👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Intéressant ce film. Il faudra que j'approfondisse la filmographie de ce réalisateur que je ne connais que trop mal !

L'exposition est un peu longue, cela se traduit par quelques longueurs qui font se demander quel est le sujet du film. Puis le personnage principal révèle sa personnalité ou plutôt il la confirme de manière étonnante et s'en suit un drame passionnel quelque peu morbide. Il n'y a pas beaucoup de scènes, mais chacune est fort étirée, exploitée de fond en comble, permettant aux personnages, surtout le principal, de s'épanouir. La fin semble être plus la conclusion d'un réalisateur que du film mais ça passe malgré tout.

La mise en scène est très soignée, c'est d'ailleurs ce qui sauve de l'ennuie durant la première demi-heure du film. Le découpage est peu inventif, les compositions pas travaillées dans un sens esthétique, le montage permet aux plans de durer assez longtemps... et malgré cela c'est captivant, grâce à un rythme fonctionnant à merveille avec l'histoire, grâce à des décors soignés, grâce à un jeu de couleurs qui attire l’œil. Grâce à l'ambiance glauque qui parcourt tout le film, si bien que je me suis demandé s'il ne s'agissait pas en réalité d'un film d'horreur. J'ai parlé d'un manque d'originalité, c'est vrai que le film est très plan-plan, néanmoins, il reste une scène assez bien trouvée, celle où la jeune mère réagit en fonction des bruits : toute l'action est ellipsée, le réalisateur décide de ne se focaliser que sur le personnage féminin qui essaie de comprendre de quoi il retourne, un moment de toute beauté. Et cela a été possible grâce à un travail de son mais aussi grâce au jeu de l'actrice. Le casting est très bon, je me demande même comment le film aurait été avec le casting prévu initialement (Delon et Romy).

Bref, ce film comporte quelques longueurs, manque peut-être d'inventivité, mais il reste prenant surtout par rapport au personnage principal à la caractérisation bien exploitée.

Fatpooper
7
Écrit par

il y a 5 ans

5 j'aime

4 commentaires

L'Innocent
Fatpooper
7
L'Innocent

L'athée

Intéressant ce film. Il faudra que j'approfondisse la filmographie de ce réalisateur que je ne connais que trop mal ! L'exposition est un peu longue, cela se traduit par quelques longueurs qui font...

Lire la critique

il y a 5 ans

5 j'aime

4

L'Innocent
AMCHI
8
L'Innocent

Critique de L'Innocent par AMCHI

Diminué physiquement, victime d'une attaque cérébral c'est à moitié paralysé et en chaise roulante que Visconti réalisa son dernier film, et L'Innocent a beau ne pas avoir la petite touche en faisant...

Lire la critique

il y a 6 ans

4 j'aime

L'Innocent
Marlon_B
9
L'Innocent

L'adaptation de la réalité à l'idéal romantique

Malgré un montage inachevé, L'innocent demeure une grande œuvre d'un cinéaste majeur qui de son fauteuil roulant parvint malgré tout à faire exprimer tout son art. En raison du décès de Visconti,...

Lire la critique

il y a 5 ans

3 j'aime

Les 8 Salopards
Fatpooper
5

Django in White Hell

Quand je me lance dans un film de plus de 2h20 sans compter le générique de fin, je crains de subir le syndrome de Stockholm cinématographique. En effet, lorsqu'un réalisateur retient en otage son...

Lire la critique

il y a 6 ans

116 j'aime

33

Strip-Tease
Fatpooper
10
Strip-Tease

Parfois je ris, mais j'ai envie de pleurer

Quand j'étais gosse, je me souviens que je tombais souvent sur l'émission. Enfin au moins une fois par semaine. Sauf que j'étais p'tit et je m'imaginais une série de docu chiants et misérabilistes...

Lire la critique

il y a 8 ans

99 j'aime

43

Calvin et Hobbes
Fatpooper
10

Une fiction historique

J'avais beaucoup entendu parler de Calvin et Hobbes. Jusque là je m'étais refusé à acheter les albums car ceux trouvés en librairire sont franchement cher. Puis un jour, j'ai trouvé le tome 9 en...

Lire la critique

il y a 9 ans

80 j'aime

27