Avis sur

L'Insoutenable Légèreté de l'être par Gérard Rocher

Avatar Gérard Rocher
Critique publiée par le

En cette année de 1968, nous sommes en plein printemps de Prague.Thomas est un brillant chirurgien dans un hôpital de la capitale. Sa particularité est d'être un dragueur absolument incurable, fantasmant à la vue d'un jupon. Bien entendu il ne s'attache jamais à ses conquêtes mais un jour il rencontre la charmante Tereza. Il est piégé, il en tombe amoureux fou à tel point qu'il l'épouse. Pourtant le jeune homme n'est pas "guéri" et continue sa vie dissolue notamment en compagnie d'une certaine Sabina. La société tchèque s'émancipe, la liberté apparaît mais les chars russes font irruption. La vie de chacun est bouleversée: l'exode pour certains, la vie au pays dans la crainte et l'oppression pour d'autres...

Un air de liberté flotte sur la Tchécoslovaquie en cette période. Thomas travaille dans son hôpital lorsqu'il fait la connaissance de Tereza. Tout se passe dans la joie et la bonne humeur et le jeune homme, malgré les promesses faites à son épouse, continue ses "aventures amoureuses". Il fréquente assidûment Sabina qui vit à fond les instants de liberté qui lui tombent du ciel. Toutefois il y a bien quelques rumeurs persistantes redoutant une invasion soviétique afin de "reprendre les choses en main". Quelques temps plus tard, les "camarades soviétiques" vont débarquer dans la capitale avec des chars. La surprise et l'incompréhension sont énormes. Le jeune couple comme la plupart des habitants sont sermonnés, sans cesse surveillés par les militaires. La population est infiltrée. Thomas après maintes hésitations décidera de s'exiler puis de revenir dans son pays auprès de son épouse. Face à l'étau qui se referme sur lui il tente alors de "s'isoler" avec elle à la campagne. Sabina, de son coté, va définitivement se réfugier en Suisse. La vie ne tient qu'à un fil pour Thomas et Tereza compte-tenu de leurs opinions politiques. Réfugiée, déracinée, Sabina, elle, se morfond abandonnée par son entourage. La légèreté de l'être est morte et ce printemps d'insouciance va se transformer en cauchemar.

Adapté d'un roman de Milan Kundera qui obtint un beau succès de librairie, ce film fort bien réalisé par Philip Kaufman se montre captivant de bout en bout en nous ouvrant la porte sur la gaieté, la frivolité et l'insolence représentée ici par le personnage de Thomas avide de conquêtes amoureuses, papillonnant à longueur de temps et heureux dans son travail. Les jolies femmes ne lui font pas oublier son épouse. Il butine en toute liberté, fréquente Sabina portrait type de l'évolution artistique et de l'émancipation féminine. De son côté, la gentille et douce Tereza est l'emblème de la tolérance et de la douceur face à cette situation pleine d'ambiguïté et de mensonges.
Le réalisateur nous "'renverse" brutalement dans l'énorme drame que va vivre tout un peuple anéanti. Les personnages vont alors prendre des options différentes pour mener leur vie tout en gardant leurs propres convictions. Des images d'actualité viennent se greffer alors afin de donner encore plus de force à cette tragédie.
Pour réussir un film aussi prenant et aussi efficace, Philip Kaufman en plus d'avoir très bien structuré son film, s'est entouré d'un trio d'acteurs principaux aussi talentueux que persuasifs. Daniel Day-Lewis est séduisant à souhait dans son personnage "volage" alors que Juliette Binoche donne sa pleine mesure dans son rôle de Tereza, femme parfois heureuse, souvent bafouée puis impuissante comme les autres face au carnage. Lena Olin représente ici merveilleusement bien la femme libérée, artiste dans l'âme avide de fréquentations et de découvertes.

Force est de constater que Philip Kaufman nous restitue avec panache ces événements qui à l'époque nous ont bouleversés, révoltés et qui aujourd'hui restent gravés dans les mémoires de ceux qui ont connu cette période. Ce film est réaliste et distribue une piqûre de rappel efficace, émouvante et passionnante.

"C'est un nom terrible Camarade
C'est un nom terrible à dire
Quand, le temps d'une mascarade
Il ne fait plus que frémir
Que venez-vous faire Camarade
Que venez-vous faire ici
Ce fut à cinq heures dans Prague
Que le mois d'août s'obscurcit
Camarade Camarade
"

Jean Ferrat

Ce film a obtenu:

Meilleur scénario adapté Philip Kaufman , Jean-Claude Carrière : 42 ème édition BAFTA Awards / Orange British Academy Film Awards 1989 à Londres.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1548 fois
31 apprécient · 1 n'apprécie pas

Gérard Rocher a ajouté ce film à 2 listes L'Insoutenable Légèreté de l'être

Autres actions de Gérard Rocher L'Insoutenable Légèreté de l'être