Suis-je en train de regarder un reportage sur l'Islam ? Bordeeeel.

JOUR 4 : Maintenant, il se bat contre des moines Shaolins qui portent des écumoires sur le crâne : BORDEL !

JOUR 5 : Il castagne son ami qui se transforme en … ? : BORDEL ! Les décors changent toutes les secondes, BORDEL !

JOUR 6 : Le gentil se transforme en méchant, ce fut un leurre, la caméra filme le ciel, le méchant disparaît dans un nuage de fumée rougeâtre; le gars meurt et le héro n'en n'a rien à faire, épée en bois + cerveau + eau portée à ébullition + une pincée de sel e une cuiller à café de safran = gant en or aux supers pouvoirs … BORDEEEL !

JOUR 7 : Le héro fracasse des peluches, des squelettes, entre temps nouveau plagiat inexplicable et inexpliqué de Star Wars, il décapite des dindons géants, puis des momies explosives, puis un aspirateur à pied, pis des manifestants masqués, puis des chevaliers du futur, le méchant transforme sa lance en assiette en carton qui explosent et sous des bruitages de NES, le combat ultime a lieu alors le méchant se fait couper en deux dans le sens de la longueur, puis ça explose, et les gens disent "Au revoir homme de la Terre", ce qui est en soit un phrase complètement conne car l'homme vient forcément de la Terre.

Après ça, certaines questions restent en suspend comme la femme verte qui apparaît, la femme qui saute du haut d'un caillou, la femme qui se transforme en araignée et la plupart des plans qui sont répétés 3 fois. Pourquoi, pourquoi, pourquoi … Après cette indigestion infâme allongée sur plusieurs jours, je n'ai jusqu'un seul conseil à donner à tout ceux qui veulent faire disparaître un corps : quand on enterre un être humain de taille normal, il faudrait veiller à mettre un peu plus qu'une pèle de terre.

Bon Film :)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 186 fois
1 apprécie

Autres actions de P-D L'Homme qui sauva le monde