Fascination exagérée

Avis sur L'Ivresse de l'argent

Avatar Eric Pokespagne
Critique publiée par le

"The Housemaid" nous avait déjà laissés dubitatifs, et Im Sang-soo descend encore nettement d'un cran avec cette "Ivresse de l'Argent" aussi vide que son titre français : dans le même décor que son film précédent (d'ailleurs directement cité par deux fois dans une auto référence puérile ), Im filme de la même manière, c'est à dire avec une classe indiscutable, des personnages caricaturaux à l'extrême dans des situations aussi confuses que peu crédibles. Les thèmes à charge contre la classe supérieure coréenne corrompue, arrogante jusqu'à l'inhumanité s'accumulent, non sans une certaine pertinence (la collusion avec les milieux d'affaire internationaux, malheureusement représentés par un personnage soi disant américain ridicule, l'exploitation de la main d’œuvre philippine réduite à une sorte d'esclavage moderne, etc.) et finissent par saturer le film par leur excès. Flou dans sa dénonciation tout azimut, "l'Ivresse de l'Argent" souffre également d'une fascination exagérée - et clairement malsaine - de la part de Im Sang-soo envers les turpitudes qu'il dépeint complaisamment : scènes de sexe ou de dégustation de vins, l'envie n'est jamais bien loin, ce qui relativise la critique. On retiendra quand même une scène étonnante et réussie, celle de la dérouillée que prend "notre héros" de la part du fils de la famille : décalée, amusante et fort bien filmée, cette scène pointe le film malicieux et léger que "l'Ivresse de l'Argent" aurait pu être. [Critique écrite en 2015]

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 111 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Eric Pokespagne L'Ivresse de l'argent