Tireurs d'élite...

Avis sur L'Intervention

Avatar seb2046
Critique publiée par le

L'INTERVENTION (12,6) (Fred Grivois, FRA, 2019, 98mn) :

Après un convaincant premier long métrage sur un champion de tir avec La Résistance de l'air en 2015, la caméra de Fred Grivois (ancien collaborateur de Jacques Audiard) vise à nouveau vers le drame, à travers cette histoire méconnue mettant la lumière sur un groupe de shooters, tireurs d'élite français dépêchés pour une opération très risquée.

Cet inédit récit narre la prise d'otages à Djibouti (dernière colonie française) en 1976, d'un bus scolaire rempli d'enfants de militaires français, retenus par des terroristes membres du Front de Libération de la côte de Somarlis (souhaitant le rattachement du pays à la Somalie). Un hommage efficace à l'intervention méconnue d'une unité spéciale hétéroclite rattachée à la gendarmerie du gouvernement français pour libérer ces otages en faisant preuve de qualités de bravoures et d'excellence aux tirs. Un assaut périlleux pour sauver des vies qui marque la naissance trois mois plus tard du GIGN (Groupe d'Intervention de la Gendarmerie Nationale).

Pour raconter ce fait historique passionnant et rarement décrit, Fred Grivois opte pour l'efficacité, prend des libertés avec les faits réels pour une meilleure dramaturgie cinématographique, et livre une réalisation illustrative assez classique dans le genre thriller d'action. Lors de quelques situations l'auteur tente bien certaines audaces de mise en scène (ralentis et split screen notamment), mais elles ne sont justement pas toujours bienvenues. Le récit dévoile judicieusement le mépris de la bureaucratie gouvernementale française vis à vis de cette unité spéciale, et surtout le manque de prises de décisions politiques dans une situation d'urgence, quant à une intervention ou non, mettant assurément en périls tous les otages .

Le réalisateur se repose sur une narration où l'atmosphère tendue s'accompagne régulièrement de vannes potaches distillées dans un faux rythme par cette bande de marginaux qui forment une attachante brochette de mercenaires. Cet honorable long métrage est malheureusement plombé par ce dédoublement d'envies narratives car les caractères sont montrés de manière caricaturale, tout comme le manichéisme trop prononcé, entre les blancs gentils et les noirs méchants, à travers ce thriller de série B à l'ambiance old school qui lorgne avec le cinéma américain des années 70/80. Dommage, car malgré la modestie du budget, la reconstitution de l'époque et des faits historiques sont maîtrisés et très honnêtes, avec même quelques plans aboutis aux allures de westerns, sans oublier la percutante dernière ligne droite (15 minutes de fusillades) s'avérant particulièrement prenante.

Cette fiction historique bravache comprend une intense incarnation d'Alban Lenoir et d'Olga Kurylenko et d'autres interprétations plus approximatives. Un spectaculaire fait dramatique sanglant dont les cartons finaux rappellent à bon escient les conséquences traumatisantes toujours d'actualités de cette désobéissante intervention salutaire à Loyada, et donc l'acte de naissance du GIGN. Musclé. Inégal. Tendu.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 255 fois
3 apprécient

Autres actions de seb2046 L'Intervention