👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

On se dit dès les premières secondes que quelque chose ne va pas chez Ichiko. Un je-ne-sais quoi indéfinissable, que l'on n'arrive jamais à cerner.

La symbolique utilisée par l'affiche française se montrerait presque un peu lourde là-dessus. On parlera ici sans doute des questions du double en les décodant et en les analysant en long et en large.

En parlant sans doute de cette famille dans laquelle cette infirmière se fond avec discrétion et zèle. Une quasi soumission, presque une excuse constante d'exister comme les affectionne la société japonaise. Et, dans un même temps, cette famille qu'elle essaie de se reconstituer, semble-t-il, sans passion excessive ni amour démonstratif.

On parlera aussi de double temporalité, d'enfermement dans lequel la réalisation inscrit l'héroïne, et d'isolement.

On se perdra aussi, sans doute, sur certaines pistes du pourquoi et du qui. Des questions qui importent au réalisateur qu'en périphérie, achevant de déclasser son oeuvre du genre thriller pour le faire émarger dans le registre du drame intimiste, ce qui ne plaira sans doute pas à tout le monde.

Un drame qui, en plus, se construit autour d'une mèche à combustion assez lente, obstacle supplémentaire pour certains qui s'ennuieront rapidement dans la salle. Avant de consumer Ichiko. Avant que sa vie ne lui échappe, que l'horizon qu'elle se dessinait ne se dérobe, que les silences et la malveillance ne l'entraînent dans l'ombre de l'existence.

Quelque chose ne va pas chez Ichiko, à l'évidence. Mais on ne peut s'empêcher d'éprouver à son endroit l'empathie du malheur et de la suspicion sourde qui s'abat sur elle. Grâce à l'interprétation forte et très juste de Mariko Tsutsui, qui prête à son personnage son feeling lointain, tandis que le réalisateur colle toujours au plus près de son héroïne. Dépeignant un jeu double qui tangue entre culpabilité et connivence avec la fille aînée de la famille. Dépeignant aussi une attirance, une confiance, des moments partagés qui ne résisteront pas à la tourmente provoquée, au feu médiatique déchaîné, au sol qui se dérobe peu à peu sous les pieds.

D'accusée, Ichiko devient la victime dont on s'écarte, que l'on se refuse à aider.

Et la dernière partie de L'Infirmière se teinte d'abîme et de vengeance, avant que la force du destin ne se rit d'elle, affirmant l'ironie ou l'absurdité. Avant de sombrer. Soulignant que le silence s'est mué en piège.

Vous comprendrez donc bien que le masqué a bien apprécié. Sauf qu'il devine que son élan bienveillant, en partie motivé par un très joli rôle qui l'a touché, sera loin d'être partagé par tous. Décidément, quelque chose ne va pas non plus chez celui-là.

Sauf que cela, vous le saviez déjà depuis un bail...

Behind_the_Mask, qui espérait savoir ce qui se cache sous la blouse de son infirmière.

Behind_the_Mask
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Une année au cinéma : 2020

il y a 2 ans

10 j'aime

3 commentaires

L'Infirmière
EricDebarnot
8

La Femme en Bleu

Comme ce fut le cas avec "Madre" il y a quelques semaines, "l'Infirmière" est un film desservi par sa bande annonce - qui en dit trop, comme beaucoup de bandes-annonces -, par son slogan inepte...

Lire la critique

il y a 2 ans

19 j'aime

5

L'Infirmière
Chaton_Marmot
8

Un thriller bouddhiste ?

Je vais reprendre le déroulement de ma réception du film ; ce qui devrait expliquer pourquoi je le trouve original et maîtrisé. Ce sera probablement incompréhensible pour ceux qui ne l'ont pas vu,...

Lire la critique

il y a 2 ans

17 j'aime

5

L'Infirmière
cinememories
7

Hémisphérique

Le cinéma de Kôji Fukada trouve à présent plus de cohérence et de consistances, dès lors que le mystère qu’il entretient caresse davantage son ambiguïté. Dans la lignée de son succès cannois «...

Lire la critique

il y a 2 ans

11 j'aime

Avengers : Infinity War
Behind_the_Mask
10

On s'était dit rendez vous dans dix ans...

Le succès tient à peu de choses, parfois. C'était il y a dix ans. Un réalisateur et un acteur charismatique, dont les traits ont servi de support dans les pages Marvel en version Ultimates. Un...

Lire la critique

il y a 4 ans

197 j'aime

54

Star Wars - Les Derniers Jedi
Behind_the_Mask
7

Mauvaise foi nocturne

˗ Dis Luke ! ˗ ... ˗ Hé ! Luke... ˗ ... ˗ Dis Luke, c'est quoi la Force ? ˗ TA GUEULE ! Laisse-moi tranquille ! ˗ Mais... Mais... Luke, je suis ton padawan ? ˗ Pfff... La Force. Vous commencez...

Lire la critique

il y a 4 ans

184 j'aime

37

Logan
Behind_the_Mask
8
Logan

Le vieil homme et l'enfant

Le corps ne suit plus. Il est haletant, en souffrance, cassé. Il reste parfois assommé, fourbu, sous les coups de ses adversaires. Chaque geste lui coûte et semble de plus en plus lourd. Ses plaies,...

Lire la critique

il y a 5 ans

171 j'aime

23