👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

C'est assez troublant de voir à une semaine d'écart L'étranger et cette ultime réalisation de Visconti. J'y ai retrouvé un personnage masculin assez similaire : froid, en parti désensibilisé qui porte sur un monde un regard absent sans la moindre empathie, décrivant ainsi cliniquement à son épouse son attirance pour sa maitresse comme si cette dernière était capable de couper ses émotions. Justifier son comportement par son athéisme m'a un peu dérangé même si d'un pure point de vue symbolique, la perte de valeur du "sacré" est plutôt pertinente.
Bien que l'ayant vu en étant très fatigué, j'ai beaucoup apprécie le rythme de sa narration qui joue fortement sur la durée des prises de vues pour y distiller une tension psychologique intrinsèque qui rend chaque plan indispensable à la progression du film. Il y a là une assurance et une maturité dans le timing et la direction d'acteurs remarquables. Les 130 minutes ne se ressentent jamais, pas plus que la "lenteur" de la narration, la retenue des émotions ainsi qu'un canevas finalement très simple, presque épuré où 75% du film se déroule à 2 ou 3 intervenants dans un nombre réduit de pièces.
Sans être forcément intense ou palpitant, le film déploie des flammes non de plus en plus vives mais de plus en plus brûlantes. Un peu à la manière des grenouilles immergées dans de l'eau froide et qui ne se rendent pas compte de l'augmentation de la température, l’innocent provoque un sentiment que j'aurai du mal à définir clairement mais qui bâtit scène après scène un malaise indéfini et difficilement caractérisable avant que la pression n'explose avec la séquence de la messe de minuit.
On n'en ressort pas bouleversé ou même ému mais avec une réelle blessure morale entêtante et tout autant durable ; comme les nombreux regards lancés par les protagonistes et qui deviennent obsédants.

anthonyplu
8
Écrit par

il y a 4 ans

L'Innocent
Fatpooper
7
L'Innocent

L'athée

Intéressant ce film. Il faudra que j'approfondisse la filmographie de ce réalisateur que je ne connais que trop mal ! L'exposition est un peu longue, cela se traduit par quelques longueurs qui font...

Lire la critique

il y a 6 ans

5 j'aime

4

L'Innocent
AMCHI
8
L'Innocent

Critique de L'Innocent par AMCHI

Diminué physiquement, victime d'une attaque cérébral c'est à moitié paralysé et en chaise roulante que Visconti réalisa son dernier film, et L'Innocent a beau ne pas avoir la petite touche en faisant...

Lire la critique

il y a 6 ans

4 j'aime

L'Innocent
Marlon_B
9
L'Innocent

L'adaptation de la réalité à l'idéal romantique

Malgré un montage inachevé, L'innocent demeure une grande œuvre d'un cinéaste majeur qui de son fauteuil roulant parvint malgré tout à faire exprimer tout son art. En raison du décès de Visconti,...

Lire la critique

il y a 5 ans

3 j'aime

A Taxi Driver
anthonyplu
7

Maybe you can drive my car

L'ancien assistant de Kim ki-duk revient derrière la caméra après 6 ans d'absence. Il porte à l'écran une histoire vraie, elle-même plongée au cœur d'une page sombre de l'histoire sud-coréenne soit...

Lire la critique

il y a 4 ans

15 j'aime

1

Absences répétées
anthonyplu
9

Absences remarquées

N'ayons pas peur des mots : voilà un chef d'oeuvre déchirant. C'est une sorte de cousin Au Feu follet de Louis Malle avec cette solitude existentielle et son personnage dans une fuite en avant vers...

Lire la critique

il y a 7 ans

9 j'aime

2

The Crossing Part 2
anthonyplu
6

Comment créer une voie d'eau en voulant éviter l'accident

Grosse panique à bord après l'échec cuisant du premier épisode. Pour essayer de ramener le public dans les salles pour ce second opus, le film a été fortement remanié : reshoot et remontage en...

Lire la critique

il y a 5 ans

8 j'aime