👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Mamoru Oshii comme vous ne l'avez jamais vu

La petite fille a des cheveux de vieille femme, secs et blancs, son regard est triste. Sous sa robe aux couleurs pâlies par le temps, contre son ventre, elle porte un gros œuf partout où elle va. Parfois, elle remplit une jarre de verre avec l'eau d'un lac noir ou d'une fontaine hallucinée. En silence, elle se nourrit de confitures qu'elle trouve sur des étagères couvertes de poussières.

L'homme n'a pas d'âge mais des cheveux de vieillard lui aussi et ses yeux sont aussi tristes que ceux de la petite fille. Il porte sur l'épaule une lourde croix étrangement sculptée. Ses mains sont bandées comme pour cacher d'anciennes blessures inavouables. Il rencontre la petite fille en chevauchant une sorte de tank rouge comme la mort, un biomécanoïde délirant évadé d'une imagination enfiévrée.

Ensemble, ils marcheront dans les rues de la ville morte sous un ciel aux nuages aussi sombres que tourmentés. Une ville désolée à l'architecture folle et familière à la fois. Une ville d'ombres et de statues. Au son d'une cloche lointaine, les statues s'animent soudain pour chasser les ombres. Les ombres géantes de poissons antédiluviens qui glissent en silence sur les murs lézardés et le sol pétrifié. Mais les harpons ne parviennent pas à empaler les ombres qui s'échappent toujours. La course effrénée des statues fait peur à la petite fille qui se cache dans le manteau de l'homme.

Il finit par lui demander ce qu'il y a dans l'œuf mais elle ne veut pas le lui dire. Alors il lui raconte l'histoire du Déluge. Il lui avoue sa honte de ne pas se rappeler qui il est, sa peur de n'être qu'un souvenir perdu. Alors la petite fille lui montre le fossile de l'homme-oiseau, lui dit qu'elle veut garder l'œuf bien au chaud jusqu'à ce qu'un autre en sorte. Elle lui demande de ne pas faire de mal à son œuf. L'homme ne répond pas. On sait bien ce qu'il adviendra...

Un scénario de Mamoru Oshii, une histoire au-delà des mots. C'est le Oshii que j'aime, celui d'Avalon, qui ne se soucie pas de citer des philosophes morts depuis une éternité pour étayer un propos somme toute assez vain. Une invitation au voyage fantastique. Sombre sans être noir, gothique mais pas glauque, magnifique dans sa grandiloquence déchue. Romantique comme les classiques d'antan. L'Œuf de l'ange nous montre la véritable force des images, celles qui ne se préoccupent pas du verbe, ou si peu.

LeDinoBleu
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Animation, Fantastique, Top 50 films Fantastique et Top 50 films d'Animation

il y a 11 ans

47 j'aime

8 commentaires

L'Œuf de l'ange
LeDinoBleu
8

Mamoru Oshii comme vous ne l'avez jamais vu

La petite fille a des cheveux de vieille femme, secs et blancs, son regard est triste. Sous sa robe aux couleurs pâlies par le temps, contre son ventre, elle porte un gros œuf partout où elle va...

Lire la critique

il y a 11 ans

47 j'aime

8

L'Œuf de l'ange
Citizen-Ced
7

Omelette mystique

Un des premiers films du papa de Ghost in the Shell, Patlabor et Avalon, dont j'ignorais l'existence jusqu'à il y a peu. C'est une très belle découverte, un film expérimental, quasi-muet, splendide...

Lire la critique

il y a 9 ans

34 j'aime

L'Œuf de l'ange
WeSTiiX
8

Requiem for a Dream

L’apocalypse ne va pas forcément de pair avec l’idée de fin du monde dans le fracas et les cris. L’Œuf de l’ange de Mamoru Oshii, sous forme de parabole biblique, propose au contraire une errance...

Lire la critique

il y a 2 ans

30 j'aime

2

Serial Experiments Lain
LeDinoBleu
8

Paranoïa

Lain est une jeune fille renfermée et timide, avec pas mal de difficultés à se faire des amis. Il faut dire que sa famille « inhabituelle » ne lui facilite pas les choses. De plus, Lain ne comprend...

Lire la critique

il y a 11 ans

41 j'aime

L'Histoire sans fin
LeDinoBleu
8

Un Récit éternel

À une époque où le genre de l’heroic fantasy connaît une popularité sans précédent, il ne paraît pas incongru de rappeler qu’il n’entretient avec les légendes traditionnelles qu’un rapport en fin de...

Lire la critique

il y a 10 ans

38 j'aime

Capitaine Sky et le Monde de demain
LeDinoBleu
8

Pulp (Science) Fiction

La science-fiction au cinéma obtient rarement l’assentiment des amateurs du genre dans sa forme littéraire, parce que cette dernière privilégie les idées et les émotions au spectaculaire et aux...

Lire la critique

il y a 11 ans

32 j'aime

8